Le crépuscule de la «carte soleil»

«Les Québécois constateront rapidement que la nouvelle proposition n’est qu’une pâle copie de l’original», écrit l'auteur.
Photomontage: RAMQ «Les Québécois constateront rapidement que la nouvelle proposition n’est qu’une pâle copie de l’original», écrit l'auteur.

La Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) a récemment annoncé qu’elle allait modifier l’apparence de sa carte d’assurance maladie, une première depuis 1976. En plus d’arborer de nouvelles caractéristiques de sécurité (gravure tactile, filigranes révélés par la lumière ultra-violette), la fameuse carte soleil changera complètement de visage. En effet, son coucher de soleil emblématique laissera place à un amalgame graphique des plus médiocres, similaire à notre permis de conduire. Déception.

Notre carte d’assurance maladie est si familière que la majorité d’entre nous ne réalise pas qu’elle constitue le témoin d’un idéal social qui définit le Québec depuis plus de 40 ans. Et c’est en partie grâce à un graphisme au caractère unique et distinct que ce message a pu être communiqué de génération en génération.

Voilà pourquoi plusieurs considèrent que la disparition de son image iconique représente une perte malheureuse pour le patrimoine visuel du Québec.

Dans son communiqué, la RAMQ indique que « la carte conservera son soleil qui la distingue ». Mais les Québécois constateront rapidement que la nouvelle proposition n’est qu’une pâle copie de l’original. On imagine bien qu’elle a été façonnée à grands coups de compromis.

Exit, la poésie visuelle de ce soleil de Val-d’Or, immortalisé en 1974 par Robert Larivière, un chasseur abitibien. À sa place, on nous servira bientôt une version médiocre à l’esthétique indigeste.

Pourtant, le récent projet de réactualisation des armoiries de la Ville de Montréal nous démontre qu’il est tout à fait possible de faire évoluer un symbole du patrimoine sans diminuer sa portée et sans trahir sa signature. On y a ajouté l’arbre de la paix, qui incarne la présence ancestrale des Premières Nations. Cet exercice délicat et important a été exécuté avec brio.

Héritage collectif

Le Québec, comme toutes les nations, possède un patrimoine riche et varié. Notre héritage collectif est composé d’une vaste collection d’éléments, parmi lesquels il est nécessaire d’inclure les objets de communication visuelle qui sont ancrés dans notre culture populaire et qui ont marqué l’histoire de notre peuple.

L’héritage graphique du Québec, c’est bien plus que le fleurdelisé. C’est aussi tous ces symboles populaires, petits et grands, qui racontent une partie de notre histoire récente : le logo du Canadien de Montréal, les plaques d’immatriculation des voitures, les traditionnelles «cannes» de sirop d’érable… (auxquels on pourrait peut-être ajouter un album de Beau Dommage, le logo d’Expo 67, l’illustration classique de la chasse-galerie… le débat est ouvert).

Mais de tous ces objets de design, la carte soleil demeure le plus important, sur le plan visuel et conceptuel. Sa fonction symbolique est puissante.

D’une part, sa signature graphique, forte et poétique, communique une certaine sérénité et éveille chez nous un sentiment d’appartenance. Aujourd’hui, son graphisme franchement inusité, qui se situe bien loin de la banalité et de la rigueur fade des documents officiels, lui garantit une place spéciale dans notre portefeuille. Cette carte est indéniablement singulière.

D’autre part, son histoire est particulièrement significative. Depuis plus de quatre décennies, on l’associe à la grande réalisation québécoise qu’est l’accès gratuit aux soins de santé.

Il est tout à fait normal et bénéfique que notre héritage visuel évolue et s’adapte à de nouvelles réalités. Notre société ne doit pas s’enfermer dans une capsule temporelle où règne la nostalgie. Cependant, il est impératif de savoir reconnaître et de préserver les objets qui, par leur fonction symbolique et leur présence esthétique, permettent à tous les Québécois de partager des repères visuels qui les inspirent et les unissent.

Car, plus que n’importe quel autre document officiel, la carte soleil fait véritablement office de passeport québécois. Au-delà de l’état actuel du système de santé, son message reste clair et rayonnant : nous appartenons toutes et tous à un Québec qui veille sur notre bien-être. Cet héritage est précieux.

***

Note de la rédaction: après publication, la ville de Senneterre a écrit au Devoir pour expliquer que la photo originale provient plutôt de Senneterre.  «Cette photo qui fut prise dans les années 1970 par M. Robert (Bob) Larivière, client assidu de la Pourvoirie du lac Faillon, a été récupérée par son frère;  cette photo s’est retrouvée sur la table à dessin de Cossette Communication Marketing, l’agence de publicité de la RAMQ», écrit le maire de Senneterre, Jean-Maurice Matte.

 

6 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 24 janvier 2018 01 h 29

    Un beau témoignage.

    Bravo, Monsieur Proulx, pour un beau témoignage. Vous avez raison. La carte soleil témoigne de notre solidarité pour le bien commun.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 24 janvier 2018 09 h 33

    M. Proulx, je suis 100 % d'accord avec vous

    Nous apprendrions un jour que les proches conseillers en communication du ministre Barrette sont derrière ce vil projet que je ne serais pas surpris. Tout pour nous mélanger.

  • Yves Mercure - Abonné 24 janvier 2018 09 h 46

    Wow!

    Quelle belle boutade aux partisans du changement à tout vent! Ça me rappel les usages de chef de promoteurs d'idée qui, une fois élus, ne souhaite plus que le statu Quo. Comme quoi qu'il faut changer ce qui ne vaut pas et ne pas toucher à ce qui honore le mieux. Aurait-on derrière ce changement le Redresseur de tort qui joue les bulldozers depuis qq années? Se pourraît-il que votre avis soit are à réveiller la bêtise qui s'annonce ou si il s'avère deja trop tard?

  • Charles Lebrun - Abonné 24 janvier 2018 15 h 30

    Qui est celui (ou celle) qui a dessiné cette nouvelle carte?

    Il est certain qu'il (qu'elle) n'a aucun talent. Il est à peu près certain que la nouvelle carte a été crée par l'entreprise qui s'occupe de les produire! Et, si c'est un graphiste qui l'a dessinée, c'est très certainement un comité qui a donné son approbation finale... Comité où chacun voulait que SON idée soit retenue. Résultat: c'est du n'importe quoi! Un enfant de 9 ans aurait fait mieux! Déjà que le nouveau permis de conduire est "à dégobiller", voilà qu'on a harmonisé la laideur!

  • Yvon Turcotte - Abonné 24 janvier 2018 18 h 45

    Un recul

    Il me semble qu'on aurait pu améliorer la carte et ses éléments sécuritaires en en conservant le concept initial, très esthétique, joyeux et fort original. La nouvelle carte, si elle voit effectivement le jour, sera facilement confondue dans nos portefeuilles avec le nouveau, très gris et ennuyant permis de conduire pour lequel on aurait sans doute pu aussi faire beaucoup mieux. SVP changez ce projet avant qu'il ne soit trop tard. Progresser devrait pouvoir se faire sans régresser.