Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Le blogue urbain Le blogue urbain explore la ville comme espace de vie, autour de différents thèmes: transports, vélo, architecture, aménagement, étalement urbain, patrimoine. Un blogue collectif, écrit par des journalistes du Devoir passionnés de vie urbaine.

    Des « pièges à tickets » pour attraper les cyclistes ?

    5 juin 2013 11h44 |Marco Fortier | Le blogue urbain
    La police de Montréal s’installe à une intersection achalandée et donne des contraventions aux cyclistes jugés délinquants… 
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La police de Montréal s’installe à une intersection achalandée et donne des contraventions aux cyclistes jugés délinquants… 

    Chaque matin, ça recommence. La police de Montréal s’installe à une intersection achalandée et donne des contraventions aux cyclistes jugés délinquants… qui ont l’impression d’être tombés dans un «piège à tickets».

     

    Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ne s’en cache pas, il cible particulièrement les piétons et les cyclistes. Mais c’est pour leur bien, selon la police: piétons et cyclistes représentent plus de 50% des victimes d’accidents et sont «vulnérables» en cas de collision.

     

    «Il n’y a pas de pièges. Le Code de la sécurité routière s’applique à tout le monde, y compris les cyclistes», dit André Durocher, inspecteur à la division de sécurité routière au SPVM.

     

    La très vaste majorité des contraventions sont quand même remises aux automobilistes, souligne le policier.

     

    Les adeptes du vélo s’organisent et signalent les opérations policières sur Facebook et sur Twitter. «J’apprécie que les gens parlent des opérations policières sur les réseaux sociaux, dit André Durocher. Ils deviennent nos ambassadeurs parce qu’ils disent à tout le monde que les cyclistes peuvent avoir un constat d’infraction s’ils contreviennent au Code de la sécurité routière.»

     

    Gare aux automobilistes délinquants


    Pierre-Luc Auclair, de la Coalition vélo Montréal, compte soulever la question des relations entre policiers et cyclistes à la première réunion du Comité consultatif sur le vélo à Montréal, qui doit avoir lieu ce jeudi. Ce comité regroupe à une même table des représentants de la Ville, du SPVM, de Vélo Québec, du ministère des Transports, de la Société de transport de Montréal et de la Coalition vélo Montréal, notamment.

     

    M. Auclair demande à la police de cibler non seulement les cyclistes, mais aussi les automobilistes ou les piétons délinquants. «On va faire un suivi là-dessus pour aider la police à avoir une meilleure vue d’ensemble», dit-il.

     

    Il voit d’un bon œil la décision de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal de permettre aux vélos de rouler sur la rue Prince-Arthur, entre le carré Saint-Louis et le boulevard Saint-Laurent, entre 7 h et 11 h le matin. Les groupes cyclistes, dont Vélo Québec, dénonçaient depuis longtemps l’interdiction des vélos sur cette rue piétonnière.

     

    Voilà un «piège à tickets» de moins pour les vélos. Piétons et cyclistes doivent maintenant démontrer qu’ils peuvent cohabiter en paix sur Prince-Arthur. Prochaine étape, selon des cyclistes: permettre les vélos hors des heures de grande fréquentation sur la section piétonne de la rue Sainte-Catherine, à l’est de la rue Saint-Hubert.













    Envoyer
    Fermer