Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Catégorie Un mot et son sens Flux RSS des billets du blogue Mots et maux de la politique catégorisés dans «Un mot et son sens»

      Jean Charest<br />

      Jean Charest, fonctionnaire?

      Jean Charest vient de se joindre à McCarthy-Tétreault. Dans une biographie triomphale publiée sur le site du cabinet d'avocats, on peut lire: «Fort d’une carrière de près de 30 ans dans la fonction publique, Jean Charest est l’une des personnalités politiques les plus connues du Canada.»

      Jean Charest vient de se joindre à McCarthy-Tétreault. Dans une biographie triomphale publiée sur le site du cabinet d'avocats, on peut lire: «Fort d’une carrière de près de 30 ans dans la fonction publique, Jean Charest est l’une des personnalités politiques les plus connues du Canada.»

      25 réactions | 15 votes
      Un texte de Gilles Lesage, dans Le Devoir du 15 octobre 1983.<br />

      Les «slates» contre les «valeurs libérales»

      C'est un affreux emprunt à l'anglais, mais — avouons-le — bien pratique et tellement ancré dans le langage politique québécois : les «SLATES». Pour l'éviter, le Grand dictionnaire terminologique (GCT) propose d'user de «présélection» défini ainsi: «Liste de candidats en faveur desquels on recommande de voter en bloc au cours d'une élection.» Dans sa...
      C'est un affreux emprunt à l'anglais, mais — avouons-le — bien pratique et tellement ancré dans le langage politique québécois : les «SLATES». Pour l'éviter, le Grand dictionnaire terminologique (GCT) propose d'user de «présélection» défini ainsi: «Liste de candidats en faveur desquels on recommande de voter en bloc au cours d'une élection.» Dans sa sagacité, l'auteur de la note du GDT — nul autre que le grand spécialiste des relations de travail Gérard Dion — ajoute l'explication suivante: «Il arrive fréquemment dans les élections syndicales que de telles listes soient dressées soit par l'ancien conseil de direction, soit par divers groupes de tendances opposées.»
      6 réactions | 12 votes
      Le député péquiste de Rimouski, Irvin Pelletier

      Un homard, ça recule ou non?

      Échange étrange à l'Assemblée nationale, hier. Moi qui suivais la période de questions alité, à la maison, affaibli par un virus, je me suis demandé si celui-ci ou quelque médicament me faisaient halluciner.
      Échange étrange à l'Assemblée nationale, hier. Moi qui suivais la période de questions alité, à la maison, affaibli par un virus, je me suis demandé si celui-ci ou quelque médicament me faisaient halluciner.
      13 réactions | 5 votes
      Montesquieu et Robert Dutil...<br />

      Quand Dutil cite Montesquieu

      En chambre tout à l'heure, le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil, répondant à Sylvie Roy de la Coalition avenir Québec, affirmait que le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) «est totalement indépendant du pouvoir législatif et exécutif».
      En chambre tout à l'heure, le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil, répondant à Sylvie Roy de la Coalition avenir Québec, affirmait que le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) «est totalement indépendant du pouvoir législatif et exécutif».
      16 réactions | 17 votes
      Pendant la dernière campagne électorale fédérale, le président du Conseil de la souveraineté, Gérald Larose, disait que les hommes politiques fédéralistes s'apparentaient à des «crosseurs professionnels».

      Voici venu le temps des ONAnistes?

      21 septembre 2011 10h29 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Comment appellerons-nous les membres du nouveau parti de Jean-Martin Aussant, Option nationale? (S'il finit par obtenir ce nom.) Après les unionistes, les péquistes, les adéquistes et plus récemment les «caquistes» (la Coalition pour l'avenir du Québec) à partir de quel acronyme forgerons-nous un mot désignant les militants de ce parti naissant? Les propositions ont fusé hier sur Twitter. «Pour Marois c'est un...
      Comment appellerons-nous les membres du nouveau parti de Jean-Martin Aussant, Option nationale? (S'il finit par obtenir ce nom.) Après les unionistes, les péquistes, les adéquistes et plus récemment les «caquistes» (la Coalition pour l'avenir du Québec) à partir de quel acronyme forgerons-nous un mot désignant les militants de ce parti naissant? Les propositions ont fusé hier sur Twitter. «Pour Marois c'est un OPPELAIL, pour Charest c'est un OPTINGOUT et pour Legault c'est un OPTIMUM?», a écrit Gilles Turcotte. Un autre suggère : «un opteux». Que diriez-vous des «optionnailleurs?». Et pourquoi pas les «optimistes»? (JF Gratton) «L'abbréviation est ON et nous savons qu'ON exclu la personne qui parle», écrit l'énigmatique Christian Dubois, de Québec solidaire (d'ailleurs, QS, ça donne... un «qiste», un kyste? Non, prononcez «cul-iste»).
      8 réactions | 2 votes
      Portrait de Pehr Kalm

      Quelles étaient les lingua franca des Amériques en 1749?

      Le généreux recherchiste du bureau parlementaire du Devoir à Québec (et ami de votre humble serviteur), Dave Noël, m'envoie cet extrait du journal de voyage de l'explorateur Pehr Kalm, qui est passé en Nouvelle-France en 1749. «Il est amusant de constater que presque tous les Français du Canada, à quelques exceptions près, ne comprennent pas un mot d’anglais et que de même, les Anglais et les...
      Le généreux recherchiste du bureau parlementaire du Devoir à Québec (et ami de votre humble serviteur), Dave Noël, m'envoie cet extrait du journal de voyage de l'explorateur Pehr Kalm, qui est passé en Nouvelle-France en 1749. «Il est amusant de constater que presque tous les Français du Canada, à quelques exceptions près, ne comprennent pas un mot d’anglais et que de même, les Anglais et les Hollandais des provinces anglaises ne peuvent ni comprendre, ni parler le français, mais que les uns et les autres peuvent communiquer entre eux par le truchement de l’une ou l’autre des langues indigènes qu’ils ont en commun. Celles-ci jouent donc, en Amérique du Nord, le rôle que le latin ou le français tient en Europe

      Incroyable, non? Imaginez, aujourd'hui, Jean Charest et Stephen Harper discuter en Huron ou en Cri. Ça donnerait quoi, selon vous?
      26 réactions | 26 votes

      Robert Dutil, sécurisant mais confondant

      Le terme habilitation sécuritaire a fait irruption dans le langage des parlementaires cette semaine après les articles du Devoir sur Yvan Delorme. C'est le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil qui a lancé ce beau vocable issu de la langue de bois policière désignant les vérifications d'antécédents avant la nomination d'une personne à un poste important.
      Le terme habilitation sécuritaire a fait irruption dans le langage des parlementaires cette semaine après les articles du Devoir sur Yvan Delorme. C'est le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil qui a lancé ce beau vocable issu de la langue de bois policière désignant les vérifications d'antécédents avant la nomination d'une personne à un poste important.
      1 réaction | 3 votes
    • Quand Claude Béchard bêche

      Ni la saloperie de maladie dont il est atteint, ni les forts traitements de chimio pour la combattre ont empêché Claude Béchard de revenir à l'Assemblée nationale, en fin de session. Depuis son retour, on a compris que la politique, dans les circonstances, n'est pas vraiment un travail, mais un complément au traitement. Et hier, il s'en est donné à coeur joie, cherchant peut-être inconsciemment à faire un retour aussi dans ce carnet. Il a commenté la demande du chef adéquiste de suspendre...
      Ni la saloperie de maladie dont il est atteint, ni les forts traitements de chimio pour la...
      0 réactions | 0 votes
    • Si ça sent le «ticket», c'est un «ticket», non?

      Extrait du discours sur le budget de Raymond Bachand : «Nous envisageons également l’introduction d’une franchise santé, calculée en fonction du nombre de visites médicales effectuées pendant l’année. La mise en place d’une telle franchise a notamment été proposée par le rapport Castonguay portant sur le financement de la santé. La franchise pourrait être modulée afin d’inciter les gens à utiliser les services de première ligne.» Pourtant, aujourd'hui en chambre, le ministre de la Santé...
      Extrait du discours sur le budget de Raymond Bachand : «Nous envisageons également l’introduction...
      0 réactions | 0 votes
    • La pureté interdite en chambre

      EN DIRECT DU PARLEMENT : Les députés de l'opposition (sans les quatre de l'ADQ) se sont présentés devant l'Assemblée nationale ce matin pour demander de nouveau une enquête publique sur la construction et le financement de tous les partis politiques. Pour marquer leur combat, ils ont décidé de porter au cou une écharpe blanche, illustrant à la «lumière», la «clarté» et «pureté», a expliqué Pauline Marois. La chef péquiste était flanquée, à droite, de l'indépendant Éric Caire et à gauche,...
      EN DIRECT DU PARLEMENT : Les députés de l'opposition (sans les quatre de l'ADQ) se sont présentés...
      0 réactions | 0 votes
    • Tomassi «pugnace» au sujet du «PRO-SÉ-LY-TIS-ME»

      Grâce à notre grand ami Tony Tomassi, j'ai eu l'impression de revivre un des plus intenses moments de ma carrière de correspondant parlementaire, cette semaine. C'était le 31 octobre 2006, lorsque, en conférence de presse, au sujet des critiques d'Ottawa sur le plan de réduction des gaz à effet de serre de Québec, j'avais lancé au ministre Claude Béchard : «Vous n'avez pas l'air pugnace.» M. Béchard avait dit : «Pardon?» J'avais répété : «Vous n'avez pas l'air pugnace.» M. Béchard,...
      Grâce à notre grand ami Tony Tomassi, j'ai eu l'impression de revivre un des plus intenses moments...
      0 réactions | 0 votes
    • Quelques mots du 100e : «Souveraineté-association», concept «canadian»?

      Pour préparer un texte qui paraîtra prochainement, j'ai lu une brochure publiée par Le Devoir en 1939. Le sujet : le Statut de Westminster (SdW) de 1931. L'auteur : Léopold Richer. Richer présente le SdW comme «l'événement capital du siècle» pour le Canada puisqu'il fit de ce Dominion un pays souverain. Il déplore que ce traité accordant une personnalité internationale à la fédération a été à peu près ignoré depuis 1931, surtout au Canada anglais; et même souvent présenté comme un document...
      Pour préparer un texte qui paraîtra prochainement, j'ai lu une brochure publiée par Le Devoir en...
      0 réactions | 0 votes
    • Le lieutenant-gouverneur se «tire un rang», dénonce Maltais

      Agnès Maltais, leader parlementaire adjointe de l'opposition officielle, ce matin : «Dans cette loi, l'aide de camp du lieutenant-gouverneur deviendrait l'équivalent du secrétaire général du gouvernement. Aïe! en québécois, on appelle ça se tirer un rang.»M. Robitaille (Antoine): «Se... quoi?»Mme Maltais: «"Se tirer un rang", vous ne connaissez pas l'expression?»M. Robitaille (Antoine): Non.Mme Maltais: ««"Se tirer un rang", ça veut dire s'en mettre un peu plus que ce qu'on vaut.»On en...
      Agnès Maltais, leader parlementaire adjointe de l'opposition officielle, ce matin : «Dans cette...
      0 réactions | 0 votes
    • Deltell veut «brasser» les «vaches sacrées»

      Le nouveau chef de l'ADQ a repris hier l'expression de l'ex-péquiste François Legault, «vaches sacrées». Trois fois plutôt qu'une. «Nous sommes là pour réveiller la flamme, pour remettre en question les vaches sacrées du Québec.» Encore : «L'ADQ a toujours été le parti qui a eu le courage de brasser la cage et de remettre en question les vaches sacrées au Québec.» Enfin : «Et je vous rappelle que nous sommes le seul parti qui a le courage, l'honneur et je dirais même l'enthousiasme de...
      Le nouveau chef de l'ADQ a repris hier l'expression de l'ex-péquiste François Legault, «vaches...
      0 réactions | 0 votes
    • La clémence dans la bouche de Cannon

      Selon ce qu'un habitué de ce carnet, l'avocat Stéphane Rochette, me fait remarquer, le ministre fédéral Lawrence Cannon a récemment expliqué ce qu’il entend par «clémence» (propos rapportés ici par Manon Cornellier). Voilà l'histoire : en mars dernier, un juge de la Cour fédérale déclarait illégal le refus du gouvernement Harper de demander la clémence pour Ronald Smith, Canadien condamné à mort pour deux meurtres commis au Montana. Au début de juin, un comité des Nations unies demandait au...
      Selon ce qu'un habitué de ce carnet, l'avocat Stéphane Rochette, me fait remarquer, le ministre...
      0 réactions | 0 votes
    • L'adjectif «grand» au Québec

      EN DIRECT DU SALON ROUGE : Voilà le geste que Mario Lemieux a fait lorsque le premier ministre lui a dit qu'il était «l'un des plus grands joueurs de hockey de l'histoire», avant de le faire chevalier de l'Ordre national du Québec. C'est vrai qu'il est grand, quand même ! Cependant, je ne sais pas pourquoi, mais l'adjectif grand semble faire problème au Québec, où on raffole par ailleurs du mot «petit», comme dans «petit café», «petite madame», «Ti-poil», etc. Grandeur, chez nous, c'est plus...
      EN DIRECT DU SALON ROUGE : Voilà le geste que Mario Lemieux a fait lorsque le premier ministre lui...
      0 réactions | 0 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.