Le diplôme et les francophones: quel retard?

Lorsqu’on prend une méthode qui permet de comparer les comparables, on voit que la proportion des diplômés universitaires ne diffère pas.
Photo: Mel Evans Associated Press Lorsqu’on prend une méthode qui permet de comparer les comparables, on voit que la proportion des diplômés universitaires ne diffère pas.

Un article récent du Devoir (24 janvier 2018) faisait état d’une recherche de R. Lacroix et L. Maheu concluant au retard du Québec, et spécialement des francophones du Québec, en matière de diplomation universitaire en comparaison à l’Ontario. Les auteurs s’appuient sur des données administratives agrégées : le nombre de diplômes décernés par année au Québec et en Ontario, le nombre annuel de diplômes décernés selon la langue maternelle au Québec, le taux de diplomation des universités, etc. Or, ces informations ne permettent pas de tirer les conclusions des auteurs. Nous le savons parce que nous avons déjà étudié cette question et que pour y répondre, nous avons utilisé des données d’une autre nature.

On ne peut pas mesurer la proportion des individus qui détiennent un diplôme universitaire dans une population à un moment donné à partir du nombre des diplômes qui sont décernés par les universités au fil des années. La détention d’un diplôme est une caractéristique des individus. On ne peut mesurer cette proportion qu’à partir de données recueillies auprès de la population, comme celles du recensement.

Rappelons que la population de chaque province est composée de personnes qui y sont nées, qui y ont étudié et qui y travaillent, mais aussi de migrants venant des autres provinces, qui y ont majoritairement étudié et qui les ont quittées pour travailler ailleurs. Chaque province est aussi composée d’immigrants qui proviennent de différents pays et qui ont été largement sélectionnés sur la base de leur éducation, les diplômés universitaires obtenant de plus de points lors de l’évaluation de leur dossier par les autorités canadiennes.

Si on veut utiliser la proportion des « francophones du Québec » qui détient un diplôme universitaire pour juger de l’efficacité du système d’enseignement du Québec à éduquer les francophones, il faut définir les « francophones du Québec » quant à la question posée et se concentrer sur les personnes qui sont nées au Québec, qui y ont étudié et qui y résident toujours au moment où on fait la mesure. Pour comparer les francophones du Québec aux autres groupes linguistiques, il faut définir ces groupes de manière analogue.

Des résultats différents

Quand on tient compte de ces contraintes et que l’on utilise les données adéquates (dans notre cas, le recensement de 2001, où l’on retrouvait les informations pertinentes), les résultats de la comparaison sont différents. Dans notre étude, nous constatons qu’en 2001, la proportion des diplômés universitaires était de 21 % chez les francophones nés au Québec et y vivant toujours, de 25 % chez les anglophones nés au Québec et y vivant toujours, et de 21 % chez les anglophones nés en Ontario et y vivant toujours. Autrement dit, les francophones du Québec qui sont nés dans leur province et y ont étudié sont proportionnellement aussi nombreux à détenir un diplôme universitaire que les anglophones nés en Ontario et qui y ont étudié.

Oui, la proportion de la population totale qui détient un diplôme universitaire est plus élevée en Ontario qu’au Québec, car la proportion des personnes nées dans une autre province ou à l’étranger est plus élevée en Ontario qu’au Québec. Oui, la proportion des anglophones du Québec qui détient un diplôme universitaire est plus élevée que celle des francophones du Québec, mais ceci tient au fait que les anglophones du Québec, contrairement à ceux de l’Ontario, sont concentrés dans les couches supérieures de la société et que cette position sociale se transmet d’une génération à l’autre, notamment par le fait d’aller à l’université.

Bref, quand on prend la méthode qui permet de comparer les comparables, on voit que la proportion des diplômés universitaires est la même chez les francophones du Québec et chez les anglophones de l’Ontario. Comme il n’y a pas de différence entre les deux groupes qui sont comparables, il n’y a pas grand-chose à dire sur les avantages et inconvénients comparés des systèmes québécois et ontarien à partir de la proportion des diplômés.

Les systèmes d’enseignement du Québec et de l’Ontario sont différents. La chose est indiscutable, mais elle n’a pas l’effet que les auteurs prétendent voir. Chose amusante, les auteurs omettent de leurs discussions les particularités du système ontarien qui ont fort probablement contribué, bien qu’on ne sache pas exactement comment, à faire varier les indicateurs administratifs qu’ils utilisent, notamment l’abolition de la treizième année du secondaire en 2003 qui a perturbé le flux des admissions à l’université. Ils ont également ignoré le développement des collèges d’arts appliqués et de technologie qui offrent un très vaste éventail de programmes de formation professionnelle dont un certain nombre sont couronnés par un baccalauréat, c’est-à-dire des diplômes de premier cycle universitaire. En effet, ironiquement pour les auteurs qui semblent ne pas être sensibles au rôle des cégeps, une partie des nouveaux bacheliers ontariens a obtenu son diplôme dans un collège…

6 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 7 février 2018 03 h 40

    Très pertinent

    Cet article-ci est convainquant. Non seulement les choses ne vont pas du tout mal, mais elles vont très bien. Il serait intéressant de faire une étude des motivations de Lacroix et Maheu à faire une étude biaisée en faveur des anglophones!

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 7 février 2018 08 h 52

      D'abord Lacroix et Maheu sont surement fédéralistes et donc font partie des "Quebec Bashing intérieur" comme d'ailleurs
      beaucoup de québécois qui ne sont pas fièrs de leur langue,culture,histoire,ancètres etc non pas bien souvent par
      ignorance .Ou serait-ce pour stimuler les étudiants à se réveiller en s'informant et à devenir souverainistes.....???

  • Gilles Roy - Abonné 7 février 2018 08 h 29

    Données adéquates?

    Données adéquates? Une donnée auto-rapportée datant de 2001? Les données systèmes valent, en général et en ce domaine précis, bien davantage que les données de recensement, subjectives à souhait. Et 2001, c'est toute une odyssée certes, mais ce n'est plus tout à fait hier non plus. Bref et avant de faire la leçon, faudrait refaire (réactuallser, notamment) ses devoirs...

    • Sylvie Lapointe - Abonnée 7 février 2018 10 h 57

      Reste que les propos de MM. Doray et Laplante sont particulièrement intéressants et qu'il serait bon qu'on en tienne compte lorsqu'on tente de définir un aspect d'une population, ici la diplomation en francophones et anglophones.

  • Simon Lavoie - Abonné 7 février 2018 11 h 50

    Autre variable ?

    Tous les diplômes détenus par les natifs et résidents du Québec n'ont pas été forcément obtenus dans une université québécoise. Plusieurs migrent à l'extérieur de la provinde, ou du pays, pour étudier (maîtrise et doctorat, surtout). Par conséquent, l'étude prise en défaut par les auteurs, qui se penche sur le nombre comparé de diplômes décernés par les établissements québécois et canadiens, souffre d'une lacune non prise en compte par Doray et Laplante, semble-t-il.

  • Cyril Dionne - Abonné 7 février 2018 17 h 29

    Bien d'accord

    Il y a plus de 60 000 étudiants internationaux inscrits dans les universités ontariennes. La presque totalité de ceux-ci vont faire des pieds et des mains pour demeurer en Ontario à la fin de leur études. Au Québec, c’est seulement 38 000. En plus, plusieurs Québécois migrent vers les universités du ROC alors que le cas contraire, ce sont des exceptions à la règle.

    Il faudrait nous lâcher avec ce réflexe de coloniser. C’est pour cela que je suis d’accord avec la thèse présentée par MM. Doray et Laplante. Ceux qui parlent la langue de Don Cherry ne sont pas si intelligents que cela.

    Cyril Dionne
    Français d’Amérique de 3e génération en Ontario