Lettre - Jean-Paul Filion, un homme de lumière

J'ai eu la bonne fortune de connaître dans ma vie quelques-uns des plus beaux types d'homme et de femme que le Québec ait engendrés: Pierre Perrault, Félix Leclerc, Pauline Julien, Gaston Miron, Georges Dor et Jean-Paul Filion. Ce dernier vient de nous quitter à 83 ans. Il est mort dans la nuit du 27 décembre.

Yolande, sa compagne, qu'il a aimée jusqu'au bout de son temps, me disait hier: «Jean-Paul, c'était un homme de lumière, plein d'innocence comme un enfant.»

Peintre, poète, chansonnier et romancier, Jean-Paul Filion était né à Saint-André-Avelin, petit village où il a puisé une bonne partie de son inspiration. Il a d'ailleurs écrit un roman intitulé Saint-André-Avelin, le premier côté du monde. Il a rédigé aussi trois volumes autobiographiques, dont la seconde tranche, Les Murs de Montréal, a remporté en 1977 le prix Choix du libraire.

Même s'il a publié une bonne dizaine de livres, c'est surtout sa chanson La Parenté, composée et diffusée en 1958, qui l'a révélé au grand public. Depuis lors, on réentend cette chanson chaque année durant les Fêtes.

En 1966, dans une vie antérieure, j'étais directeur artistique de la compagnie de disques Gamma! J'avais alors invité Jean-Paul Filion à graver sur un microsillon ses plus belles chansons. Dans l'une d'elles, Jean-Paul jouait lui-même du violon en mémoire de son père. Comme il était beau dans sa passion et son amour des siens et du terroir! Avec Vigneault et Dor, il a donné à la chanson québécoise une identité, un visage et ses lettres de noblesse.

Un jour qu'on roulait ensemble vers Québec, Jean-Paul Filion chantait: «Dravons la Gatineau, dravons-la jusqu'en haut...» Je suis sûr que le père Céleste l'a entendu et accueilli dans sa lumière!

Salut Jean-Paul. À toujours.


2 commentaires
  • helene poisson - Inscrite 30 décembre 2010 02 h 21

    ''La grondeuse''


    ''Dans l'une d'elles, Jean-Paul jouait lui-même du violon en mémoire de son père.''
    N'était-ce pas ''La Grondeuse'' ? En voici les paroles:


    http://www.udenap.org/groupe_de_pages_06/grondeuse

    Cette année, la parenté sera-t-elle arrivée pour...les funérailles?

    Merci à M. Filion de nous avoir peint et dépeint.
    ''Pis comptez pas les tours''

  • Lina Remon - Inscrit 1 janvier 2011 13 h 41

    Jean-Paul Filion, l'arbre libre !

    Jean-Paul Filion, auteur et poète, peintre et écrivain, chanteur et violoneux. L'ayant fréquenté avec toujours plus d'étonnement et d'émotion pendant les deux dernières années pour réaliser un documentaire sur sa vie, son oeuvre, j'ai compris assez vite la richesse de cet homme.

    Il était artiste jusqu'au bout de l'âme, en plus d'être un témoin vivant d'une vie culturelle effervescente depuis les années '40. Il a vécu son état d'artiste comme « arbre libre » sans vouloir faire partie d'une école. Il voulait faire son chemin tout seul, avancer sur ce sentier en friche en exploitant les multiples branches de son talent. Que d'oeuvres magnifiques il a créées ! Son moteur : l'amour !! Il y croyait et le vivait jour après jour intensément avec sa compagne, Yo. Un amour vivant qui les transportait au-delà de tout, au-delà du temps. Un amour qu'ils ont eu la générosité de partager avec nous, quelques privilégiés. Merci Yo ! Merci Monsieur Filion...

    Mais je suis aussi très choquée ! J'ai perdu une partie de mon patrimoine !! Jean-Paul Filion c'est aussi le patrimoine culturel qu'on néglige, qu'on oublie, c'est la base de notre culture, de notre identité qu'on laisse de côté comme un vieux chandail... Je pleure ma culture minimisée, ou inutile ou secondaire ou trop vieille !! Je pleure mon identité québécoise qui meurt un peu plus à chaque fois que meurt un de nos artistes-porteurs de traditions sans qu'on ait su les valoriser ou leur dire simplement merci !

    La dernière fois que j'ai parlé à Monsieur Filion, il me disait : « Je ne sais pas ce que j'ai ces temps-ci, mais je suis tellement heureux !!!!! » C'est ce dernier message que je veux vous partager aujourd'hui. Et pour reprendre le titre de son dernier livre paru en 2008 chez Leméac, Sur mon chemin j'ai rencontré: « Sur mon chemin j'ai rencontré Jean-Paul Filion et ma vie est devenue plus belle...»

    Lina Remon, réalisatrice du documentaire Jean-Paul Filion, l'arbr