Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Voyager avec Lio Kiefer Je vous invite au voyage! N’importe quel voyage! Celui dont on rêve, celui qu’on prépare, celui auquel on n’échappe pas. Vous me posez vos questions, j’y réponds. Chaque jour, des infos de par le monde. Ce seront nos bagages.

    Et si Noël n'avait jamais existé

    28 décembre 2012 15h12 |Lio Kiefer | Voyager avec Lio Kiefer
    Crèche de Noël bavaroise<br />
    Photo: Andreas Praefcke Crèche de Noël bavaroise
    Cela fait des décennies que je me pose la question. Imaginons que Noël n’existe pas! On aurait peut-être droit à une autre histoire. Celle d’un petit Kirikou qui ne serait ni roi, ni maître, qui mourrait le jour de ses 32 ans...

    À chaque fois que j’ai vu une crèche, ici ou ailleurs, j’ai toujours eu un léger sourire. L’enfant qui sourit, moitié nu, avec une maman bien habillée et un papa qui n’a quitté ses habits de charpentier pour être père nourricier. Et tout autour des ovidés, qui sont censés souffler sur les pieds de l’enfant. Je regrette, mais les veaux, boeufs ou autres moutons et chèvres ne soufflent pas, ils lèchent...

    Quant aux trois rois, on imagine mal des types bourrés de fric et de pouvoir, faire un grand détour à cause d'une étoile et sans escorte. Les mécènes, sans doute…

    Mais l’histoire est belle, car même si à Bethléem, la nuit du 24 décembre, on se les gèle, on peut imaginer des scènes de ce genre.

    En parcourant récemment les lieux, on se trouve le plus souvent entre des Palestiniens, Chrétiens et Juifs. Tout ce monde se côtoie dans une certaine harmonie mercantile au nom de la foi. Donc, cela peut fonctionner! Des poêles à frire estampillées David, des couvertures au nom de Jésus et des sandales palestiniennes pour faire le parcours sont des ingrédients de base.

    La crèche serait plus crédible avec un enfant noir. En Italie et en Allemagne, elle est souvent édulcorée (Naples ou la Bavière). En Provence, elle est participative avec les santons qui représentent métiers et signes de reconnaissance.

    Et dans tous les cas, l’enfant qui n’a pas chaud sourit tout le temps. Mais rappelons seulement cette petite phrase: «Une personne qui sourit tout le temps est quelqu’un qui cache quelque chose. Une personne qui ne sourit jamais est quelqu’un qui a déjà tout caché.»





     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer