Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Critiques

      Dans «Confidences sur l’oreiller», Dulcinée Langfelder incarne certains de ses rêves, cueillis sur dictaphone au sortir du sommeil, relivrés en voix «off», chuchotés.
      Critique Danse

      Rêves de sommeil léger

      20 janvier 2018 | Catherine Lalonde | Danse
      Dulcinée Langfelder livre, voix et vidéo à l’appui, un «one woman show» sur ses rêves.
      Dulcinée Langfelder livre, voix et vidéo à l’appui, un «one woman show» sur ses rêves.
      0 réactions | 1 votes
      Superbe quinquagénaire au caractère bien trempé, Olivia Lake (Sharon Stone) ressent le besoin, au grand dam de son meilleur ami gai JC Schiffer (Paul Reubens), de lire le désir dans les yeux des hommes.
      Grand angle

      Fragments de polar

      20 janvier 2018 | Manon Dumais | Télévision
      En 2016, la chaîne CBS annonçait qu’elle ferait revivre La quatrième dimension, populaire série anthologique de science-fiction présentée par Rod Serling dans les années 1960, de façon interactive...
      En 2016, la chaîne CBS annonçait qu’elle ferait revivre La quatrième dimension, populaire série...
      0 réactions | 1 votes
      • video
      Film de la quête identitaire, c’est aussi un film de la réconciliation, chaque sous-récit, passé(s) et présent confondus, présentant une situation de métissage.
      Critique

      «Hochelaga, terre des âmes»: à la lumière du passé

      20 janvier 2018 | François Lévesque | Cinéma
      Un rai de lumière dorée éclaire le feuillage luxuriant d’arbres dressés aux abords d’un ruisseau. L’image est idyllique, mais voilà qu’un travelling arrière dévoile plutôt une scène de massacre....
      Un rai de lumière dorée éclaire le feuillage luxuriant d’arbres dressés aux abords d’un ruisseau....
      0 réactions | 1 votes
      • video
      La route du capitaine Joseph J. Blocker est parsemée de dangers, son groupe composé d'alliés et de prisonniers étant toujours la proie possible des Comanches.
      Critique

      «Hostiles»: au revoir les vrais cowboys

      20 janvier 2018 | André Lavoie | Cinéma
      Lors d’une visite à l’infirmerie pour saluer une dernière fois un compagnon d’armes gravement blessé, le capitaine Joseph J. Blocker lui adresse quelques mots de réconfort aux limites du banal,...
      Lors d’une visite à l’infirmerie pour saluer une dernière fois un compagnon d’armes gravement...
      0 réactions | 2 votes
      • video
      Nick Flanagan (Gerard Butler, à droite) espère se faire un allié de Donnie (O’Shea Jackson Jr.), barman discret qui travaille là où l’ennemi a établi son repaire.

      «À armes égales»: casse à l’américaine

      20 janvier 2018 | Manon Dumais | Cinéma
      Scénariste de La chute de Londres, de Babak Najafi, et d’Un homme à part, de F. Gary Gray, Christian Gudegast se lance maintenant dans la réalisation. Et non sans talent. Cela dit, son premier film,...
      Scénariste de La chute de Londres, de Babak Najafi, et d’Un homme à part, de F. Gary Gray, Christian...
      0 réactions | 1 votes
      • video
      Vitrine cinéma

      Hostiles

      20 janvier 2018 | André Lavoie | Cinéma
      John Wayne n’en finirait plus de s’indigner devant les transformations sociales et politiques du western. Scott Cooper (Crazy Heart, Black Mass) s’inscrit pourtant dans cette continuité avec...
      John Wayne n’en finirait plus de s’indigner devant les transformations sociales et politiques du...
      0 réactions | 1 votes
      • video
      Vitrine cinéma

      Hochelaga, terre des âmes

      20 janvier 2018 | François Lévesque | Cinéma
      Dans cette fresque ambitieuse, un jeune archéologue (Samian) croit avoir découvert l’emplacement du mythique village iroquoien d’Hochelaga après un affaissement de terrain au stade Percival-Molson,...
      Dans cette fresque ambitieuse, un jeune archéologue (Samian) croit avoir découvert l’emplacement du...
      0 réactions | 0 votes
      • video
      Vitrine cinéma

      Happy End

      20 janvier 2018 | François Lévesque | Cinéma
      Le cinéphile rompu à l’univers clinique de Michael Haneke tiendra pour acquis que le titre Happy End est ironique. En effet, l’auteur de Caché n’est pas friand des dénouements heureux. C’est...
      Le cinéphile rompu à l’univers clinique de Michael Haneke tiendra pour acquis que le titre Happy End...
      0 réactions | 1 votes
      • video
      Vitrine cinéma

      Mon amour à jamais (V.F. de Forever my Girl)

      20 janvier 2018 | André Lavoie | Cinéma
      La dépression saisonnière peut aussi être causée par tous ces films qu’on jette en pâture à une période de l’année où les coffres à trésors des distributeurs sont parfois vides. Forever my Girl,...
      La dépression saisonnière peut aussi être causée par tous ces films qu’on jette en pâture à une...
      0 réactions | 0 votes
      Vitrine cinéma

      Destierros

      20 janvier 2018 | André Lavoie | Cinéma
      Il n’y a pas qu’au milieu de la Méditerranée que les dangers sont nombreux pour les migrants. Ceux qui partent du Honduras, du Salvador ou du Guatemala pour se rendre aux États-Unis ou au Canada...
      Il n’y a pas qu’au milieu de la Méditerranée que les dangers sont nombreux pour les migrants. Ceux...
      0 réactions | 1 votes
      • video
      Vitrine cinéma

      À armes égales

      20 janvier 2018 | Manon Dumais | Cinéma
      Ayant décidé de cambrioler la Réserve fédérale de Los Angeles, un braqueur (Pablo Schreiber) et sa bande doivent rivaliser de ruse avec un shérif (Gerard Butler) qui les a à l’oeil. Il y a tant de...
      Ayant décidé de cambrioler la Réserve fédérale de Los Angeles, un braqueur (Pablo Schreiber) et sa...
      0 réactions | 0 votes
      • video
      Vitrine cinéma

      12 Strong

      20 janvier 2018 | Manon Dumais | Cinéma
      Octobre 2001. L’unité des Forces spéciales de l’armée américaine, menée par le capitaine Mitch Nelson (Chris Hemsworth, solide), débarque en Afghanistan afin d’aider les Afghans à lutter contre les...
      Octobre 2001. L’unité des Forces spéciales de l’armée américaine, menée par le capitaine Mitch...
      0 réactions | 0 votes
      «OoS», une installation participative et hybride à la croisée de la performance, du théâtre, du cinéma, mais en galerie

      Lynda Gaudreau l’exploratrice

      20 janvier 2018 | Nicolas Mavrikakis | Arts visuels
      La chorégraphe Lynda Gaudreau nous convie à un autre volet d’une série qu’elle a inaugurée en 2009 et qui s’intitule OUT. Déjà en 2010, dans cette même galerie Leonard et Bina Ellen, elle avait...
      La chorégraphe Lynda Gaudreau nous convie à un autre volet d’une série qu’elle a inaugurée en 2009...
      0 réactions | 0 votes
      Vue de l’exposition «Celle qui continue de donner», de Maria Hupfield, 2017, The Power Plant Contemporary Art Gallery, Toronto. Avec l’aimable permission de l’artiste.

      Maria Hupfield et ses rituels feutrés

      20 janvier 2018 | Jérôme Delgado | Arts visuels
      Les honneurs d’une exposition itinérante pancanadienne, qui ira même au-delà des frontières (à Paris en 2019), ne font pas de doute : Maria Hupfield est devenue la grande figure de l’art autochtone....
      Les honneurs d’une exposition itinérante pancanadienne, qui ira même au-delà des frontières (à Paris...
      0 réactions | 1 votes
      «Réversible»
      Critique

      Espace-temps

      20 janvier 2018 | Le Devoir | Télévision
      Le temps et ses tourments occupent une grande place dans le répertoire du collectif circassien Les 7 doigts, dont le spectacle Temporel, créé avec le duo Lemieux-Pilon, est actuellement à l’affiche...
      Le temps et ses tourments occupent une grande place dans le répertoire du collectif circassien Les 7...
      0 réactions | 0 votes
      • video
      On observe l’implosion d’une riche famille industrielle française alors que l’entreprise de construction, dont le patriarche (Jean-Louis Trintignant) a confié les destinées à sa fille (Isabelle Huppert), connaît des difficultés.

      «Happy End»: modérément Haneke

      20 janvier 2018 | François Lévesque | Cinéma
      D’emblée, le cinéphile rompu à l’univers clinique de Michael Haneke tiendra pour acquis que le titre Happy End se veut ironique. En effet, le cinéaste deux fois lauréat de la Palme d’or cannoise...
      D’emblée, le cinéphile rompu à l’univers clinique de Michael Haneke tiendra pour acquis que le titre...
      0 réactions | 1 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.
    Les plus populaires