Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Le libre-échange, «au niveau» de l'accouplement

    La Coalition avenir Québec a du potentiel, on en a eu la preuve cette semaine. Mercredi, le nouveau député de La Prairie Stéphane Le Bouyonnec s'est révélé. D'abord il se révèle un grand producteur de «au niveau», ce qui n'est pas pour déplaire à Mots et Maux™.

    Dans un très bref discours en chambre, M. Le Bouyonnec a eu le temps de visiter plusieurs niveaux :

    «Nous aurions pu, au niveau du développement économique, avoir un véritable nationalisme économique» ;

    «Au niveau du financement par étudiant nous ne sommes peut-être pas si mal que ça» ;

    «La part des budgets canadiens de recherche au niveau québécois»;

    «Au niveau de l'entretien différé»…

    Un autre niveau?

    «Nous serons vigilants aussi au niveau du commerce extérieur», a averti M. Le Bouyonnec.

    Et c'est à ce moment, en parlant du projet de libre-échange Canada-Europe actuellement en négociation, qu'il a véritablement élevé son discours à un niveau record:

    «Nous sommes favorables à ce traité de libre-échange, mais il ne faut pas oublier les leçons tirées du libre-échange avec les États-Unis. Il ne faut pas oublier que nous avons eu la question du bois d'oeuvre. Il ne faut pas oublier que le gouvernement souverainiste devra s'entendre avec les autres provinces canadiennes à la table de négociation dirigée par les fédéraux. Et on peut se poser d'ores et déjà la question: Au niveau de nos brevets pharmaceutiques, devrons-nous, par exemple, nous ACCOUPLER avec les Européens?»

    Le libre-échange comme accouplement! Une idée pénétrante qui vaut à M. Le Bouyonnec d'être sacré sur-le-champ Ami de Mots et Maux™.

    (Rappelons qu'être sacré «Ami de Mots et maux de la politique» est une première étape. L'ordre national du Québec a trois insignes : Grand Officier, Officier et Chevalier. L'ordre de Mots et maux aussi : Ami, Grand Ami et Catégorie.)
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer