L'armée américaine fait de la propagande dans les réseaux sociaux

Une petite bombe vient d'être lâchée: les États-Unis cherchent à influencer les conversations dans les réseaux sociaux tout en y faisant percoler la propagande pro-américaine en ces lieux par l'entremise de faux internautes, pilotés par l'armée, et qui ont l'air plus vrai que nature. C'est en tout cas ce que vient de dévoiler le quotidien britannique The Guardian.

Le stratagème a été bien pensé et a même fait l'objet d'un appel d'offres lancé par le US Central Command pour le développement d'un logiciel de gestion de personnalités numériques, rapporte The Guardian sur son site web. Chacune de ces personnes présente des détails convaincants sur son existence, son histoire et son profil sociodémographique. Selon le bon de commande, elles doivent aussi être manipulées par une cinquantaine de techniciens de l'armée «sans peur d'être démasquées par des adversaires sophistiqués», précise le document.

Orchestré possiblement depuis la base de la US Air Force de MacDill, près de Tampa en Floride, le projet façonne des identités numériques donnant l'impression d'émaner autant des États-Unis que de différentes parties du globe. Ces faux internautes prennent part à des «conversations» dans le cyberespace en passant par la production de billets de blogues, la production de micro-messages, par les salons de discussions et «autres interventions».

Sans nier l'existence de ce programme, le US Central Command explique que les activités secrètes de l'armée dans l'univers du 2.0 se font uniquement en langue étrangère et visent à faire face à des attaques d'extrémistes et à affronter les ennemis des États-Unis à l'étranger. Les faux internautes s'expriment en arabe, en farsi, en urdu et en pachtoune, mais jamais en anglais et à un auditoire américain, assurent les autorités militaires, ce qui représenterait un acte illégal aux États-Unis.

Selon The Guardian, ce programme s'inscrit dans une opération de propagande numérique amorcée en Irak au début de l'invasion américaine afin d'attaquer dans les mondes virtuels les représentants et sympathisants d'Al-Qaida.


5 commentaires
  • Louise Hurteau - Inscrite 20 mars 2011 10 h 26

    Ce n'est pas nouveau

    L'ère Bush a été un amalgame d'envahissement de propagande des médias sociaux, du forum au blogue, l'IDF fait de même. Harper (qui utilise la même boite de comm que Bush) fait aussi sa part et je ne serais pas surprise que l'on retrouve tout ce beau monde en mode "propagande" - même ici sur la liste des commentaires du Devoir ;-).

    L'Internet a ses plus et ses moins.

  • Louise Hurteau - Inscrite 20 mars 2011 10 h 42

    Un petit reportage intéressant

    Toujours sur le sujet : http://www.openfilm.com/videos/psywar

    Et "Manufacturing Consent: The Political Economy of the Mass Media" de Noam Chomsky et Edward S. Herman

  • Francis Cote-Fortin - Inscrit 20 mars 2011 17 h 35

    Du côté de la Chine

    La Chine elle, n'utilise pas de logiciels. Elle préfère engager des internautes et les payer pour chaque commentaire qu'ils écrivent en faveur du parti.

    http://en.wikipedia.org/wiki/50_Cent_Party

  • Jean Francois - Inscrit 21 mars 2011 14 h 11

    Nous imposer la vérité.

    Cela explique plusieurs commentaire que j'ai pu lire sur le site du Devoir.

  • Jean-Michel Picard - Inscrit 22 mars 2011 07 h 51

    Rien ne justifie les commentaires sur le Blog...

    à ceux qui croyaient que les commentaires militaristes et antisociaux retrouvés sur le blog du Devoir étaient justifiés par la propagande de l'armée : j'ai bien peur de vous dire que c'est bien pire que cela : rien ne venait de l'armée, mais tout émanait de la tête même des citoyens Montréalais...