Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Le blogue urbain Le blogue urbain explore la ville comme espace de vie, autour de différents thèmes: transports, vélo, architecture, aménagement, étalement urbain, patrimoine. Un blogue collectif, écrit par des journalistes du Devoir passionnés de vie urbaine.

    Airbnb – Au tour de la France d'intervenir

    17 septembre 2013 10h17 | Isabelle Porter | Le blogue urbain
    Pour être conformes à la Loi sur les établissements touristiques, les gens qui sous-louent leur appartement à des touristes doivent se doter d'un permis auprès de Tourisme Québec, d'assurances et payer des taxes.
    Photo : Source: Mont-Tremblant Pour être conformes à la Loi sur les établissements touristiques, les gens qui sous-louent leur appartement à des touristes doivent se doter d'un permis auprès de Tourisme Québec, d'assurances et payer des taxes.
    Après New York, c'est au tour de la France de mettre des bâtons dans les roues des Airbnb de ce monde.

    Désormais, les sites Web dédiés à la location touristique devront obtenir des locateurs des documents administratifs pour s'assurer du respect de la Loi. Le changement a été adopté jeudi lors d'un vote à l'Assemblée nationale française.

    En France, comme au Québec, l'explosion du phénomène Web de location touristique effraie l'industrie touristique dite «classique». On craint aussi une aggravation du manque de logements disponibles dans les quartiers centraux.

    «C'est un problème pour les territoires où la pression sur les loyers est déjà forte et où une partie du parc locatif peut s'échapper vers le tourisme», a déclaré la ministre du Logement Cécile Duflot.

    Par contre, les Français qui louent seulement à l'occasion leur résidence principale durant les vacances seront exemptés de la nouvelle loi. Le gouvernement socialiste souhaitait ne pas les priver de ce «complément de revenu».

    Selon le site d'experts en tourisme Tourmag.com, on voulait en outre protéger des sites comme Bedycasa qui se spécialisent dans l'hébergement chez l'habitant.

    Ces changements législatifs suivent la condamnation, au printemps, d'un utilisateur d'Airbnb devant un tribunal de New York.

    Du côté du Québec, le ministre du Tourisme Pascal Bérubé a fait savoir qu'il avait, lui aussi, l'intention de sévir contre ce phénomène dans lequel il voit de la concurrence déloyale envers l'industrie. À la mi-août, le directeur des poursuites criminelles a transféré deux dossiers de contrevenants devant les tribunaux.

    Pour être conformes à la Loi sur les établissements touristiques, les gens qui sous-louent leur appartement à des touristes doivent se doter d'un permis auprès de Tourisme Québec, d'assurances et payer des taxes.

    Avec l'Agence France-Presse
     
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer