Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Les mutations tranquilles CULTURES + SOCIÉTÉ + PARADOXES

    La pollution de l’air en temps réel

    2 décembre 2015 15h44 |Fabien Deglise | Les mutations tranquilles
    C’est la donnée massive mise au service de la lutte contre le réchauffement climatique.

    Depuis aujourd’hui, la compagnie française Plume Labs propose, dans une version principalement anglaise toutefois, de suivre en direct la pollution de l’air à travers le monde par l’entremise d’une carte interactive mise à jour toutes les heures. La World Air Map (!) — ça ne s'invente pas — a été présentée en marge de la conférence sur le climat (COP21) qui se tient à Paris. Elle nous apprend que la pollution à Montréal ce mercredi est modérée, mais qu’elle n’empêche pas d’aller manger en terrasse (!).
     
    «La révolution de la donnée permet aujourd’hui aux décideurs politiques de s’attaquer à la pollution de l’air et aux communautés de reprendre le contrôle de leur environnement», explique la compagnie sur son blogue. En contribuant à rendre visible le phénomène invisible de la pollution de l’air, en particulier dans les pays dépourvus de réseaux de mesure de la qualité de l’air, [la carte mondiale de l’air] encourage plus de transparence et soutient l’engagement citoyen contre les émissions nocives que les États cherchent à réduire à travers les négociations de la COP21».
     
    11 000 stations de mesure de la qualité de l’air dans 220 villes à travers le monde alimentent ce réseau fédéré de surveillance de la pollution qui se nourrit, lui, de l’ensemble de ces données ouvertes. La carte repose sur un demi-million de mesures effectuées quotidiennement. Des modèles prédictifs créés par l’entreprise permettent également d’anticiper le déplacement des masses d’air polluées pour anticiper la pollution dans des zones du globe non couvertes par des stations de mesure.
     
    Pour Plume Labs, au-delà des discours politiciens, dont la conférence de l’ONU sur le climat a fait résonné un flot étourdissant depuis son ouverture, c’est la transparence et l’accès libre à l’information qui vont permettre de réduire les niveaux de pollution atmosphérique à travers le monde. Sans doute.












    Envoyer
    Fermer