Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    « Gérald-Tremblay », nouveau mot interdit à l’Assemblée nationale

    l'ex-maire de Montréal, Gérald Tremblay
    Photo: Jacques Nadeau le Devoir l'ex-maire de Montréal, Gérald Tremblay
    Ceci n’est pas une blague : le nom de l’ancien maire de Montréal a été classé à l’index ce matin à l’Assemblée nationale. C’est donc officiellement un « propos non parlementaire » enregistré.

    François Bonnardel, leader parlementaire de la CAQ, est en partie responsable de cette nouveauté. Il lança, lors de la période de questions : « Ça n’a aucun sens ! Le chef de cabinet du premier ministre était informé. [Or, le premier ministre] veut nous faire croire qu’il a reçu l’information, seulement hier matin, en prenant son petit café ? [Dans] la lettre d’Annie Trudel, c’est écrit noir sur blanc : "C’est un secret de polichinelle que plusieurs membres de la direction du MTQ souhaitent ardemment mon départ." M. le premier ministre, êtes-vous atteint du  syndrome Gérald Tremblay : "Je ne le savais pas"? »

    Le terme a heurté le président Jacques Chagnon, qui a d’abord reproché au député de Granby de faire de faux diagnostics : « Vous n’êtes pas ici pour [ça]. On a déjà entendu dire qu’il y avait beaucoup de médecins dans la place. » Puis, il lui a demandé de retirer ses propos en précisant : « Vous êtes capable [de formuler votre question] sans utiliser de termes qui sont blessants. »

    Mots et Maux a eu la chance, un peu après, de croiser le président au Parlement et lui a demandé de préciser cette nouvelle exclusive. Il ne s’agissait pas, a insisté M. Chagnon, de transformer en insulte le nom de l’ancien maire (et ancien collègue ; ils ont siégé ensemble sous Bourassa II), mais bien d’interdire l’expression « syndrome Gérald-Tremblay ». Son but : proscrire les intentions blessantes. Il restera donc possible d’évoquer l’ancien maire de Montréal au Salon bleu sans risquer d’être sommé de retirer ses propos. Si ce nom n’est pas précédé de « syndrome ».

    Sans blague.












    Envoyer
    Fermer