Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Les mutations tranquilles CULTURES + SOCIÉTÉ + PARADOXES

    La génération numérique est frénétique et elle le prouve 27 fois par heure

    11 avril 2012 17h23 |Fabien Deglise | Les mutations tranquilles
    Les publicitaires, les propriétaires éclairés de journaux, les producteurs de contenus dans le cyberespace ou encore les politiciens sensibles aux mutations sociales et technologiques en cours et à leur impact sur la démocratie ne cessent de s'arracher les cheveux. Et depuis quelques jours, on comprend finalement pourquoi: la frénésie qui emporte chaque jour la génération numérique a désormais un chiffre: 27, soit le nombre de fois où ces accros à la techno changent de média en une heure. Et bien sûr, tout ça donne un peu le vertige.


    C'est la boite américaine Innerscope Research de Boston qui vient de faire la découverte au terme d'une étude commandée par Time Warner, un empire médiatico-commercial qui a un intérêt marqué dans la compréhension de la distraction des jeunes consommateurs de médias, pour mieux en venir à bout.

    Le quotidien britannique Daily Mail résume l'histoire fondée sur un échantillon mince, souligne-t-il — 30 participants —, mais un échantillon parlant. En effet, pendant une heure normale consacrée au divertissement, l'internaute âgé dans la vingtaine est capable de passer de l'écran d'un iPhone à celui d'une télé pour revenir à celui d'une tablette, puis d'une télé et encore d'un téléphone intelligent, 27 fois en 60 minutes. On insiste sur cette quantification de la modernité: 27 fois en 60 minutes. Cela donne en gros une capacité de concentration qui dépasse à peine... 2 minutes.

    Au total, les scientifiques ont scruté à la loupe, par l'entremise d'outils de mesures biométriques, près de 300 heures d'activités numériques pour chaque cobaye.

    L'étude, qui s'est concentrée sur les heures non travaillées, conclut également que cette génération numérique est plus frénétique dans les univers numériques que leurs prédécesseurs, plus âgés, qui ont connu les univers analogiques avant de succomber à l'appel du tout à l'égo offert par les réseaux sociaux et à la société des loisirs offerts par les jeux vidéos qui se multiplient dans les nouveaux outils de communication. Ces plus vieux changent de médias 17 fois par heure, soit 35% moins que les plus jeunes. Leur concentration sur un contenu numérique atteint donc 3 min 30 s en moyenne. Et c'est pour cela que ce billet de blogue s'arrête donc ici.








     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer