Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Voyager avec Lio Kiefer Je vous invite au voyage! N’importe quel voyage! Celui dont on rêve, celui qu’on prépare, celui auquel on n’échappe pas. Vous me posez vos questions, j’y réponds. Chaque jour, des infos de par le monde. Ce seront nos bagages.

    Le tout-inclus en mode découverte

    29 novembre 2012 15h55 | Lio Kiefer | Voyager avec Lio Kiefer
    Marché haïtien.<br />
    Photo : Lio Kiefer Marché haïtien.
    Pour beaucoup, la formule tout-inclus n’inspire que les sédentaires en mal de soleil. Regroupés dans un resort, ils forment une tribu qu’on supporte, qu’on rejoint ou que l’on déteste. Cette année, les tout-inclus commencent à offrir le partir «autrement».
    C’est la même chose, sauf que…

    Depuis des années, les commentaires des touristes des tout-inclus demandent d’autres alternatives au dodo, resto, rigolo. Le Club Med, initiateur du concept a dû, vu la concurrence, changer ses batteries depuis des décennies en essayant d’offrir plus de sports précis (escalade, escrime, tir aux pigeons, yoga, surf, etc.), de séparer des tables à 10 et d’offrir des tables individuelles, de revamper les chambres et de se démarquer des soirées dites «hot» et opter pour des soirées familiales où le p'tit dernier devient, le temps d’une nuit, une star, à la place d’une Bimbo sortie de nulle part.

    Mais le touriste, à force d’en faire, trouve le tout-inclus un peu toujours à la même sauce. On a beau faire partie d’une tribu, on veut connaître les autres. Toucher de l’autochtone, sentir la faim sans en être affecté, jouer les Robinson en étant également Philéas Fogg.

    Et c’est ainsi que les tout-inclus ont commencé à distiller des restos dits intimistes et à la carte en dehors des buffets où la crevette, quelquefois, dépérissait au fil des heures. Il faut réserver tôt et ne pas manquer l’horaire.

    Pour rendre le touriste encore plus conscient de ses privilèges, on offre maintenant des excursions près des autochtones. On peut les toucher, connaître la mamie qui fait du si bon poulet, et l’oncle qui est un sculpteur sur bois, et le petit dernier qui chante comme un coeur et joue de la guitare à deux cordes.

    Il y a même des restos, en dehors des resorts, qui acceptent le bracelet comme mot de passe et qui offrent de la vraie cuisine locale. La crevette vient souvent du même fournisseur que celui du tout-inclus, mais elle se veut plus vive, plus authentique. Autrement…

    Ce qu'il est intéressant de noter, comme en Jamaïque, c’est que les tout-inclus qui ont fait fermer, dans les années 70, des centaines de restos locaux, alors qu'on disait que c’était dangereux de s’y rendre (hygiène, violence et sexe), les font rouvrir pour distiller leurs milliers de touristes voulant goûter à l’authentique.

    Aujourd’hui, l’authentique a bonne presse, comme le manger vrai.

    Prochaine étape: retracer le CV du poulet boucanné et les indices coraliens du mérou et de la langouste.

    Quant à la crevette, elle devra choisir…

    Pour finir, une phrase de Claire Brétécher dans son livre Tourista: «Cette idée d’aller dans le tiers-monde alors que le quart-monde est à deux stations de métro.»



     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer