Lettres - Récit d'une crise annoncée: le recensement volontaire

Le gouvernement est résolu, semble-t-il, à rendre le formulaire détaillé du recensement volontaire. Bien. Le ministre et le premier ministre ont droit à leur philosophie politique, et ont droit de la promouvoir. Cependant, il y aura un prix politique à payer: pas demain, pas dans les prochains mois, mais à l'automne 2011 lorsque Statistique Canada commencera l'analyse des résultats.

Le scénario est prévisible, tout comme la tempête politique qui s'en suivra. Statistique Canada déclarera la partie détaillée du recensement de 2011 pratiquement inutilisable. Elle ne peut pas servir à l'analyse de tendances, car non comparable avec des recensements précédents; elle ne peut pas non plus servir à des analyses courantes, car Statistique Canada ne peut pas garantir la représentativité des données.

Les manchettes sont toute aussi prévisibles: «Le gouvernement canadien gaspille X millions de dollars pour un recensement inutile.» Qui paiera les pots cassés? Peut-être le ministre; peut-être un pauvre bougre à Statistique Canada; peut-être les deux? Ce ne sera pas beau. Je ne peux pas dire que j'ai hâte à une autre crisette politique à Ottawa, mais celle-ci est aussi prévisible que la neige en janvier.


1 commentaire
  • François Dugal - Inscrit 2 août 2010 11 h 02

    Le Canada

    Vous aimez ça, le Canada?