Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Le blogue urbain Le blogue urbain explore la ville comme espace de vie, autour de différents thèmes: transports, vélo, architecture, aménagement, étalement urbain, patrimoine. Un blogue collectif, écrit par des journalistes du Devoir passionnés de vie urbaine.

    Chauffage: un projet de règlement pourrait menacer certains oiseaux

    8 janvier 2015 18h18 |Jeanne Corriveau | Le blogue urbain
    Le martinet ramoneur, une espèce en déclin, est protégé en vertu de la Loi sur les espèces en péril.
    Photo: Source: Parcs Canada Le martinet ramoneur, une espèce en déclin, est protégé en vertu de la Loi sur les espèces en péril.
    Qui l’eût cru? Le nouveau projet de règlement de la Ville de Montréal sur le chauffage au bois pourrait représenter une menace pour certains oiseaux.

    Le martinet ramoneur, un oiseau migrateur désigné comme espèce menacée au Canada, niche dans les cheminées. Or, le nombre de cheminées susceptibles d’accueillir ces oiseaux pourrait diminuer avec l’interdiction des poêles au bois non certifiés à compter de 2020, craint le Regroupement QuébecOiseaux (RQO).

    En décembre dernier, la Ville a tenu des consultations sur la nouvelle mouture de son règlement sur les appareils de chauffage et plus d’une vingtaine de mémoires ont été déposés à cette occasion. 

    Le projet de règlement, s’il est adopté, interdira l’utilisation des poêles au bois à l’exception des appareils certifiés qui n’émettent pas plus de 1,3 g/heure de particules fines dans l’atmosphère. 

    Bien que favorable à une réduction des émissions de particules fines, le RQO s’inquiète des impacts du règlement sur les populations de martinets ramoneurs. Selon le Regroupement, le règlement aura pour effet d’inciter les propriétaires à retirer ou à remplacer leur appareil de chauffage.

    Dès lors, ils pourraient être tentés de modifier leur cheminée. Installer un pare-étincelles, un « chapeau » ou une gaine métallique dans une cheminée empêche les martinets de s’y établir, prévient le Regroupement. 

    Espèce en péril 

    Le martinet ramoneur, une espèce en déclin, est protégé en vertu de la Loi sur les espèces en péril. Entre 1970 et 2010, le nombre de ces oiseaux a diminué de 92 % au Canada. Avant l’arrivée des Européens, ils nichaient dans la cavité d’arbres morts, mais avec le déboisement, ils ont adopté les cheminées. 

    Dans son mémoire, le RQO décrit en détail les spécifications des cheminées accueillantes pour les martinets. Pour la nidification, celles-ci doivent être dotées d’un conduit intérieur d’au moins 28,5 cm, précise-t-on. « Les cheminées convenant au martinet ramoneur ont pour la plupart été construites avant 1960 », note d’ailleurs le RQO. 

    Selon l’organisme, il ne faut pas craindre qu’un nid de martinet ramoneur obstrue une cheminée. Un seul couple occupe une cheminée et son nid est de petite taille. De plus, l’oiseau quitte le Québec à la saison froide lorsque les cheminées sont en fonction. 

    Pourquoi les citoyens devraient-ils se préoccuper du martinet ? « Le martinet se nourrit d’insectes. Il exerce donc un certain contrôle sur cette population », explique la biologiste Geneviève Perreault. « Mais il suffit de se rappeler que chaque espèce a un rôle à jouer dans l’environnement et l’écosystème. La disparition d’une espèce va entraîner toutes sortes de conséquences qu’on ne peut pas toujours prévoir. » 

    Le Regroupement suggère donc qu’un statut de « patrimoine naturel » soit attribué aux cheminées propices aux martinets et que des restrictions s’appliquent lorsque des modifications sont apportées à ces structures. L’organisme recommande également que le ramonage des cheminées en maçonnerie soit interdit entre le 1er mai et le 1er septembre. 

    Poêles certifiés

    Plusieurs mémoires déposés devant la commission de la Ville sont favorables au nouveau règlement, mais des groupes, dont l’Association des professionnels du chauffage (APC) et l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), ont demandé à la Ville d’être moins restrictive.

    Ainsi, disent ces dernières, la Ville devrait autoriser l’installation de poêles au bois respectant la norme EPA de 4,5 g/heure, et ce dès 2015 plutôt que de restreindre les exigences à des émissions de 1,3g/h en 2020. 

    Autoriser la norme de 4,5 g/h permettrait de réduire de 94 % les émissions de particules fines et d’accélérer le remplacement des foyers désuets et polluants qui ne sont pas certifiés, rappelle l’APC. L’organisme se réjouit par ailleurs que la Ville ait renoncé à interdire tous les poêles au bois, même les plus performants, comme elle l’avait fait dans son règlement adopté en 2009 qui n’autorisait que les appareils à l’électricité, au gaz ou aux granules de bois.

    « Les gens tiennent à avoir un chauffage d’appoint et beaucoup d’entre eux veulent chauffer au bois. Ce qui est bien, c’est qu’une nouvelle technologie existe », indique la directrice générale de l’APC, Chantal Demers. 

    De son côté, l’AQLPA croit que la Ville devrait cesser de faire la promotion de l’utilisation du gaz naturel, une énergie fossile, comme remplacement du bois ou des granules.

    Rappelons que la Commission prévoit remettre ses recommandations à l’administration Coderre en février prochain. Le nouveau règlement devrait être adopté plus tard cette année.












    Envoyer
    Fermer