Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Le blogue urbain Le blogue urbain explore la ville comme espace de vie, autour de différents thèmes: transports, vélo, architecture, aménagement, étalement urbain, patrimoine. Un blogue collectif, écrit par des journalistes du Devoir passionnés de vie urbaine.

    Le stationnement de Mme Thérèse

    23 février 2016 20h12 |Isabelle Porter | Le blogue urbain
    Photo: Isabelle Porter
    Au coin de la rue Bourlamaque et du boulevard René-Lévesque, à Québec, il y a un espace de stationnement qui est toujours libre. On a beau s’arracher ces cases en temps normal, jour après jour, les automobilistes le libèrent.

    Il y a quelques mois, une petite affiche a fait son apparition devant l’immeuble. « Je suis une vieille dame condamnée à son fauteuil, par respect ou par compassion ; pourriez-vous ne pas vous stationner devant la seule fenêtre qui me permette de voir un peu de vie à l’extérieur (sic) ». C’est signé « Mme Thérèse ». La fameuse Madame Thérèse.

    À l’intérieur du demi-sous-sol, la vieille dame de 88 ans nous reçoit la cigarette au bec. Elle a de la difficulté à entendre et on la sent faible. Elle nous explique que la grande majorité des gens cède à sa demande, qu’ils sont « bien gentils » et que ça fait une grosse différence pour elle. Mme Thérèse a même reçu une lettre et un dessin d’une petite fille du quartier qui s'est prise de sympathie pour elle parce qu’elle ne pouvait pas sortir.

    Affalée dans son fauteuil, elle peut goûter la lumière et observer les dizaines de petits oiseaux qui viennent manger sur son petit terrain. « Les petits moineaux viennent me voir », résume-t-elle avec un grand sourire.

    La personne qui vit avec elle nous rappelle que Mme Thérèse n’est « pas n’importe qui ». Avant de tomber malade, elle a longtemps tenu un légendaire bar clandestin dans son petit appartement. À l’époque, elle préférait les oiseaux de nuit aux moineaux. Le contexte change, mais elle continue à avoir de la visite.

    Au printemps, le théâtre Premier Acte doit présenter une pièce inspirée de Mme Thérèse. La pièce s’intitule Mme G. et sera présentée à compter du 12 avril.












    Envoyer
    Fermer