Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Les mutations tranquilles CULTURES + SOCIÉTÉ + PARADOXES

    Dans sa ville d’origine, Uber accule une compagnie de taxis à la faillite

    7 janvier 2016 14h31 |Fabien Deglise | Les mutations tranquilles
    Photo: taxi-library.org
    Les effets de l’«uberisation» de l’économie, c’est aussi ça : À San Francisco, ville qui a fait naître la multinationale controversée Uber, tout comme son principal concurrent Lyft, les effets de la mutation induite par ces deux services se font désormais sentir. Et pas n’importe comment : la Yellow Cab Co-Op, principale compagnie de taxis de la métropole californienne, est sur le point de déposer le bilan, indique le quotidien local The Examiner en pointant du doigt un des coupables: la révolution numérique imposée par ces nouveaux venus dans l’univers du transport individuel tarifé.
     
    «Nous traversons des difficultés financières graves, écrit la présidente de la Yellow Cab Co-Op, Pamela Martinez dans une lettre adressée le mois dernier aux actionnaires de la compagnie. Certaines sont dues à des transformations de notre environnement hors de notre portée, d’autres relèvent de nos pratiques. Reste qu’aujourd’hui, nous sommes confrontés à des obligations fiscales qui dépassent de loin les revenus attendus».
     
    L’avenir est incertain pour ce géant local du taxi qui dans les prochains jours devrait se prévaloir de l’article 11 de la loi américaine sur les faillites afin de faire face à la musique. Depuis octobre dernier, la compagnie n’a pas versé de dividende à ses quelque 300 chauffeurs actionnaires.
     
    «La Yellow Cab Co-Op est encore la meilleure marque de taxi à San Francisco, poursuit Mme Martinez dans sa lettre. Nous avons toujours eu plus de passagers [5 millions de passagers par an, en moyenne] et notre but est de maintenir cette réputation en renouant avec plusieurs d’entre eux. Nous devons amener le public à sourire quand ils pensent à Yellow Cab Co-Op et pour cela, il va falloir se montrer plus accueillant, plus réceptif aux nouveaux besoins, peu importent les obstacles à surmonter».
     
    La compagnie ne nomme pas directement comme source de tous ses problèmes Uber ou Lyft qui depuis leur apparition dans cette ville ont pourtant grugé une part importante de ce marché avec un service convivial, portable et flexible qui permet de trouver un taxi dans sa poche, par l’entremise d’un téléphone dit intelligent, et ce, à des tarifs bien souvent en deçà de ceux pratiqués par les compagnies traditionnelles.
     
    Notons également que la Yellow Cab Co-Op fait également face à plusieurs poursuites pour des accidents ayant impliqué dans les derniers mois des véhicules de sa flotte, poursuites qui minent désormais ses capacités financières.
     
    Depuis l’apparition d’Uber dans le paysage américain, plus d’une vingtaine de compagnies de taxis aux États-Unis se sont placées sous la protection des lois sur la faillite, dont la Yellow Cab Company de Chicago, qui a été la première à imposer le taxi jaune dans l’imaginaire collectif.












    Envoyer
    Fermer