Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Les mutations tranquilles CULTURES + SOCIÉTÉ + PARADOXES

    BiblioTech: San Antonio donne corps à une bibliothèque dématérialisée

    18 septembre 2013 15h09 | Fabien Deglise | Les mutations tranquilles
    Dans la BiblioTech, la joie peut parfois émerger autour d'une table tactile
    Photo : SA Express News Dans la BiblioTech, la joie peut parfois émerger autour d'une table tactile
    L'ambiance est, parait-il, «nouveau chic», le décor inspirant, plein de couleurs, et surtout, surtout, les bibliothécaires n'ont pas des têtes de séminaristes portant des bas gris dans des sandales en cuir défraichi — c'est un cliché! — et ressemblent davantage à des hipsters-tendance-nerds adeptes du chaï latté.

    Depuis samedi, la ville de San Antonio au Texas est entrée de plain-pied dans la modernité en inaugurant sa BiblioTech, première institution du genre aux pays de Barack Obama où le livre pour le prêt domine toujours, oui, mais à une condition: il ne doit pas être imprimé sur du papier.

    Mutation tranquille s'il en est une, la BiblioTech, dont on parle depuis plusieurs mois, s'incarne donc depuis quatre jours et pour longtemps encore au 3505 de la Route Pleasanton où son environnement pour le moins futuriste a été déployé pour faire du neuf avec un vieux concept.

    À l'intérieur, pas d'interminables rangées d'étagères de métal croulant sous le poids de bouquins, pas de composés organiques aux tonalités de vanille provenant du vieux papier dans l'air, mais plutôt des ordinateurs en masse, des liseuses numériques, de l'informatique dans le nuage — le fameux Cloud — et des écrans tactiles permettant d'accéder à 10 000 titres numérisés et d'en amener autant que l'on veut à la maison. Il y a aussi une console de jeux X-Box ainsi que 200 liseuses «toutes équipées» et prêtes à l'emploi et remplies de livres pour la jeunesse.

    Au total, 2,4 millions de dollars ont été injectés dans cette aventure numérique qui est née dans la tête de Nelson Wolff, juge du comté de San Antonio, qui aurait eu la vision de cette institution nouveau genre, rappelle le SA Express News, après avoir lu une biographie de Steve Jobs, le gourou-fondateur de l'empire de la pomme.

    Au-delà des apparences, cette BiblioTech ne cherche toutefois pas seulement à faire entrer le monde du livre dans le XXIe siècle, mais souhaite également apporter le germe de la modernité dans un quartier très multiculturel de San Antonio où elle peine visiblement à pousser. L'institution a été en effet implantée dans le quartier de South Side, très hispanique, où 75 % des ménages n'ont pas accès à Internet et où les marchands de livres sont aussi inexistants.

    De quoi écrire donc le chapitre d'une révolution numérique qui, pour déjouer les préjugés, prouve ici qu'elle peut aussi être sociale.

     
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer