Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Les mutations tranquilles CULTURES + SOCIÉTÉ + PARADOXES

    Le Québec numérique se fait de plus en plus mobile

    17 décembre 2013 13h33 |Fabien Deglise | Les mutations tranquilles
    Feu de paille qui s'emballe ou confirmation d'une tendance lourde qui s'installe? La tablette numérique, cet objet tactile qui promet la convergence de la communication, de l'information, du divertissement, de la télévision et des cultures vivrières virtuelles en 3D sous un même écran, ne laisse pas insensible les Québécois qui ont multiplié par deux leur intérêt pour ce nouvel outil cette année.

    Entrée dans la vie de 12% des adultes l'an dernier, la tablette, toutes marques et tous systèmes confondus, a été manipulée en effet en 2013 par un quart de ces mêmes internautes, indique une nouvelle analyse de notre présent numérique orchestrée par le Centre facilitant la recherche et l'innovation dans les organisations (CEFRIO). La chose a été utilisée à 90% pour accéder à des contenus présents sur le Web, souligne également l'organisme dans un document intitulé La mobilité au Québec: une montée en flèche, rendu public aujourd'hui.

    Le Québec numérique se fait de plus en plus mobile et une autre mesure vient en faire la démonstration: cette année, pour la première fois dans l'histoire technologique de la province, les téléphones dits intelligents — ceux qui parfois nous rendent très bêtes — ont dépassé, en présence dans les poches, les téléphones cellulaires d'une autre époque: 44% des adultes en possède désormais un, contre 40 % pour les versions très 2002 et repliables de cet outil de communication. La multinationale Apple confirme au passage sa suprématie dans ce domaine du nomadisme technologique avec son système d'exploitation pour iPhone (40%) qui domine actuellement ce marché, devant le Androïd des Google Nexus et Samsung Galaxy (38%) et à des années-lumière du BlackBerry (12%) dont le repli n'est désormais plus qu'une image, indique le CEFRIO.

    Au rayon des appareils mobiles, le baladeur numérique est, sans surprise, en chute également au Québec depuis 2010: à cette époque, 40% des gens en avait un. Cette année, ils étaient 25% à jouer encore avec ce successeur du Walkman, mais également ancêtre du téléphone intelligent.

    Au Québec, les 18 à 44 ans sont encore une fois les plus susceptibles de posséder un outil de communication et de divertissement en format mobile: 80,4 % des représentants de cette tranche d'âge en a au moins un, particulièrement lorsqu'ils sont fortement scolarisés (collégiale et universitaire), peut-on lire dans cette étude.












    Envoyer
    Fermer