Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    L'Inde dans tous ses états

    L'Inde est en effervescence, se libéralise, sort de sa coquille. Mais encore? Au delà des indices de croissance, comment les Indiens vivent-ils cette mue - aux plans culturel, politique, environnemental?

    Catégorie Urbanité Flux RSS des billets du blogue L'Inde dans tous ses états catégorisés dans «Urbanité»

    • Bombe à retardement

      En Inde, 80% des eaux usées finissent non traitées dans les rivières, les lacs et les nappes phréatiques, indique, dans un nouveau cri d’alarme, une récente étude du Centre for Science and Environment (CSE), un think tank de Delhi qui suit à la loupe la catastrophe environnementale dans laquelle le pays s’enfonce.
      En Inde, 80% des eaux usées finissent non traitées dans les rivières, les lacs et les nappes phréatiques, indique, dans un nouveau cri d’alarme, une récente étude du Centre for Science and Environment (CSE), un think tank de Delhi qui suit à la loupe la catastrophe environnementale dans laquelle le pays s’enfonce.
      0 réactions | 1 votes

      Avec l’aide des Beatles

      20 février 2013 11h55 | Guy Taillefer | L'Inde dans tous ses états
      Une quarantaine de panneaux d’affichage repiquant la célèbre pochette de l’album Abbey Road sont apparues à Calcutta, capitale du Bengale-Occidental et réputée capitale culturelle du pays, où la police a décidé de mettre les Beatles à contribution dans le cadre d’une campagne de sécurité routière destinée à inciter les gens à utiliser les passages pour piétons. La rue...
      Une quarantaine de panneaux d’affichage repiquant la célèbre pochette de l’album Abbey Road sont apparues à Calcutta, capitale du Bengale-Occidental et réputée capitale culturelle du pays, où la police a décidé de mettre les Beatles à contribution dans le cadre d’une campagne de sécurité routière destinée à inciter les gens à utiliser les passages pour piétons. La rue est, dans toute l’Inde, le terrain notoire de tous les dangers. La croissance accélérée du nombre d’automobiles et de motos dans les grandes villes la rend de plus en plus mortelle.
      0 réactions | 5 votes
    • Le bain et le train

      11 février 2013 09h52 | Guy Taillefer | L'Inde dans tous ses états
      Mumbai – Avait lieu dimanche le principal «holy dip» de la Mahakumbh Mela, ce rassemblement hindou plus grand que nature qui dure deux mois et qui n’a lieu qu’une fois tous les douze ans. Le soleil, la lune et Jupiter étant orientés de façon particulièrement propice à la rédemption des péchés, 30 millions d’hindouistes ont donc pris un bain là où, à Allahabad, en Uttar Pradesh, se...
      Mumbai – Avait lieu dimanche le principal «holy dip» de la Mahakumbh Mela, ce rassemblement hindou plus grand que nature qui dure deux mois et qui n’a lieu qu’une fois tous les douze ans. Le soleil, la lune et Jupiter étant orientés de façon particulièrement propice à la rédemption des péchés, 30 millions d’hindouistes ont donc pris un bain là où, à Allahabad, en Uttar Pradesh, se rencontrent le Gange, la Yamuna et la – mythique – rivière Saraswati. Le troisième et dernier grand «bain sacré» a lieu vendredi prochain. Après quoi, les sadhus reprennent la route. On s’attend que la Mahakumbh, qui s’étire jusqu’en mars, attire au total 100 millions de personnes.
      2 réactions | 4 votes
    • Chez un concessionnaire près de chez vous

      5 décembre 2012 11h33 | Guy Taillefer | L'Inde dans tous ses états
      Des statistiques toute fraîches rendues publiques par le gouvernement de Delhi indiquent que 23 personnes en moyenne meurent chaque jour dans la capitale indienne (18 millions d’habitants) de maladies respiratoires comme la bronchite chronique, la pneumonie, l’asthme et la tuberculose pulmonaire. C’est deux fois plus qu’il y a quatre ans.
      Des statistiques toute fraîches rendues publiques par le gouvernement de Delhi indiquent que 23 personnes en moyenne meurent chaque jour dans la capitale indienne (18 millions d’habitants) de maladies respiratoires comme la bronchite chronique, la pneumonie, l’asthme et la tuberculose pulmonaire. C’est deux fois plus qu’il y a quatre ans.
      1 réaction | 2 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.