L’Université de Montréal saisie par la mondialisation

L’université, en s’inscrivant dans le nouveau « marché mondial » de l’enseignement, ne fait pas que s’internationaliser : elle se commercialise.
Photo: François Pesant Le Devoir L’université, en s’inscrivant dans le nouveau « marché mondial » de l’enseignement, ne fait pas que s’internationaliser : elle se commercialise.

L'Université de Montréal vient d’engager une opération de « transformation institutionnelle » qui représente, selon la direction, la plus importante restructuration de l’institution depuis 40 ans. Or, les expériences hors Québec qui inspirent l’université soulèvent des inquiétudes quant au sort qui sera réservé à la liberté de l’université et à sa mission. En effet, l’université, en s’inscrivant dans le nouveau « marché mondial » de l’enseignement, ne fait pas que s’internationaliser : elle se commercialise.

 

Des modèles hors Québec

 

Parmi les modèles qui inspirent la restructuration à l’UdeM, citons l’Université du Manitoba, qui souhaite fermer sept facultés d’ici 2017. En France, les universités sont aussi poussées à centraliser leurs opérations et à fusionner. Le financement de la recherche va au petit nombre d’universités qui réussissent les concours des « initiatives d’excellence » (IDEX). En Grande-Bretagne, le financement basé sur la performance a permis d’en finir avec l’idée selon laquelle les universités du territoire devaient être traitées également. Les 24 universités « d’élite » du Russell Group, qui se qualifient de « joyaux de la couronne », souhaitent ouvertement un système à deux vitesses concentrant le financement dans les universités de « tête ».

 

L’objectif de ces restructurations est d’adapter l’université pour la concurrence internationale dans un nouveau « marché » mondial de l’enseignement supérieur. L’université se détache de sa communauté d’origine et elle se détourne des idéaux de démocratie interne, d’indépendance et de service public qui l’animaient auparavant pour se concevoir plutôt comme une entreprise sans attache devant d’abord se comporter en stratège sur la scène mondiale. Or, il ne s’agit pas seulement d’intensifier les relations avec d’autres pays du monde. Il s’agit de réorganiser l’université pour qu’elle corresponde à un modèle que l’on pourrait appeler utilitaire et commercial, et que la Banque Mondiale appelle « université de classe mondiale ».

 

Les universités « de classe mondiale »

 

Il n’y a pas que les gouvernements qui ont été dépassés par la mondialisation et appelés à se soumettre aux exigences des nouveaux marchés internationaux. Il s’est également constitué un « marché » de l’enseignement supérieur où les universités anciennement membres de systèmes d’éducation nationaux sont aujourd’hui encouragées à venir se comporter comme des « fournisseurs » privés et des exportateurs d’enseignement. Les grandes institutions étasuniennes et britanniques servent de standard international hégémonique que les autres universités doivent chercher à imiter pour monter dans des classements subjectifs (ne se basant souvent sur aucun critère scolaire ou scientifique sérieux). Or, pour y arriver, il ne s’agit pas seulement de se mettre à l’anglais, mais encore d’en venir à concevoir l’université moins comme une institution publique que comme une organisation entrepreneuriale.

 

L’université dite de « classe mondiale » en est d’abord une de recherche qui vise des transferts technologiques vers l’entreprise et qui multiplie les partenariats avec celle-ci. La pertinence du savoir est calculée par les retombées économiques ou technologiques immédiatement mesurables qu’il génère. La nouvelle université vise à attirer un maximum de cerveaux à l’international, à maximiser ses revenus en recherche et à produire des diplômés qui correspondent aux besoins des marchés. Ce genre de mentalité utilitaire et commerciale est appelé à servir de nouvelle définition d’une « qualité » éducative réduite à l’étroitement « utile ».

 

Les pressions internationales actuelles mettent en péril le statut de bien ou de service public des universités pour en faire des organisations modelées sur le fonctionnement et les buts de l’entreprise transnationale. Il faut remarquer que la reconversion mondialiste de l’UdeM survient au moment où l’UQAM, tête de pont du réseau des universités publiques d’État du Québec, est secouée par une crise majeure.

 

Pour l’heure, il semblerait que le seul horizon soit l’arrimage des universités au marché et à la mondialisation. Plutôt que de chercher à imiter les Ivy League et Oxford de ce monde, plutôt que de brancher sans y penser les universités sur la mondialisation marchande pour finir ici, comme en Grande-Bretagne, avec un système à deux vitesses, il faudrait que se tienne un débat public véritable sur l’avenir du système national d’éducation publique au Québec. Comme le disait le sociologue Fernand Dumont, « ou bien nous ferons de nos universités de piètres répétitions ou de ridicules modèles réduits des institutions les plus prestigieuses [ou les plus riches] d’alentour ; ou bien nous déciderons que c’est en revenant aux intentions fondamentales de l’apprentissage et pour un pays comme celui-ci que les objectifs doivent être formulés ».

7 commentaires
  • Jean Portugais - Abonné 16 avril 2016 06 h 17

    Éric Martin le Devoir 16 avril 2016

    Dossier Transformation UdeM

  • Irène Doiron Et M. Pierre Leyraud - Abonnée 16 avril 2016 07 h 34

    PRODUIRE ET LIVRER LA MARCHANDISE !

    Le texte de E Martin décrit très bien le nouveau mode de foncionnement des universités, c'est à dire le nouveau mode de production des savoirs, mais il laisse de côté les modifications qui affectent la nature même des savoirs produits. En 1994 le livre "La nouvelle production des connaissances" (Gibbons, Nowotny,Scott and al) décrit très bien ce processus et plaide pour une nouvelle alliance entre savoir, gouvernement, industrie , société. Selon les auteurs, nous serions passés d'un mode de production de savoirs répondant à leurs propres demandes à un mode de production de savoirs visant des finalités industrielles avec de forts enjeux commerciaux. De la démocratie actuelle, interne, des universités nous passerions à une démocratie externe (chercheurs, État, marché,société) avec,comme conséquence, une nouvelle contextualisation de la qualité des savoirs produits. Post-modernisme oblige les anciens critères de fiabilité des connaissances produites ( validité, vérité ...) sont remplacés par des notions comme celle de "robustesse sociale ", les connaissances produites devant d'abord et avant tout être confrontées et répondre aux aspirations et aux demandes de la "société". Bref on veut nous faire croire que la nouvelle production des connaissances quitte enfin sa tour d'ivoire et rejoint "l'agora" alors qu'elle correspond à la marchandisation croissante de toute la socitété et à la marchandisation des connaissances elles mêmes. On comprend alors que pour justifier son salaire le recteur de l'Université de Montréal puisse prétendre avoir "livrer la marchandise ", c'est en effet ce qu'on lui demande de faire !

  • Jacques Morissette - Abonné 16 avril 2016 09 h 41

    L'Iris craint l'Université à double vitesse

    L'U DE M se cherche un modèle et ne semble pas allée très loin pour en trouver un. L'esprit de commerce semble la voie qu'elle choisit et donne peut-être ainsi raison à Francis Fukuyama qui a écrit La Fin de l'histoire et le Dernier Homme. Les questions sur l'homme devraient donc se restreindre à l'esprit comptable. Un autre ajout sur la Fin de l'histoire et le Dernier Homme. Bravo pour l'aptitude à s'adapter!

  • Gilles Théberge - Abonné 16 avril 2016 09 h 53

    Crier dans le désert...

    Votre appel risque peu d'être entendu parce que ce que vous soulevez intéresse peu de monde.

    Ajoutez à ça que presque 50% des gens au Québec sont analphabètes...

    C'est un drame que vous annoncez. Il faudra sans doute que nous nous enfoncions plus profondément dans cette fange, pour que peut-être, dans cent ans, un esprit éclairé soulève cette questions!

  • Denis Paquette - Abonné 16 avril 2016 10 h 07

    Le savoir un enjeux économique?

    Faut il laisser le commerce décider de tout, faut-il nommer a la tête des Universités des gérants d'investissements, est-ce que ca fait parti de la finalité universitaire, n'y a-t-il pas un danger que certaines professions soient exclus au détriment de d'autres, faut il laisser le savoir devenir exclusivement un enjeux économique