Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Catégorie Nostalgie: perles du passé Flux RSS des billets du blogue Mots et maux de la politique catégorisés dans «Nostalgie: perles du passé»

      Lors d'une «nuit vénéneuse» de 1981, Trudeau aurait réédité sous une autre forme l'agression de Wolfe, soutint le député Yves Blais

      Trudeau, c'est Wolfe!

      Le député de Terrebonne Yves Blais prenait la parole le 12 novembre 1981, peu après l'exclusion du Québec de l'accord constitutionnel de 1981 (appelé abusivement «Nuit des longs coûteaux»). La constitution fut promulguée le 17 avril 1982, il y a 30 ans.
      Le député de Terrebonne Yves Blais prenait la parole le 12 novembre 1981, peu après l'exclusion du Québec de l'accord constitutionnel de 1981 (appelé abusivement «Nuit des longs coûteaux»). La constitution fut promulguée le 17 avril 1982, il y a 30 ans.
      14 réactions | 8 votes
      • photo
      «Une montée en ligne droite, à faible déclivité. Le nouveau tracé attaque franchement l’obstacle, de peu d’importance d’ailleurs, pendant que le vieux chemin, à gauche, écrasé par tant d’élégance et de jeunesse, se dérobe et disparaît dans l’éboulis du ravin!»

      Poésie du ministère des Transports, versions 2012 et... 1939

      Après une conférence sur la «langue de bois», j'avais demandé aux employés de l'État présents dans la salle de dénoncer pour Mots et Maux™ certains des pires exemples de cet idiome neutre et asséchant de l'administration. Une dame du ministère des Transports m'avait alors raconté que les termes pour désigner les endroits dangereux de notre réseau routier ont souvent changé...
      Après une conférence sur la «langue de bois», j'avais demandé aux employés de l'État présents dans la salle de dénoncer pour Mots et Maux™ certains des pires exemples de cet idiome neutre et asséchant de l'administration. Une dame du ministère des Transports m'avait alors raconté que les termes pour désigner les endroits dangereux de notre réseau routier ont souvent changé avec le temps. Jadis, un endroit dangereux, c'était un «endroit dangereux». Puis, m'a-t-elle raconté en riant, on s'est mis à parler de «points noirs». Ça faisait un peu «comédon» alors le vocable à consonance acnéique a cédé la place assez rapidement à «zones accidentogènes». Depuis quelque temps, quel terme le MTQ suggère-t-il? «Site à potentiel d'amélioration».
      7 réactions | 9 votes

      Le Labrador, je ne me souviens plus?

      Quand, sur une carte du Québec, vous promenez vos yeux vers le nord de la Côte nord  et que vous apercevez un tracé rectiligne, il n'y a qu'une conclusion à tirer: la personne qui a fait cette carte a abandonné — ou ignore — l'antique revendication du Québec sur ce territoire.
      Quand, sur une carte du Québec, vous promenez vos yeux vers le nord de la Côte nord  et que vous apercevez un tracé rectiligne, il n'y a qu'une conclusion à tirer: la personne qui a fait cette carte a abandonné — ou ignore — l'antique revendication du Québec sur ce territoire.
      35 réactions | 21 votes

      Asselin à l'asile !

      Vous estimez les débats agressifs au parlement? Vous trouvez les journalistes impolis lorsqu'ils questionnent les élus? Vous êtes troublé par les querelles entre les empires de presse? Rassurez-vous, il y a eu pire dans le passé.
      Vous estimez les débats agressifs au parlement? Vous trouvez les journalistes impolis lorsqu'ils questionnent les élus? Vous êtes troublé par les querelles entre les empires de presse? Rassurez-vous, il y a eu pire dans le passé.
      15 réactions | 2 votes
      Pendant la dernière campagne électorale fédérale, le président du Conseil de la souveraineté, Gérald Larose, disait que les hommes politiques fédéralistes s'apparentaient à des «crosseurs professionnels».

      Voici venu le temps des ONAnistes?

      21 septembre 2011 10h29 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Comment appellerons-nous les membres du nouveau parti de Jean-Martin Aussant, Option nationale? (S'il finit par obtenir ce nom.) Après les unionistes, les péquistes, les adéquistes et plus récemment les «caquistes» (la Coalition pour l'avenir du Québec) à partir de quel acronyme forgerons-nous un mot désignant les militants de ce parti naissant? Les propositions ont fusé hier sur Twitter. «Pour Marois c'est un...
      Comment appellerons-nous les membres du nouveau parti de Jean-Martin Aussant, Option nationale? (S'il finit par obtenir ce nom.) Après les unionistes, les péquistes, les adéquistes et plus récemment les «caquistes» (la Coalition pour l'avenir du Québec) à partir de quel acronyme forgerons-nous un mot désignant les militants de ce parti naissant? Les propositions ont fusé hier sur Twitter. «Pour Marois c'est un OPPELAIL, pour Charest c'est un OPTINGOUT et pour Legault c'est un OPTIMUM?», a écrit Gilles Turcotte. Un autre suggère : «un opteux». Que diriez-vous des «optionnailleurs?». Et pourquoi pas les «optimistes»? (JF Gratton) «L'abbréviation est ON et nous savons qu'ON exclu la personne qui parle», écrit l'énigmatique Christian Dubois, de Québec solidaire (d'ailleurs, QS, ça donne... un «qiste», un kyste? Non, prononcez «cul-iste»).
      8 réactions | 2 votes
      Jean Lesage et Maurice Bellemare, dit «<em>l'acabit</em>»

      Désopilant échange entre Maurice Bellemare et Jean Lesage

      Dans le cadre du Cabaret pas tranquille dimanche il y a une semaine, j'ai parlé d'une passe d'armes parlementaire mémorable entre Maurice Bellemare et Jean Lesage. Nous sommes le 30 janvier 1964, Jean Lesage, outré d'une manœuvre de l'unioniste Maurice Bellemare, lance : «Comment voulez-vous que nous puissions restaurer véritablement le parlementarisme tant que nous avons des gens de l'acabit du député...
      Dans le cadre du Cabaret pas tranquille dimanche il y a une semaine, j'ai parlé d'une passe d'armes parlementaire mémorable entre Maurice Bellemare et Jean Lesage.
      Nous sommes le 30 janvier 1964, Jean Lesage, outré d'une manœuvre de l'unioniste Maurice Bellemare, lance : «Comment voulez-vous que nous puissions restaurer véritablement le parlementarisme tant que nous avons des gens de l'acabit du député de Champlain.» Maurice Bellemare, indigné, rétorque : «M. le Président, je demande au premier ministre [de s’excuser] vu qu'il m'a traité d' "acabit".»
      0 réactions | 16 votes

      Perles d'hier sur «Femmes d'aujourd'hui»

      Mon article d'aujourd'hui La Révolution tranquille délie la langue des élus est rédigé dans l'esprit de Mots et maux™. Il faut y lire la diatribe du ministre unioniste Armand Maltais contre l'émission Femmes d'aujourd'hui, laquelle avait eu le malheur de faire un peu d'éducation sexuelle à l'aide du disque Ton sexe et l'autre : «Le disque, tombant entre les mains de personnes non...
      Mon article d'aujourd'hui La Révolution tranquille délie la langue des élus
      est rédigé dans l'esprit de Mots et maux™. Il faut y lire la diatribe du ministre unioniste Armand Maltais contre l'émission Femmes d'aujourd'hui, laquelle avait eu le malheur de faire un peu d'éducation sexuelle à l'aide du disque Ton sexe et l'autre : «Le disque, tombant entre les mains de personnes non compétentes ou de jeunes non contrôlés peut offrir des dangers en présentant la masturbation et les jeux sexuels comme les activités normales et fréquentes

      2 réactions | 3 votes
    • Legendre biodégradable

      Toute cette frénésie autour du tennis en raison de la coupe Rogers m'a rappelé une biographie qui m'a fait beaucoup rire: celle de l'ex-ministre péquiste Richard Legendre, aussi ex-tennisman. Rien de plus drôle que le comique involontaire. C'est celui, justement, qu'exploite à merveille le Cabaret biodégradable. (Si jamais les organisateurs ouvrent un volet politique, ils se doivent d'inclure L'humilité d'un gagnant — oui, c'est bien le titre du livre, dont l'auteur est Meeker Guerrier et...
      Toute cette frénésie autour du tennis en raison de la coupe Rogers m'a rappelé une biographie qui...
      0 réactions | 0 votes
    • «Avenue JEAN-CHAREST»?

      En 2006, Le Parisien consacre un reportage à l'ancien premier ministre français Alain Juppé, exilé pour un an au Québec et plus précisément à l'École nationale d'administration publique, le temps de purger sa peine d'inéligibilité. Le journaliste Frédéric Gerschel (le jeudi 23 mars 2006, p. 9) décrit la vie du politicien ostracisé : «Il fait le trajet tous les mardis (trois heures en voiture ou en train) entre Montréal et la deuxième ville de la Belle Province, située à l'embouchure du...
      En 2006, Le Parisien consacre un reportage à l'ancien premier ministre français Alain Juppé, exilé...
      1 réaction | 0 votes
    • Hamad, chat ou lapin?

      Confusion de Sam Hamad lors d'une commission parlementaire, en novembre 2009 : «J'aimerais ça vous entendre là-dessus. Et ça, ce n'est pas sorti du chat du sac, là.» Le ministre du Travail travaille hésite, devant l'hilarité des collègues: «Je ne sais pas trop, le chat du sac?» Celui qui préside la commission, François Ouimet tente de l'aider : «Le lapin du chapeau?» Sam Hamad accepte le coup de main et ajoute : «O.K. Mais il y a quelque chose qui est sorti de quelque part avec une...
      Confusion de Sam Hamad lors d'une commission parlementaire, en novembre 2009 : «J'aimerais ça vous...
      0 réactions | 0 votes
    • Perles du passé: Whissell exige qu'une «aberration continue»

      On est en juin 2000. Le député David Whissell, alors dans l'opposition, est en colère. Six mois plus tôt, le ministre de l'Environnement avait promis d'interdire l'importation de pneus usés sur le territoire du Québec. Mais aux yeux du libéral d'Argenteuil, la promesse tardait à être respectée. Whissell fit alors un beau contresens : «Est-ce que le ministre peut nous dire aujourd'hui quand il va vraiment agir pour que cette aberration continue...» Sans contresens maintenant, certains...
      On est en juin 2000. Le député David Whissell, alors dans l'opposition, est en colère. Six mois...
      0 réactions | 1 votes
    • Nostalgie : la langue de bois d'Harel, selon RBO

      Avant de vous proposer notre liste 1.0 de nos clichés «à nous», je vous propose de revoir cette parodie délirante de langue de bois, signée RBO, cuvée 1994. C'est Bruno qui interprète une Louise Harel incompréhensiblement (permettez le néologisme) empêtrée dans ses expressions toutes faites : «Mesdames messieurs, dans ce contexte où, qui de droit laisse libre court, nous devons, autant que faire se peut, mais d'une façon qui, nul doute, sera partagée, faire preuve, néanmoins, mais dans les...
      Avant de vous proposer notre liste 1.0 de nos clichés «à nous», je vous propose de revoir cette...
      0 réactions | 0 votes
    • Perles du passé : Les Québécois et leurs douces «moitiés»

      31 décembre 2009 13h01 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Marcel Landry, député péquiste de Bonaventure et ministre de l'Agriculture, en 1996, s'exprime sur le projet de loi sur l'équité salariale. Il lance : «Équité de droits et égalité de droits pour une majorité de la population du Québec, puisque, comme vous le savez, les FEMMES constituent actuellement la MAJORITÉ des CITOYENS ET DES CITOYENNES du Québec.» Concluons que tous les Québécois ont des douces moitiés... (Merci de nouveau à Patrice Juneau pour le filon.)
      Marcel Landry, député péquiste de Bonaventure et ministre de l'Agriculture, en 1996, s'exprime sur...
      0 réactions | 0 votes
    • Perles du passé : un «navire» sur les «rails»

      30 décembre 2009 21h50 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Guy Chevrette, ministre du PQ en 1996, en parlant d'Hydro-Québec, déclare : «On a fait des efforts pour replacer ce NAVIRE AMIRAL sur les RAILS. Et nous avons procédé à d'excellentes nominations à cet effet.» Est-ce qu'on avait nommé un capitaine ou un cheminot? (Merci à Patrice Juneau pour le filon)
      Guy Chevrette, ministre du PQ en 1996, en parlant d'Hydro-Québec, déclare : «On a fait des efforts...
      0 réactions | 0 votes
    • Je me souviens des «goupilismes»

      17 décembre 2009 20h10 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Vous vous souvenez de la ministre de la Justice péquiste Linda Goupil? Plusieurs sources certifient que si elle était toujours ministre aujourd'hui, elle serait une grande amie de ce carnet. Elle produisait tellement de perronismes et de perles que certains de ses collègues ministres avaient pris l'habitude de noter les «goupilades» ou les «goupilismes». J'ai déjà évoqué ce sujet ici, mais voici que des «revendeurs» de goupilismes sont sortis de l'ombre pour me refiler du matériel...
      Vous vous souvenez de la ministre de la Justice péquiste Linda Goupil? Plusieurs sources certifient...
      0 réactions | 0 votes
    • Une perle du passé : les cochons d'Yvon Picotte

      Nous sommes en 1991. Titre d'un communiqué du ministre de l'Agriculture de l'époque : «Inauguration des agrandissements du centre d'insémination porcine du Québec: le ministre Yvon Picotte invite les éleveurs à se prévaloir davantage de ses services» Dans la bureaucratie, on s'en souvient comme de la fois où un rédacteur de communiqué a clairement fait passer son ministre pour un cochon. (Merci à Michel Corbeil, du Soleil, qui a retrouvé, en faisant son ménage, un article où il avait révélé...
      Nous sommes en 1991. Titre d'un communiqué du ministre de l'Agriculture de l'époque : «Inauguration...
      0 réactions | 0 votes
    • Les «paroles verbales», un «pléonard»!

      Scott McKay, ce matin, déclarait ce qui suit, à propos des cibles que Québec entend défendre en préparation de la conférence de Copenhague:«Jusqu'à maintenant, nous n'avons que très peu à nous mettre sous la dent et on pourrait reprendre une expression consacrée qui veut que nous n'ayons eu droit aujourd'hui qu'à des paroles verbales.» Mais d'où vient ce perronisme dont Scott Mckay s'amuse? Du PQ! En fait, c'est ce que le livre Fou rire au parlement, de Guy Giguère (Stanké, 2003), nous pousse...
      Scott McKay, ce matin, déclarait ce qui suit, à propos des cibles que Québec entend défendre en...
      0 réactions | 0 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.