Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Le blogue urbain Le blogue urbain explore la ville comme espace de vie, autour de différents thèmes: transports, vélo, architecture, aménagement, étalement urbain, patrimoine. Un blogue collectif, écrit par des journalistes du Devoir passionnés de vie urbaine.

    Sur le toit de Montréal

    Vers le sud-ouest
    Photo: Au Sommet Place Ville Marie Vers le sud-ouest

    Juché au 46e étage de la place Ville-Marie, « la plus vieille dame de Montréal », la vue est à couper le souffle. Derrière les baies vitrées, la ville s’offre aux visiteurs sous un nouvel angle, un angle à 360 degrés. Tout autour, la métropole prend vie, s’expose dans ses détails les plus élevés. Ici, la montagne s’étire toute en verdure. Là, le port articule ses composantes métalliques, son emprise bétonnée langoureusement éclaboussée par le fleuve. Plus loin, les toits — tantôt vide, tantôt animés — s’exposent au soleil éclatant.
     

    Né d’un partenariat entre Ivanhoé Cambridge, la boîte gsmprjct° d’Alexandre Taillefer, la société d’investissement Claridge, et le partenariat Sid Lee/Cirque du Soleil, ce nouvel observatoire — le premier à Montréal — promet aux amoureux de la métropole québécoise un nouveau point de vue sur la cité et ses alentours.

    Longtemps la plus haute
     

    C’est qu’elle a longtemps été la plus haute, rivalisant avec la montagne elle-même. Depuis, elle s’est fait rattraper par la tour de la Bourse et le 1000 de la Gauchetière.

    Une course à la hauteur qu’on oublie vite une fois au sommet de Ville-Marie, son emplacement sur un plateau plus élevé faisant paraître les deux autres toutes petites à ses côtés.
     

    Occupés pendant plus de 15 ans par le huppé 737, les derniers étages de cet édifice emblématique étaient en quête d’un nouveau souffle après le départ en 2013 de la boîte de nuit. Après quelques années d’inoccupation, marquées par d’imposants travaux de rénovation, le haut de la tour reprend maintenant vie.

    « Ça nous a pris trois ans pour arriver à ce résultat, précise Philippe Bertout, directeur général du Sommet Place Ville Marie, l’entreprise responsable de la gestion des lieux. Mais regardez autour de vous et dites-moi que l’attente en valait pas la chandelle. »
     

    Un peu comme pour saluer ses paroles, des curieux — les premiers à grimper au 46e étage de la tour depuis sa réouverture — s’approchent tout sourire des immenses fenêtres, les yeux accrochés à la ville qui s’étale à leurs pieds. Derrière eux, un vaste miroir leur renvoie leur reflet, les enveloppant dans un paysage urbain plus grand que nature.

     

    Montréal, d’hier à aujourd’hui
     

    À l’étage inférieur — au 45e quand même —, l’exposition #MTLGO propose aux touristes et aux Montréalais de découvrir la ville de 55 manières différentes sous la forme de courts portraits vidéos répartis en onze grands thèmes.
     

    La visite se fait dans un ordre visuel. Ainsi, à mesure que le visiteur découvre les différents points de vue de la ville, les secrets de la métropole se révèlent à lui sur les 55 écrans numériques sous la forme de courte capsule vidéo. Tout à l’est, Hochelaga s’expose sous les traits d’un amateur de danse en ligne. À quelques jets de pierre, la place des Festivals prend des airs de fête au son des saxophones et des trompettes, plus loin, au nord, on devine les contours de pierre des géants de la montagne.
     

    Chaque capsule, de quelques minutes à peine, creuse un pan de la vie montréalaise, prenant les traits d’une personnalité marquante de la ville ou, tout simplement, d’un citadin qui la vit au quotidien.

    « L’important était de montrer toutes les facettes de la ville, explique Philippe Bertout en activant du doigt une des nombreuses vidéos. Et de sortir des sentiers battus, d’amener les gens vers des quartiers, des recoins moins explorés. »
     

    Tout au long de l’exposition, les visiteurs peuvent « aimer » ce qu’ils voient à l’aide d’un bracelet numérique. En bout de parcours, leur myriade de coups de cœur leur permet de découvrir quel genre de Montréal ils sont et de choisir quatre escapades — « quatre missions » — à réaliser aux quatre coins de la ville. Et pour ceux qui le souhaiteront, cette nouvelle aventure peut débuter directement sous l’observatoire au plus haut point de restauration de la ville.

    « Ce qu’on propose au Sommet, c’est tout Montréal vu d’en haut, lance le directeur général des lieux. C’est observer, explorer et goûter Montréal, tout au même endroit. »

     

    À noter que l’observatoire est ouvert tous les jours de la semaine et que son horaire varie en fonction de la saison. Les tarifs varient selon l’âge des visiteurs.

    Vers le sud-ouest Vers le mont Royal Montréal vue d'en haut Une partie du mont Royal vue d'en haut.












    Envoyer
    Fermer