Lettres - Quelle vie privée ?

La tradition chrétienne de la naissance du Christ nous raconte que Marie et Joseph se rendaient à Bethléem pour un recensement. Le recensement était une des institutions importantes de l'ancienne civilisation romaine républicaine. Il est étonnant qu'après des siècles, cet instrument qui est devenu un outil de gestion essentiel pour la majorité des États modernes fasse problème au Canada de monsieur Harper.

Il est encore plus étonnant d'entendre le ministre Clement défendre le projet de recensement volontaire en prétextant la défense de la vie privée des citoyens canadiens. Jamais comme maintenant, la vie privée et les renseignements personnels sur les individus n'ont été aussi menacés dans le contexte de l'utilisation des nombreuses technologies des communications contrôlées par toutes sortes d'entreprises commerciales qui fonctionnent dans un quasi-laisser-faire législatif et réglementaire. Avec les projets de loi 46 et 47, le gouvernement Harper a aussi ouvert la porte à une intrusion majeure dans nos communications personnelles, et ce, sans mandat, tellement que la commissaire canadienne à la vie privée a été obligée de faire plusieurs recommandations pour encadrer la volonté du gouvernement qui, sous prétexte de la sécurité, est prêt à faire fi de toutes nos valeurs et de toutes nos protections démocratiques. Si monsieur Clement s'intéresse tellement à la défense de la vie privée des citoyens, il pourrait commencer par doter le Canada d'une législation sur le commerce électronique et antipourriel. Le Canada serait encore le seul pays du G7 non doté d'une législation protégeant les internautes contre l'hameçonnage, les virus et le vol d'identité. Le ministre devrait aussi commencer à s'intéresser au repérage sur les téléphones intelligents par des entreprises qui s'en serviraient pour du profilage commercial ou autre.

On peut consulter le document Vie privée et renseignements personnels de la Ligue des droits et libertés ainsi que le site du Commissaire à la vie privée du Canada pour en savoir davantage.

***

Micheline Jourdain - Montréal, le 22 juillet 2010
  • alen - Inscrit 23 juillet 2010 06 h 41

    Début d'obscurantisme..?

    Pour être franc, je ne suis pas inquiet pour l'information du gouvernement et de ses ministères. Les connards trouveront bien le moyen de confier à l'entreprises privée la cueuillette de l'information dont ils ont besoin.

    En réalité, ce sont les entreprises, les PME en particulier et les groupes citoyens, qui vont faire les frais de cette politique.

    Et c'est bien ce qui est inquiétant dans cette décision, la noiceur, l'obscurantisme qu'elle menace d'installer.

  • l.labelle2@sympatico.ca - Abonné 23 juillet 2010 11 h 07

    Vie privée de plus en plus menacée mais pas par le recensement

    Ce que je trouve désolant dans la décision des Conservateurs, c'est que les Canadiens des autres provinces s'y opposent alors que plus de 50% des Québécois l'appuient. Les gens croient cet argument de respect de la vie privée alors que nous sommes fichés partout et ciblés comme consommateurs. Quelle naïveté!

    Et comment expliquer qu'un gouvernement minoritaire se permette autant de changements majeurs dans notre vie en société? Je n'ose pas penser à ce que ça serait si les Conservateurs étaient majoritaires. Ils se fient sur l'apathie des gens et nous annoncent des changements importants en période de vacances, en plus.....Mais il n'y a pas de vacances pour la citoyenneté. Ou du moins il ne devrait pas y en avoir.

    Lise Labelle
    Laval

  • Chryst - Inscrit 27 juillet 2010 00 h 15

    La vie privée

    Quelle naïveté que de croire à l'utilité du formulaire long optionnel. Les québécois sont pour la vertu de protection de la vie privée à 62 %, mais, je serais surpris qu’ils connaissent toutes les subtilités de la base de données et ses possibilités.

    Même des gens de l’entreprise privée ont peur de la banque de données alors qu’elle pourrait apporter tant. Les patrons ne pourraient plus manipuler comme ils veulent, voilà le problème.

    Michel Thibault ing. f. m. sc