Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Les mutations tranquilles CULTURES + SOCIÉTÉ + PARADOXES

    Apple parle à la police deux fois sur trois

    19 avril 2016 16h48 |Fabien Deglise | Les mutations tranquilles
    Spy Booth de Bansky. Œuvre sauvage posée par l'artiste sur un mur urbain de Cheltenham, Grande-Bretagne (2013).
    Photo: Spy Booth de Bansky. Œuvre sauvage posée par l'artiste sur un mur urbain de Cheltenham, Grande-Bretagne (2013).
    Il y a les apparences, les stratégies de communication, les chemises déchirées sur la place publique, et il y a les faits : tout en se posant en gardien intransigeant de la vie privée de ses fidèles, dans l’affaire qui l’a opposée au FBI récemment pour l’accès aux données crypté d’un iPhone utilisé par un terroriste de San Bernardino, Apple n’en demeure pas moins un complice discret des forces policières un peu partout sur la planète, y compris au Canada.

    À preuve, sous la pression légale, l’entreprise américaine a ouvert au gouvernement canadien ses serveurs et ses données sur ces abonnés, deux fois sur trois (67%), entre juillet et décembre dernier, indique son rapport biannuel de transparence sur les requêtes judiciaires émanant de gouvernements, rapport publié ce 19 avril.

    Au total, sur cette période, Apple a reçu neuf demandes du fédéral ciblant un total de 36 de ses appareils à «visiter», sans le consentement de leur propriétaire et sans les en informer d’ailleurs. Six de ces demandes ont reçu une réponse favorable.

    Aux États-Unis où 4000 demandes d’intrusion, sous supervision juridique, ont été reçues par Apple dans les six derniers mois de 2015, le taux de complicité est de 80 %.16 000 appareils étaient dans la ligne de mire des organismes étatiques chargés de la sécurité nationale.

    À travers le monde, Apple s’est montré particulièrement collaboratif avec la Malaisie, le Liechtenstein, la Slovaquie et l’Uruguay où 100 % des informations personnelles réclamées sur les abonnés de la multinationale ont été livrées aux autorités de ces pays, sans rechigner. L’Ukraine, l’Ouganda, l’Afrique du Sud, la Roumanie, Monaco ou encore la Bulgarie n’ont pas eu cette chance : aucune de leur demande n’a été accueillie favorablement par Apple, résume ce rapport.












    Envoyer
    Fermer