Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Les mutations tranquilles CULTURES + SOCIÉTÉ + PARADOXES

    Le «mot-clic» du Québec pour remplacer le «mot-dièse» de la France?

    23 janvier 2013 13h56 |Fabien Deglise | Les mutations tranquilles
    Stupeur et ironie sur la twittosphère. Alors que la Commission générale de terminologie et de néologie en France vient de baptiser officiellement «mot-dièse» dans la langue de Molière le fameux «hashtag» popularisé par le réseau Twitter, les internautes français s'insurgent et ironisent. Mieux, plusieurs proposent même aux instances linguistiques françaises de faire marche arrière pour adopter à la place «mot-clic», une francisation du concept américain imaginé par l'Office québécois de la langue française (OQLF), il y a près de deux ans, en février 2011, et que la Commission aurait effectivement dû envisager, histoire d'éviter de faire l'unanimité contre elle.

    Le quotidien Libération relate le petit débat numérique qui accompagne la publication mercredi dans le Journal officiel d'un décrêt de la Commission qui cherche à faire entrer le «mot-dièse» dans le quotidien des francophones, en remplacement du trop anglo-saxon «hashtag». L'un comme l'autre, ces mots font référence à une «suite signifiante de caractères sans espace commençant par le signe # (dièse), qui signale un sujet d'intérêt et est insérée dans un message par son rédacteur afin d'en faciliter le repérage», précise l'organisme.

    Pas vraiment convaincus par la qualité, ni la justesse de l'ersatz, les internautes se liguent depuis contre lui y allant de leurs contre-propositions. Il y a «croisillon» — le nom que l'on donne au symbole dièse (#) —, il y a «balise» — un terme déjà en usage en France pour parler de hashtag. Mais il y a aussi que «mot-clic» imaginé au Québec et qui sous sa forme #motclic gagnerait d'ailleurs dans les prochains jours à fédérer les contenus dans les univers numériques qui nourrissent actuellement cette autre polémique linguistique que l'on pourrait résumer en un mot-clic: #malaise. 


     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer