Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Les mutations tranquilles CULTURES + SOCIÉTÉ + PARADOXES

    Que va-t-il arriver au passeport de Julian Assange?

    4 février 2016 15h08 |Fabien Deglise | Les mutations tranquilles
    Julian Assange sur le balcon de l'ambassade d'Équateur à Londres.
    Photo: Julian Assange sur le balcon de l'ambassade d'Équateur à Londres.
    Il l’a dit ce matin dans une déclaration en ligne : si le Groupe de travail sur les détentions arbitraires des Nations Unies devait conclure au bien fondé des procédures judiciaires intentées par la Suède contre lui, Julian Assange, fondateur du site de révélations d’informations délicates, Wikileaks, s’engagerait alors à quitter l’ambassade d’Équateur à Londres où il s’est réfugié depuis juin 2012.
     
    À l’inverse, si une violation de ses droits devait être reconnue, l’homme réclamerait alors la restitution immédiate de son passeport et invoquerait son droit à la liberté.
     
    Or, la question va s’imposer très vite : que va-t-il arriver au passeport australien de Julian Assange, saisi par les autorités britanniques, après l’annonce que le comité de l’ONU se prépare à faire vendredi matin? Selon ce groupe, indique le New York Times, l’homme qui fait face à une demande d’extradition de la Suède pour y répondre à des accusations de viol — un prétexte selon le principal intéressé pour le livrer aux États-Unis — fait surtout face depuis trois ans et demi à une «détention arbitraire» et forcée au sein de l’Ambassade d’Équateur, en totale infraction avec le droit international.
     
    Le comité, dont les décisions ont une valeur purement symbolique, réclame au passage que la Suède mette un terme à son acharnement judiciaire contre Assange et que la Grande-Bretagne lui redonne le droit de circuler librement.
     
    Le Groupe de travail sur les détentions arbitraires relevant du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a fait part de ses conclusions à la Suède et à la Grande-Bretagne sur l’affaire Assange le 22 janvier dernier et ce, avant de les rendre publiques ce vendredi. Par voie de communiqué, le ministère suédois des Affaires étrangères a d’ores et déjà annoncé qu’il contestait cette vision des choses et qu’il allait rejeter les conclusions du rapport.
     
    Le destin de Julian Assange a basculé en 2010 après son implication dans la mise à jour de 250 000 câbles diplomatiques par l’entremise du site Wikileaks. En octobre dernier, la police de Londres a mis un terme à sa surveillance permanente de l’Ambassade d’Équateur où vit Julian Assange pour des raisons financières. Même si l’enquête pour viol présumé a été abandonnée par la Suède en août dernier, pour des raisons administratives, les autorités suédoises souhaitent toujours le rencontrer pour l’interroger sur ces allégations d’agressions sexuelles évoquées par deux femmes. Cela se serait passé en 2010. Aucune accusation n’a toutefois été portée contre lui à ce jour.












    Envoyer
    Fermer