Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Les mutations tranquilles CULTURES + SOCIÉTÉ + PARADOXES

    Twitter, une affaire d'Américains, de Brésiliens et... de femmes

    1 février 2012 14h20 | Fabien Deglise | Les mutations tranquilles
    Des chiffres et une surprise: les Brésiliens sont désormais les deuxièmes utilisateurs au monde du réseau de microclavardage Twitter, juste après les États-Unis, indique une nouvelle étude qui vient de passer au crible la géolocalisation des 383 millions d'abonnés à ce service. Dans ce nouvel espace de communication, la francophonie fait goutte dans cet océan de «blabla» en 140 caractères avec sa frange d'abonnés canadiens, au 10e rang des pays branchés à Twitter, et la France au 16e rang. Quant aux femmes, elles y font sensation en se partageant 8 des 10 places des abonnés les plus influents au monde. Rien de moins.


    La boite de recherche Semiocast, qui signe cette analyse, est formelle. Au 1er janvier 2012, Twitter avait été principalement conquis par les Américains, les Brésiliens et les Japonais qui forment le tiercé de tête avec un total de plus de 170 millions d'abonnés. Ces grands pays sont suivis de près par le Royaume-Uni, l'Indonésie, l'Inde, le Mexique, les Philippines et  l'Espagne où ce nouveau mode d'échange, par l'entremise de messages courts, s'est visiblement bien implanté. Le Canada arrive en 10e position avec ses quelque 8 millions d'accros aux mot-clic et retweet.

    Autre découverte: à l'échelle de la planète, un quart seulement des abonnés (27%) à Twitter serait véritablement actifs, en produisant au moins un micro-message par jour. Les autres se contentent d'assister aux échanges.

    Actifs, les Néerlandais le sont également le plus au monde en dépassant cette moyenne de 6 points de pourcentage, à 33 %. Le Japon (30% d'actifs sur Twitter) et l'Espagne (29%) se distinguent également en matière de production de contenu sur ce réseau alors que le Canada (28%) fait aussi bien que les États-Unis, l'Indonésie et le Vénézuéla, résume l'enquête de Semiocast.

    Quand on y regarde de plus près, Twitter présente une disparité géographique étonnante, mais le réseau, qui cultvive l'instantanéité, l'ubiquité et l'abondance de données numériques qui va si bien au présent, fait aussi dans la disparité de genre. Un doute? Des adeptes du réseau les plus influents sur la planète, soit ceux qui ont récolté plus de 10 millions d'abonnés à ce jour — ça, c'est 2 millions de plus que la population du Québec —, 8 sont en effet des femmes. Neuf sont aussi des vedettes.

    Dans ce groupe, on retrouve au sommet Lady Gaga et ses 18,7 millions de suiveux, Katy Perry (14,5 millions) ou encore Britney Spears (12,7 millions). L'argument masculin est représenté par deux individus. Et pas les moindres: Justin Bieber (16,9 millions) et Barack Obama (12,2 millions).








     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer