Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Le blogue urbain Le blogue urbain explore la ville comme espace de vie, autour de différents thèmes: transports, vélo, architecture, aménagement, étalement urbain, patrimoine. Un blogue collectif, écrit par des journalistes du Devoir passionnés de vie urbaine.

    ​Ruelles : Montréal 1, Limoilou 0

    11 décembre 2013 10h52 |Isabelle Porter | Le blogue urbain
    Le quartier de Limoilou, à Québec.
    Photo: Yan Doublet Le Devoir Le quartier de Limoilou, à Québec.
    Le programme d’embellissement des ruelles de la ville de Québec connaît peu de succès dans Limoilou. À tel point que 600 000 $ de fonds disponibles dorment dans les coffres de la ville.

    « Le programme ne marche pas énormément », a résumé la fonctionnaire responsable du dossier, Sonia Ratté, lors du comité plénier mercredi matin. « Le défi qu’on a c’est de rendre Limoilou un peu plus vert », a-t-elle souligné.

    Depuis 2002, la ville a investi dans une vingtaine de projets dans Limoilou et le quartier Montcalm. La plupart des investissements du programme ont été consacrés à la réfection de la chaussée. Or, on souhaite justement remplacer progressivement l’asphalte pour verdir et réduire les îlots de chaleur.

    Pour justifier ce retard, la fonctionnaire a expliqué que la situation dans Limoilou était particulière et que contrairement à Montréal, la ville de Québec n’était pas propriétaire de ses ruelles. De plus, celles de Québec sont moins larges.

    Construites par les promoteurs qui ont développé le quartier, les ruelles de Limoilou n’appartiennent en fait à personne. Pour démarrer des projets, les citoyens du voisinage doivent convenir en groupe de ce qu’ils en feront.

    Lors de la campagne électorale, la candidate dans le secteur Suzanne Verreault s’était engagée à en faire un dossier prioritaire. Selon elle, le programme manque de souplesse et les ruelles ont un grand potentiel qui est inexploité.

    Le maire Régis Labeaume a posé beaucoup de questions à ce sujet et a souligné à quel point Montréal avait réussi à faire de ses ruelles des milieux de vie.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer