Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Les mutations tranquilles CULTURES + SOCIÉTÉ + PARADOXES

    Le «sexting» et le «retweet» entrent dans le dictionnaire

    22 août 2011 15h55 |Fabien Deglise | Les mutations tranquilles
    Les temps changent et les mots en font tout autant. À l'occasion de son centenaire, le célèbre dictionnaire Oxford English a décidé d'afficher sa jeunesse en faisant entrer dans sa 12e édition une série de mots qui témoignent des mutations sociales en cours. Les mots «retweet» et le «sexting» sont dans le lot.


    «Retweet»? Oui, ou l'art — pour les 96% de l'humanité qui ne sont pas des adeptes de Twitter — de transmettre à sa liste d'abonnés sur ce réseau de microclavardage un message que l'on vient de recevoir. Le «sexting», quant à lui, exprime dans la langue de Shakespeare, l'action d'envoyer un message salace et hautement sexué, parfois accompagné de photos ou de vidéos, par l'entremise des textos, ces messages transmis par téléphone cellulaire. À ce jour, il semble qu'aucune traduction intéressante en français n'ait été trouvée pour cette nouvelle pratique sociale qui fait parfois glousser.

    Le Oxford English Dictionnary (OED, pour les intimes) vient aussi de donner un billet d'entrée dans son entrepôt de sens aux mots «cyberbullying», la cyber-intimidation quoi, à l'exclamation «woot» qui dans les univers numériques permet d'exprimer en anglais la victoire et la joie, tout comme au concept de «textspeak» qui nomme les éléments du langage numérique, comme certaines abréviations ou bonhomme sourire, servant à mettre de l'émotion dans les échanges.

    «Ces ajouts restent dans la tradition d'un dictionnaire qui a su rester à jour pour témoigner» d'un langage en constante évolution, ont simplement résumé les gardiens des mots dans une déclaration forcément en ligne dévoilée la semaine dernière. Ce printemps, la même institution avait déjà confirmé son emprise sur le présent en laissant entrer dans ces pages une série d'acronymes particulièrement prisés par la jeunesse anglophone. Parmi eux, l'incontournable OMG (pour Oh, my god!), le désormais éculé LOL (Laughing out loud) ou encore le FYI (For your information).

    Bien sûr, chacune de ces mises à jour a fait l'objet de «tweets» (ces micro-messages qui transitent sur Twitter), de «retweets»... mais probablement pas de «sextos».













    Envoyer
    Fermer