Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    En français, s'il vous plaît

    Pierre Karl Péladeau, chef du Parti québécois
    Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Pierre Karl Péladeau, chef du Parti québécois
    L'essayiste Jean Larose est impitoyable. Il publiait dans nos pages récemment un texte vindicatif intitulé «Quand l'appel au pays tombe à plat».

    Le sujet, entre autres choses? La piètre maîtrise du français de plusieurs des têtes d'affiche souverainistes, entendus le fameux soir du 7 avril 2014. Par rapport à la langue sinueuse, mais impeccable de René Lévesque, il y a, se plaignait Larose, un «affligeant contraste». Parlant des Drainville et Péladeau entre autres, il écrit: «Soi-disant défenseurs de la langue française, ils se montrent pitoyablement incapables de l’illustrer. Ils bafouillent à grands cris — d’autant plus véhéments qu’ils n’ont visiblement pas prévu quoi dire dans la défaite, pourtant prévisible. Ils ont perdu les élections, cela arrive. Mais il devient soudain manifeste qu’ils ont aussi, et depuis longtemps, perdu autre chose: la langue qui crée la foi.»

    Malheureusement, Mots et maux confirme ce constat implacable. Il suffit de transcrire les phrases du nouveau chef du Parti québécois.

    Questionné lundi au sujet de la commission parlementaire chargée d'étudier le rapport du Commissaire à l'éthique, M. Péladeau multiplie les phrases bancales et la gibelotte: «Alors c'est de ça dont il s'agit.»  La qualité de la langue, ce n'est pas que fioritures! C'est surtout affaire de précision. Or, M. Péladeau voulant prévenir ses adversaires que cet exercice ne devait pas être «instrumentalisé» à des fins politiques, a tenu des propos ambigus, menaçants: «Si maintenant on décide de faire autre chose et qu'effectivement, on l'instrumentalisme politiquement, bien le cas échéant, ce seront ceux et celles qui auront décidé de s'engager dans cette direction qui auront à subir les conséquences des gestes qu'ils posent.»

    Quelles conséquences? Que veut-il dire exactement? Un peu plus et cette phrase mal forgée, qui a sans doute dépassé sa pensée, lui valait une accusation de violation de privilège parlementaire!

    Par ailleurs, dans la mêlée de presse, il insiste: rien n'oblige le chef d'opposition à créer une fiducie sans droit de regard pour y déposer ses actifs. Mais voilà comment il l'exprime: «Je ne suis pas obligé d'être assujetti.» Il ajoute que «Le processus poursuit son cours.» La commission qui se tient mardi est-elle vraiment nécessaire? Il répond : «Oui elle est nécessaire parce que c'est "mandatoire" —permettez-moi l'expression— dans la loi.» On a envie de répondre : «Non! non on ne vous la permet pas, cette expression!»

    Puis le chef péquiste est questionné sur l'affaire Bugingo. Gibelotte totale, encore: «C'est une situation qui nous porte à réfléchir sur les moyens à mettre en place — si moyens il y a —parce qu'honnêtement, je ne vois pas comment on peut éventuellement trouver des solutions. Il y a toujours des problèmes qui vont naître de certaines circonstances.»

    Cela donne mal aux oreilles. Puis les journalistes l'amènent sur les 20 ans du départ des Nordiques. Ça se gâte encore! «Je ne suis pas au courant de tous les tenants et aboutissants qui ont amené à la vente des Nordiques.» Il en rajoute avec une dernière réponse digne des lessarderies ou autres leclaireries:  «C'est certain qu'à l'époque, il y avait le début d'un rehaussement d'un certain nombre de considérations, dont notamment les localisations. Et il y avait des questions qui ont notamment été mises en place, dont notamment le plafonnement des salaires qui n'existait pas à l'époque. Est-ce que, tsé, si les Nordiques étaient restés à Québec… ce qui pouvait être le cas échéant des éléments qui plombaient leur rentabilité auraient pu disparaître et permettre aux Nordiques de vivre correctement et adéquatement. C'est toujours un petit peu facile… ça fait gérant d'extrade de se remette 20 ans avant.»

    À ce moment, vous en conviendrez, on a envie d'imiter un geste célèbre de M. Péladeau et de lancer un «en français s’il vous plaît» bien sonore.












    Envoyer
    Fermer