Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Lessarderies en série

    Laurent Lessard en pleine gibelotte. <br />
    Photo: Archives Presse Canadienne Laurent Lessard en pleine gibelotte.
    Le député libéral de Frontenac Laurent Lessard était déchaîné cette semaine, lorsqu'il a commenté les cas des ministres Jean-François Lisée, de son salaire différé, et de Maka Kotto, qui a convoqué 22 conseillers culturels. En 15 minutes bien intenses, M.Lessard a prouvé qu'il méritait sa catégorie personnelle de Mots et Maux.

    D'abord par cette jolie contradiction : «La seule journée que les délégués culturels sont venus ici, à Montréal, puis qu'ils ont mangé froid, c'est quand finalement le ministre leur a parlé. C'est la seule fois qu'ils ont eu du réchauffé

    Ensuite, il nous a servi une gibelotte goûteuse :

    «M. Lisée n'en reste pas là, donc, deuxième chapitre, lui et son collègue de la Culture, en même temps, en novembre dernier, convoquent les 22 délégués culturels à l'étranger. Ils mettent tout ça dans les avions, ils les ramènent au Québec, ils les ramènent à Montréal dans les hôtels, dans les repas, dans les frais de dépenses pour leur annoncer, pendant à peu près une heure, qu'il va couper dans les ministères. […]
    On peut dire: Bon, un petit coup sur Internet aurait pu, donc, en visioconférence leur dire qu'ils vont être coupés, pas moyen de se déplacer, puis qu'ils regardent dans leurs ministères comment faire des compressions. Il aurait même pu aller sur Skype sans frais pour leur indiquer qu'ils vont être coupés puis qu'ils s'attendent à avoir des coupures importantes. Non, tout ça, là, ça n'a pas été fait.»


    Des tentatives de «jeux de mots»: «C'est un gouvernement qu'elle dit éthique. Je regarde ça aujourd'hui, après trois mois, je pense que c'est pathétique

    Autre jeu de mots : «Ça a l'air qu'il devrait en choisir un des deux… sur le salaire M. Lessard a insisté sur le mot «salaire» pour bien montrer la consonance avec «ça a l'air».

    Mon collègue Robert Dutrisac a osé cette question: «Mais est-ce que vous n'êtes pas mal placé pour parler de double rémunération, alors que Jean Charest, lui, a touché secrètement un salaire?»

    Réponse de M. Lessard : «Il n'y avait pas de code d'éthique.»

    Bien sur, ça explique tout.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer