Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Voyager avec Lio Kiefer Je vous invite au voyage! N’importe quel voyage! Celui dont on rêve, celui qu’on prépare, celui auquel on n’échappe pas. Vous me posez vos questions, j’y réponds. Chaque jour, des infos de par le monde. Ce seront nos bagages.

    Il y a 600 ans, Jeanne d'Arc

    16 février 2012 11h12 |Lio Kiefer | Voyager avec Lio Kiefer
    La ville de Rouen, où Jeanne d'Arc a été brûlée.<br />
    Photo: SOURCE FREDERIC EBERHARDT / M.A.E La ville de Rouen, où Jeanne d'Arc a été brûlée.
    Depuis le début de l’année, en France, on fête la naissance de la Pucelle d’Orléans. Pas toute la France, mais celle où elle est née. Ensuite, les villes qui l’ont vue être guerrière à plein temps. C’est au-dessus de la Loire. À Rouen, où elle a été brûlée vive, on restera silencieux.

    Les anniversaire de stars de tous genres en terres occidentales m’ont toujours faire rire. L’espace d’une année, on fête un anniversaire, un décès, une bataille, un génocide, une rencontre, un traité. Cela a le mérite de sortir des boules à mites des orchestres, des majorettes, des historiens, des spécialistes de la star en question.

    Avec Jeanne d’Arc, on est en plein spleen franco-français. Était-elle vraiment une fille, vraiment pucelle? A-t-elle entendu des voix pour sauver la France ou était-elle simplement illuminée?

    Voyez, je dis ELLE… Certainement, en ligne pour mes années d’histoire au primaire, là où Mme Pocard-Chapuy, maîtresse de CE2 (3e année) nous racontait l’histoire de Jeanne, les larmes aux yeux.

    Elle commença à délirer dans son village de Domrémy vers l’âge de 13 ans, pour prendre à 17 ans, le chemin de la Loire. Elle se fit passer pour un gars, obtint une armée, alla délivrer Orléans des Anglais et fit sacrer roi à Reims un certain Charles qui devint numéro 7. Elle était enfant-soldat, mais chef.

    Ensuite, elle se dit que continuer était dans ses gènes. Ah! la Jeunesse! Mais malheureusement elle se fit arrêter à Compiègne, pour être jugée plus tard, à Rouen, et brûlée vive sur un bûcher où des Français du coin applaudissaient à tout rompre. Les infos de l’époque disent que si le peuple normand ne l’aimait pas, c’est que les anglais et les bourguignons avaient fait de l’intox en matière de propagande anti-jeannette. Pour être graciée, elle aurait dû porter des habits de femme. Mais elle se résigna à la toute fin à porter des habits d’homme.

    Ce que j'ai lu ensuite, c’est que si Jeanne était pucelle à Orléans, elle ne l’était plus à Rouen. Ses compagnons d’armes et de geôle, s’apercevant que le gars était une fille, lui firent grâce de leurs mâles atouts.

    Ce que j’appris également, c’est que durant son parcours, elle a du subir des dizaines de tests de virginité et de nombreux tests de santé mentale vérifiés par des théologiens et autres grenouilles de bénitier de l’époque. Héroïne ou cinglée, l’histoire n’est pas prête de l’avouer.

    Ce qui est très triste, c’est que le damoiseau-moiselle est devenue la mascotte du Front national. Là où Jean-Marie Le Pen d’abord, puis Marine, sa fille, en lice pour les présidentielles 2012, se font des gorges chaudes de p'tite fille de Domrémy.
    On a les héros qu’on mérite!

    Tout cela pour dire que le parcours touristique de Jeanne en France n’est pas ce qu’il y a de plus excitant.

    • Domrémy en Lorraine est un village comme des milliers de villages, sans grand intérêt. Sauf qu’on peut comprendre que lorsqu’on est une fille de rural un peu aisé, à 13 ans, on a des hallucinations, des voix, etc.

    • Vaucouleurs. C’est là qu’elle rencontra un certain Robert de Beaudricourt, capitaine de la forteresse, qui dit à l’oncle de Jeanne de ramener cette illuminée chez elle avec un gifle à la clé. Ce qui fut fait. À Vaucouleurs, restes du remparts et reste du Château.

    • Chinon. Là au moins on du château. C’est là qu'elle rencontra pour la première fois le dauphin Charles et que ce dernier, pris d’un burn out princier,  reprit espoir.

    • Orléans. La ville qu’elle délivra. Les banlieues sont horribles et la ville a juste la Loire pour elle.

    • Reims… Heureusement il y a la cathédrale. Et la ville est belle.

    • Compiègne. Le Château, la forêt, le pont Jeanne-d’Arc, La Tour Jeanne-d’Arc… et la forêt environnante.

    • Rouen. Une belle vielle ville, mais aux extérieurs plutôt tristes. Jeanne fut brûlée sur une place qui était à l’extérieur de la ville, et qui, près d’une église voit fleurir un joli marché

    On vivait déjà une époque formidable!

    Il est alors préférable de jeter un coup d’œil sur le documentaire My Joan of Arc de Denis Chiasson.
    La ville de Rouen, où Jeanne d'Arc a été brûlée.<br />
Milla Jovovitch dans la peau de Jeanne d'Arc, dans le film <em>Jeanne d'Arc</em>, de Luc Besson, paru en 1999.<br />
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer