Pesticides: contrer Monsanto

Cela fait deux ans qu’un débat majeur de santé publique fait rage en Europe : celui autour du renouvellement de la licence d’exploitation du glyphosate, l’herbicide le plus utilisé au monde — entrant dans la composition du controversé Roundup, de la non moins controversée multinationale Monsanto. Au Canada, pas de questionnement de semblable ampleur sur cet herbicide pourtant classé « cancérigène probable » pour l’humain par une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

n 2015, l’Union européenne s’apprêtait à prolonger l’autorisation du glyphosate pour quinze ans, de 2016 à 2031, sans trop se poser de questions, puisque le désherbant était jugé sûr par les agences réglementaires. La mise en garde du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l’OMS, est venue tout changer. Les environnementalistes se mobilisent alors, les gouvernements européens se divisent et tergiversent. La Commission européenne (CE) a plusieurs fois tenté, sans succès, de dégager une majorité parmi les 28 États membres en faveur d’une réautorisation de l’herbicide, dont la licence expire le 15 décembre prochain. Plus récente tentative : jeudi dernier, alors que l’exécutif européen a proposé un renouvellement pour cinq ans.

 

Une majorité de pays (14) a bien voté pour ce compromis, mais comme ils ne regroupent pas au moins 65 % de la population, il n’a pu être entériné. L’Allemagne s’est abstenue, alors que la France, par la voix de son écolo-ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, avait déjà fait savoir qu’elle voterait contre une proposition allant au-delà de trois ans. Ce dont M. Hulot s’est félicité, faisant élégamment valoir « que tout le monde a inscrit dans son logiciel qu’au-delà d’une réautorisation […], ce sur quoi il faut travailler, c’est comment petit à petit, mais assez rapidement, on va s’affranchir de toutes ces molécules qui, de manière assez justifiée, occasionnent une défiance entre le consommateur et le mode alimentaire ».

 

On en est là. De fil en aiguille, le débat n’a plus porté seulement sur la durée de renouvellement de la licence, renouvelable par définition, mais sur une « interdiction programmée ». Ce qui représente un pas dans la bonne direction dans un monde de plus en plus pollué par les produits chimiques, en particulier dans les pays en développement, et dont les perturbateurs endocriniens ne sont pas les moins sournois — ces substances qui entrent dans la fabrication de produits de la vie courante, comme les cosmétiques et les jouets, et qui sont susceptibles d’être à l’origine de dysfonctionnements, comme l’obésité ou des retards de développement.

 

Il n’est objectivement pas facile d’établir un lien direct entre un pesticide et un problème de santé publique, même si les indices existent. D’autant moins facile que le glyphosate est un ingrédient parmi d’autres qui entrent dans la fabrication du Roundup, commercialisé depuis 1975. Des failles que l’industrie ne se prive pas d’exploiter, du reste.

 

Grâce aux tribunaux, le débat a encore pris de l’ampleur cette année avec le scandale des « Monsanto Papers », ces dizaines de milliers de pages de documents internes que le géant de l’agrochimie a dû rendre publics dans la foulée d’un procès intenté aux États-Unis par plus de 3000 victimes ou proches de victimes d’un lymphome non hodgkinien, un cancer du sang rare, dont ils tiennent responsables Monsanto et son glyphosate.

 

Ces documents, que Le Monde a disséqués, montrent par le menu comment s’y est pris Monsanto pour manipuler les données scientifiques et passer sous silence les risques que représente son très populaire pesticide — alors que c’est sur les études de l’entreprise que les autorités américaines se sont appuyées pour autoriser le glyphosate en 1994. À Bruxelles, l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA), qui a conclu à la non-toxicité du glyphosate, a été vertement critiquée après que The Guardian eut rapporté que les évaluations de l’agence avaient été copiées des études de Monsanto…

 

Le scandale des Monsanto Papers plaide haut et fort pour le principe élémentaire d’intégrité scientifique, le scandale étant que des gouvernements laissent les enjeux de santé publique se diluer dans une négligence à forte teneur en complaisance. D’autant que le glyphosate ne constitue évidemment pas un cas isolé. Plutôt une illustration parmi bien d’autres de la façon par laquelle des multinationales s’emparent des États et de leurs institutions. Au Canada, le gouvernement fédéral a autorisé en avril dernier l’utilisation du glyphosate pour une nouvelle période de 15 ans. Avec l’Europe, le décalage en matière de questionnement est énorme. Il faudra bien un jour que le débat ait lieu ici aussi.

  • Jacques Morissette - Abonné 13 novembre 2017 03 h 40

    «Le scandale des Monsanto Papers plaide haut et fort pour le principe élémentaire d’intégrité scientifique, le scandale étant que des gouvernements laissent les enjeux de santé publique se diluer dans une négligence à forte teneur en complaisance. D’autant que le glyphosate ne constitue évidemment pas un cas isolé. Plutôt une illustration parmi bien d’autres de la façon par laquelle des multinationales s’emparent des États et de leurs institutions. Au Canada, le gouvernement fédéral a autorisé en avril dernier l’utilisation du glyphosate pour une nouvelle période de 15 ans. Avec l’Europe, le décalage en matière de questionnement est énorme. Il faudra bien un jour que le débat ait lieu ici aussi.»

    Après avoir lu le petit texte cité ci-dessus, la complaisante du gouvernement au Canada qui autorise l'utilisation du glyphosate avantage les intérêts de qui, de l'entreprise Monsanto ou des citoyens, dans la mesure où ces décisions sont prises quasi à l'insu des gens concernés?

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 13 novembre 2017 08 h 28

    Monsanto et le Canada

    Le gouvernement canadien et Monsanto sont partenaires d’affaires dans le développement d’une variété de blé transgénique.

    Il ne faut donc pas se surprendre que le Canada prolonge de 15 ans l’autorisation du glyphosate et refuse obstinément d’obliger l’etiquettage obligatoire des OGM, une mesure réclamée par 86% des Canadiens.

  • Diane Germain - Abonné 13 novembre 2017 08 h 59

    Débat au Canada?

    D'ici à ce qu'on ait un vrai débat sur le glyphosate au Canada, les poules auront des dents car « Ils sont encore plus puissants que le gouvernement du Québec », a d’ailleurs reconnu le ministre de l’Agriculture de l'époque Pierre Paradis, en évoquant « Monsanto et les autres de ce genre ». (Le Devoir, 25 octobre 2015).

    Par conséquent, ceux, qui peuvent se le permettre, mangent bio quant aux autres... il y a de forte change que vous serez malades mais soyez sans crainte on va s'occuper de vous. Ces compagnies fabriquent aussi des médicaments en tout genre. Donc, tout est dans tout, comme dirait l'autre.

    • Jean-Pierre Martel - Abonné 13 novembre 2017 16 h 38

      Oui, tout est dans tout et vice versa...

  • Nicole Delisle - Abonné 13 novembre 2017 09 h 13

    Comment mettre la vie des canadiens en danger délibérément !

    « Au Canada, le gouvernement fédéral a autorisé en avril dernier l’utilisation du glyphosate pour une nouvelle période de 15 ans. » Comment comprendre et admettre
    que nos élus approuvent un tel cancérigène possible vendu par Monsento? C’est incompréhensible et inacceptable! Cela va avec la belle façade environnementale du gouvernement Trudeau qui ment à la planète lors des rencontres internationales, alors que de l’autre côté de la bouche il veut favoriser l’extraction de pétrole des sables bitumineux au nom du profit! C’est de l’hypocrisie à l’etat pur. On n’en est plus à une première incohérence libérale. La vérité et la transparence ont toujours mauvaise presse en politique!