Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Voyager avec Lio Kiefer Je vous invite au voyage! N’importe quel voyage! Celui dont on rêve, celui qu’on prépare, celui auquel on n’échappe pas. Vous me posez vos questions, j’y réponds. Chaque jour, des infos de par le monde. Ce seront nos bagages.

    Îles de la Madeleine: autant en emporte le vent...

    27 juillet 2012 11h04 |Lio Kiefer | Voyager avec Lio Kiefer
    Pêche aux coques à Grande Entrée
    Photo: Isabelle Chagnon Pêche aux coques à Grande Entrée
    Et si les Îles de la Madeleine étaient depuis toujours le lieu réel d’un roman d’amour avec le vent? Elles ne se reposent jamais avec les éléments qui les entourent, qui les flattent ou qui les fouettent… Mais le vent est sans doute leur amant éternel, celui qu’on laisse partir en étant sûr qu’il va revenir… Anémophobes s’abstenir!

    Nous faisons le tour de la Gaspésie et nous allions toucher Chandler:
    – Hé, le Vacancier accoste ce soir!
    – S’il y a de la place, on pourrait faire un tour aux Îles pour 2 jours!

    Le Vacancier, c’est le navire de la CTMA qui part de Montréal le vendredi vers 3h, croise le Saint-Laurent, s’arrête à Chandler vers 23h le samedi et arrive aux Îles le dimanche matin vers 11h. Deux coups de téléphone…
    – Y a encore quelques places. Hop! Dans le bateau!

    On connait le bateau depuis plus d’une décennie…  Ma fille y a mangé son premier homard. C’est sur le Vacancier qu’elle a commencé à chanter à tue-tête et qu’elle a connu les scarabées d’or de G. Brossard sur une croisière thématique. 

    Tu commences à connaître un navire, lorsque tu as ta toilette préférée, ta place sur le Pont 6, que tu connais une vingtaine de cabines, les prénoms du capitaine et du personnel, et que t’attends avec impatience le pain doré et le pot de cretons au petit déjeuner.

    Pendant toutes ces années, le navire a évolué dans ses structures et son service. Dernier truc, un salon de beauté avec massages.

    C’est peut être au niveau de l’animation sur les croisières classiques que l’évolution est la plus lente. On a toujours droit aux danses en ligne et à un chansonnier qui parcourt le top 100 des chansons les plus connues.

    Sinon, c’est une belle allongée le long du Saint-Laurent, avec quelquefois des baleines... Les mouettes sont incontournables, ainsi que le vent sur les ponts…

    La clientèle rajeunit, mais on y trouve encore une majorité de sexagénaires. On peut embarquer à bord son auto, son vélo, son bateau... Excursions à Chandler et à Québec sur le retour. Disponibilités pour les personnes à capacité physique restreinte. Ambiance bon enfant avec un personnel à majorité madelinienne. Comme le bateau est d’une taille raisonnable, on se connaît tous après deux heures.

    Le resto du soir, à la carte, est de bonne facture et propose entre autres du homard, de l’agneau et des poissons de saison ou de passage.

    Et comme disent les Madelinots: «What a fun!»


    Les îles des deux fins...

    Même si les îles sont à visiter en entier… Il reste que ce que je préfère se trouve aux deux extrémités. D’un côté Havre Aubert et de l’autre, Grande-Entrée.

    La première citée est celle de quelques artistes, de la Grave qui fait quelquefois dans le bottin de l’UDA, du musée de la Mer, des Artisans du Sable, du Café de la Grave et des plages accessibles.  Juste en sortant, Bassin et son port minuscule, où je taquine soles, maquereaux, crabes et poissons sans domicile fixe. Quelques gîtes et chalets de très bonne tenue sont là pour recevoir.

    La seconde est Grande-Entrée, là où les pêches sont reines. Des plages attenantes comme celles de la Grande Échouerie, énorme et longue, QG du pluvier moqueur, de la mouette rieuse, du touriste marcheur et quelquefois baigneur. Celle de la Bluff avec ses entrées en falaises vers la Bluff. Dauphins et loups marins jouent quelquefois à cache-cache avec les kayakistes. Celles du Bassin Ouest et Bassin Est, pour de longues marches et de la baignade.

    Un lieu pour séjourner, la Salicorne, en formule club. Avec de nombreuses activités.  Club nautique, bains d’argile, photographie, ornithologie, centre d’interprétation du loup marin, cuisine madelinienne, visites du port, d’un pêcheur, soirées contes. Vue sur l’île Boudreau. Camping-caravaning attenant, sans audace.

    Pour la pêche aux coques, aux couteaux et aux palourdes, je vais vous donner mon lieu de pêche à pied. Partez de Grande Entrée direction Old Harry. Prenez le chemin des Cyr sur la gauche et tournez à droite sur le Chemin des falaises… Laissez votre véhicule en fin de chemin et faite 600 m devant vous, à pied. Vous avez le temps pour faire une réserve de mûres, de bleuets et de thé du Labrador. Vous arrivez  à une crique, la Cliff, avec des poches de sable dur que l'on découvre à marée basse. De petits trous dans le sable. Enfourchez une cuiller dans le trou. Si cela pince, c’est un crabe. Si cela est un peu dur, c’est une coque. 3 kilos en quelques minutes avec ma fille.

    Pour des étoiles de mer, des coquillages  et des bouts de bois, la Dune de la Pointe jusqu’au Cap à Isaac.

    Autre lieu de prédilection, le port de pêche… Sur celui-ci la boutique du Bout de l’île, avec au deuxième étage, une expo photo de Raoul Jomphe, le photographe-réalisateur de Phoque le film, consacré aux pêcheurs madelinots. (Couleur pêcheur)

    Et un lieu assez nouveau, Alpha Café.
        •    On y mange la meilleure pizza aux palourdes des Îles.
        •    C’est la propriété de Mario Cyr, plongeur aventurier caméraman (National Geographic, Mission Antarctique)
        •     Des initiations sous-marines soutenues avec les loups de mer et autres amis.
        •     Des Plongées pour s’initier à la photo et à la vidéo sous l’eau
        •     Et un lieu où un mardi après-midi de vent intense, on rencontre en même temps le plongeur photographe, Mario. Le réalisateur, Raoul et deux autres artistes photographes. Julien Livernois et Maude Jomphe

    Cela faisait deux jours… Puis on reprenait le bateau…

    J’ai repris du vent une dernière fois… Et me suis dit pourquoi il n’existait pas une thérapie éolienne.

    1h à Grande-Entrée par grand vent, c’est comme 6 mois chez le psy…

    Pour toutes les Îles, l’ATR distille un portail d’infos complet.












    Envoyer
    Fermer