Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Le blogue urbain Le blogue urbain explore la ville comme espace de vie, autour de différents thèmes: transports, vélo, architecture, aménagement, étalement urbain, patrimoine. Un blogue collectif, écrit par des journalistes du Devoir passionnés de vie urbaine.

    Les nouveaux passages insolites de Québec

    2 juillet 2015 19h45 |Isabelle Porter | Le blogue urbain
    Faille, Foubert et Gounel
    Photo: Exmuro Faille, Foubert et Gounel
    Québec — Pigeons géants, immeubles dégoulinants de plastique, explosions diverses... Les rues et impasses du Vieux-Port de Québec sont de nouveau envahies cet été par l'évènement à succès « Les Passages Insolites ». 

    Cette année douze œuvres d'art éphémères ont été installées entre la Gare du Palais et le traversier. Si on s'en tient au parcours, la marche se fait sans presser en 45 minutes, mais on peut aussi s'amuser à croiser les œuvres au hasard entre deux visites de galeries, un restaurant ou quelques boutiques du secteur. Les plus motivés peuvent même s'offrir le voyage en cyclopousse en contact l'entreprise Tours Ludovica pour la somme de 40 $. 

    On y trouvera le travail d'artistes plus connus comme Isabelle Hayeur et Cooke-Sasseville, mais aussi les trouvailles d'étudiants à la maîtrise en architecture de l'Université Laval. 

    L'organisme derrière le programme — Exmuro — cherche à réinventer le paysage urbain en exploitant ses friches et en jouant sur l'inattendu. Il s'est fait connaître en transformant des boîtes électriques du quartier St-Roch en œuvres d'art avant de faire des murs adjacents à la Côte de la pente douce de véritables cimaises urbaines. 

    L'an dernier, la première mouture des Passages Insolites a fait un véritable tabac. Les touristes défilaient pour se photographier parmi les œuvres et les gens de Québec se sont déplacés par milliers dans le quartier touristique pour les voir.
     
    Enthousiaste, la ville de Québec a augmenté le financement de l'évènement cette année pour présenter deux fois plus d'oeuvres que l'an dernier (325 000 $). « Ça a tellement été un grand succès l'an dernier qu'on n’a pas pu résister à l'envie de récidiver », d'expliquer Julie Lemieux lors du lancement de parcours jeudi. 

    La dernière fois, l'installation « Delirious Frites » a joué pour beaucoup dans le succès inattendu de la formule au point de faire oublier la qualité du reste. Certes, on ne trouve pas d'équivalent des fameuses frites dans le parcours de cette année, mais la formule gagne aussi en diversité avec l'ajout d'oeuvres. 

    Ceux qui avaient aimé les montages de jouets de plastique de José Luis Torres trouveront une mouture améliorée de ce qu'il avait présenté en 2014 et le déménagement de l'oeuvre de Cooke-Sasseville près du Marché du Vieux-Port la rend encore plus efficace. Au nombre des belles surprises, on remarquera en outre l'imposante installation multicolore de la Française Elsa Tomkowiak qui semble dégouliner d'un immeuble. 

    Après « Où tu vas quand tu dors en marchant? », les Passages insolites et l'animation urbaine qui doit bientôt souligner l'ouverture de la Maison de la littérature, la ville de Québec est carrément en train de devenir une destination hors-norme en matière d'art urbain éphémère. 

    La carte du parcours est distribuée dans la plupart des commerces du secteur, mais on peut aussi s'informer via le site web suivant : www.passagesinsolites.com 
    Faille, Foubert et Gounel Laurent Gagnon<br />
  Petite vie en construction par Fontaine, Fortin et Labelle Yves Gendreau Petite vie par Fontaine, Fortin et Labelle Isabelle Hayeur












    Envoyer
    Fermer