Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    La p'tite biblio C'est l'histoire d'une petite bibliothèque sauvage installée devant une porte. Des feuilles, des bouquins y sont laissés puis voyagent, épiés par la propriétaire de cet «hôtel de passe» pour mots. En découlent d'autres histoires, de voisinage celles-là, que vous raconte ici Catherine Lalonde.

    La p'tite biblio Flux RSS du blogue La p'tite biblio

      Pourquoi ai-je peur de Patrick Bateman?

      Le film d’horreur de ma tête

      20 mai 2016 11h36 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      C’est le seul texte, depuis que je pérégrine de bouquin en bouquin, que j’ai peur de lire, au point de ne pas oser en soulever la couverture.
      C’est le seul texte, depuis que je pérégrine de bouquin en bouquin, que j’ai peur de lire, au point de ne pas oser en soulever la couverture.
      2 réactions | 5 votes
      • photo

      L’angle mort (et corné) de l’inventivité

      12 mai 2016 17h05 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Je crois que c’est en entrevue avec la survolubile Kim Thúy que nous en sommes venus à parler de la manière, maladive et codifiée jusqu’au tic, dont nous cornions, annotions et marquions nos livres. Jamais d’encre dans les livres qui m’inspirent, à moins d’être en traversée du désert avec un seul Bic et une essentielle idée. Le surligneur vert fluo dont ma Grand-Grand marquait son Éluard en Pléiade est encore pour moi un sujet de cauchemars. Mais du plomb tous côtés dans les bouquins que...
      Je crois que c’est en entrevue avec la survolubile Kim Thúy que nous en sommes venus à parler de la...
      0 réactions | 6 votes

      Hivernage

      17 décembre 2015 18h26 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Bientôt il y aura (peut-être, espérons...) une mince couverture de neige sur le toit de la p’tite biblio.
      Bientôt il y aura (peut-être, espérons...) une mince couverture de neige sur le toit de la p’tite biblio.
      0 réactions | 12 votes

      Chicanes de bobettes et explosions culinaires

      17 novembre 2015 16h59 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      En entrevue, le spécialiste des romans d’amour et conséquemment des scènes de ménage Pierre Lepape expliquait que si l’amour, en littérature, a été diffracté en pratiquement tous les rayons possibles, un angle mort demeure : la petite domesticité. Celle-là qui lentement mais sûrement peut tuer si souvent le couple. Le lavage, la popote, la lessive, le balayage. L’horrible et sempiternel pliage du linge fraîchement lavé et séché. Le rangement, toujours à recommencer. Autant d’activités...
      En entrevue, le spécialiste des romans d’amour et conséquemment des scènes de ménage Pierre Lepape...
      0 réactions | 8 votes

      «Sesame Street» et la mort de ma mémoire

      2 novembre 2015 17h31 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Je ne savais pas qu’Après-ski, outre le film très soft porn de Roger Cardinal qui scandalisa en 1971 le curé Raymond Lavoie et un certain Québec, avait d’abord été un livre, avant de le trouver dans la p’tite biblio. Par la plume pas dénuée de talent de Philippe Blanchont, dont on ne trouve à peu près rien sur les Internets, se livrait, dixit la page couverture, « un livre-choc sur la liberté sexuelle se déroulant dans nos centres de ski ». La quatrième de couverture n’est pas moins...
      Je ne savais pas qu’Après-ski, outre le film très soft porn de Roger Cardinal qui scandalisa en 1971...
      0 réactions | 11 votes
      La libraire Françoise Careil a vendu sa Librairie du Square à Éric Simard, en juin.

      ​Le hasard, ce libraire

      16 octobre 2015 18h42 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      La calme et lumineuse libraire Françoise Careil nommait il y a quelques mois la responsabilité qui, pour elle, vient avec son travail. Je cite de mémoire : « Tu ne peux simplement pas te permettre de mal conseiller un client, disait-elle alors à Éric Simard, repreneur de sa mythique Librairie du Square, rue Saint-Denis. Au prix où sont les livres — un Minuit, un P.O.L, ça peut faire dans les 30$… —, si tu diriges mal un client deux ou trois fois, il ne reviendra pas. Et c’est la littérature...
      La calme et lumineuse libraire Françoise Careil nommait il y a quelques mois la responsabilité qui,...
      0 réactions | 10 votes
      La p'tite biblio a reçu un étrange don: une collection complète de quelque 500 signets.

      ​Entre partage et largage

      10 octobre 2015 14h45 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      La limite entre partage et largage n’est pas la même pour tout le monde. La p’tite biblio reçoit parfois des dons surprenants, qu’on pourrait dire presque contre-généreux. Que ce soit par la désuétude d’un livre (Le Guide Michelin de l’Italie de 1978, vraiment?, avec ses prix en lires?), par son état (couverture arrachée, surligné en jaune de bord en bord, notes dans les marges…) ou par sa spécificité. Vrai que les trois guides de traduction techniques français-espagnol ont trouvé preneur en...
      La limite entre partage et largage n’est pas la même pour tout le monde. La p’tite biblio reçoit...
      0 réactions | 3 votes
      Le <em>mash-up</em>, l’aplatissement des valeurs esthétiques que peut produire la démocratisation de la culture seraient-il compensés par une circulation des œuvres si, par exemple, Julie Snyder parlait dans les médias de <em>Thérèse pour joie et orchestre</em> (Boréal), de feue la poète Hélène Monette? <br />

      Julie Snyder pour joie et orchestre

      27 septembre 2015 15h12 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Les livres qui se posent dans la p’tite bibliothèque et en repartent — bande dessinées, vieux San Antonio, formats poche, romans neufs impeccables, torchons mille fois surlignés, revues, classiques, oeuvres de philo et de psychopop — sont les notes d’une étrange partition, très baroque tant s’y retrouvent tous les styles, tous les goûts, tous les genres. Parfois, je crois y lire un code secret. En trouvant un livre qu’il me fait vraiment plaisir de voir là, je tente de deviner s’il y a été...
      Les livres qui se posent dans la p’tite bibliothèque et en repartent — bande dessinées, vieux San...
      1 réaction | 17 votes
      Une nouvelle voisine s'est affichée en plein coeur de la p'tite biblio.

      Une nouvelle p'tite voisine

      19 septembre 2015 16h18 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Une nouvelle p'tite voisine est venue s'afficher — concurrence déloyale? ciblage marketing parfait? — en plein coeur de la p'tite biblio.
      Une nouvelle p'tite voisine est venue s'afficher — concurrence déloyale? ciblage marketing parfait? — en plein coeur de la p'tite biblio.
      1 réaction | 3 votes
      Les migrations qui passent par la p’tite biblio sont faites de toutes eaux.

      Les hommes qui ne lisent pas sont dangereux

      11 septembre 2015 16h37 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Ai-je été élevée dans l’amour des livres ? Si oui, ce fut dans un amour outrageant, tel celui de ma grand-mère martyrisant sa Pléiade — remontons un peu dans le temps, circa 1985, c’était encore le nec plus ultra, le Livre + —, cornant les pages, surlignant ses vers préférés d’Éluard à grands traits de crayon plomb. L’objet n’était pas sacré. Il semblait même gagner en valeur s’il portait des traces de lectures, soient-elles violentes : taches de café, de vin, tranche fendue, empreintes...
      Ai-je été élevée dans l’amour des livres ? Si oui, ce fut dans un amour outrageant, tel celui de ma...
      3 réactions | 34 votes
      • photo
      Photo prise par Sakiko Nomura, tirée de sa série «Naked Time», 1997

      «Full-frontal male nudity» («Royale flush»)

      3 septembre 2015 16h45 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Je ne m’intéresse au poker que de manière anecdotique. Dans la salle d’attente du dentiste, je préférerai, plutôt que de feuilleter un Vogue automne 2008 où s’étalent des gamines à pleine page, le zieutage d’un tournoi diffusé sur un poste télé obscur, ébahie par le contraste entre le rythme de montage hyperserré pour présenter les joueurs et le suspens de la lenteur du jeu, musique dramatique et caméra sous cartes pour espionner les mains.   Des années à jouer seule, enfant, dans la...
      Je ne m’intéresse au poker que de manière anecdotique. Dans la salle d’attente du dentiste, je...
      0 réactions | 8 votes
      Certaines lectures sont pareilles à l'ascension du mont Mégantic à vélo, un plaisir d'orgueil.

      La liste des abandonnées

      26 août 2015 14h56 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      « J’ai grimpé le mont Mégantic en vélo ce week-end », me contait lundi un collègue, un de ceux qui comme moi étaient plus sportifs avant d’être si plumitifs, un de ceux qui ne cessent de courir dans les maigres temps libres après une dopamine aux effets de plus en plus fantomatiques, parce que rares. « Quelle idée ! Après cinq minutes j’avais le cœur dans la gorge, la gorge nouée et l’impression d’avoir 80 ans. J’ai appliqué la technique du 10 mètres : OK, je vais me rendre à la roche grise....
      « J’ai grimpé le mont Mégantic en vélo ce week-end », me contait lundi un collègue, un de ceux qui...
      6 réactions | 7 votes
      Près de 97 % de l’intérêt médiatique porté sur l’industrie du livre au Québec est consacré aux livres de cuisine.

      Ma porno

      21 août 2015 17h05 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Il y a quelques semaines, en entrant dans mon club vidéo, le changement était frappant. Les portes de la section porno, frontières toujours closes d’une certaine morale, avaient été déboulonnées : plus de chairs, seins, queues et sperme s’exhibant aux étagères, mais des séries télé, exposées sans honte aux yeux de tous. « Presque plus personne ne louait de porno, m’a dit la commis, tout le monde va sur Internet maintenant. » Cette pornographie, ces « produits commerciaux consistant en des...
      Il y a quelques semaines, en entrant dans mon club vidéo, le changement était frappant. Les portes...
      1 réaction | 11 votes
    • Tout ce que nous n’avons pas lu… (L’anti-liste)

      16 août 2015 12h20 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Il y a quelques étés déjà, Louis Hamelin parlait avec son bel esprit de contradiction des livres du Chilien Roberto Bolano dans les pages du cahier Lectures d’été du Devoir. C’était titré «L’anti-roman de plage»… Quelques jours plus tard, alors que je chinais parmi les titres du Port de tête, le libraire Éric Blackburn, lancé par le souvenir de cette chronique, m’entreprenait sur ce Bolano qu’il adore.   — Je n’ai jamais lu Roberto Bolano, Éric.   Je n’ai jamais lu Roberto Bolano, et j’ai...
      Il y a quelques étés déjà, Louis Hamelin parlait avec son bel esprit de contradiction des livres du...
      2 réactions | 13 votes
      Quelques jours après l’installation de la biblio sauvage, Thierry est passé, ruban en main pour mesurer, copier et reconstruire chez lui.

      Apprivoiser un Croque-livres

      9 août 2015 10h55 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      La biblio sauvage qui niche à ma porte a été clouée par les blanches mains de quelqu’un qui m’aime. Calculs, dessins, tâtonnements. Tests de différents systèmes de fermeture. Jus de bras pour couler un peu de béton afin d’équilibrer ses pilotis.
      La biblio sauvage qui niche à ma porte a été clouée par les blanches mains de quelqu’un qui m’aime. Calculs, dessins, tâtonnements. Tests de différents systèmes de fermeture. Jus de bras pour couler un peu de béton afin d’équilibrer ses pilotis.
      0 réactions | 8 votes
      Un exemplaire du magazine <em>Ateliers</em> s'est retrouvé dans la bibliothèque sauvage, bouffée d'une autre époque.

      Feu les livres

      2 août 2015 20h00 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Quand est-ce qu’un livre meurt? La question me turlupine depuis longtemps. Et elle se pose souvent avec la p’tite biblio.
      Quand est-ce qu’un livre meurt? La question me turlupine depuis longtemps. Et elle se pose souvent avec la p’tite biblio.
      2 réactions | 6 votes
      Depuis plus d’un an est juchée près de ma porte une p’tite bibliothèque sauvage, dont les bardeaux tournent déjà au gris.

      Une sauvage près de ma porte

      27 juillet 2015 17h46 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Je l’ai demandé pour mon anniversaire l’an dernier, sachant que pour un quarantième, on ne peut rien vous refuser: une p'tite bibliothèque sauvage.
      Je l’ai demandé pour mon anniversaire l’an dernier, sachant que pour un quarantième, on ne peut rien vous refuser: une p'tite bibliothèque sauvage.
      5 réactions | 22 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.