Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Catégorie Mots usés et clichés Flux RSS des billets du blogue Mots et maux de la politique catégorisés dans «Mots usés et clichés»

      Le nouveau chef du PLQ, Philippe Couillard<br />

      Porter, «mot-voldemort» du chef Couillard

      La langue deviendra de plus en plus minée pour Philippe Couillard, maintenant qu'il est chef du PLQ. Arthur Porter, nom de l'ancien associé-ami-connaissance de l'ex-ministre de la Santé, est en passe de devenir une sorte Voldemort. Lord Voldemort, aussi nommé «Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom», est comme chacun le sait un personnage clé de la série Harry Potter (Hé! pas «Porter»… attention aux...
      La langue deviendra de plus en plus minée pour Philippe Couillard, maintenant qu'il est chef du PLQ. Arthur Porter, nom de l'ancien associé-ami-connaissance de l'ex-ministre de la Santé, est en passe de devenir une sorte Voldemort. Lord Voldemort, aussi nommé «Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom», est comme chacun le sait un personnage clé de la série Harry Potter (Hé! pas «Porter»… attention aux lapsus!)
      2 réactions | 8 votes
      Pauline Marois cet après-midi alors qu'elle annonçait son intention, si elle prend le pouvoir, d'abolir la «contribution santé».

      «Nous sommes prêts»? «On verra»!

      En politique il y a des mots et des expressions figées qui deviennent tabous. Prenez le «Nous sommes prêts» de Jean Charest. Quand un adversaire l'utilise, des sourires apparaissent. Parfois un malaise s'installe. C'est ce qui est arrivé aujourd'hui à Pauline Marois en conférence de presse:  «Nous voulons indiquer que nous sommes prêts... nous... nous sommes préparés à aller en campagne...
      En politique il y a des mots et des expressions figées qui deviennent tabous. Prenez le «Nous sommes prêts» de Jean Charest. Quand un adversaire l'utilise, des sourires apparaissent. Parfois un malaise s'installe. C'est ce qui est arrivé aujourd'hui à Pauline Marois en conférence de presse:  «Nous voulons indiquer que nous sommes prêts... nous... nous sommes préparés à aller en campagne électorale.»
      7 réactions | 6 votes

      «L'homme à la voix d'or» protégera-t-il la CAQ des médias?

      Richard Thibault a été nommé cette semaine vice-président du comité exécutif de la Coalition avenir Québec. À l'ADQ, il était «président de la commission des communications». Dans la vie, c'est un expert en «gestion de crises» à Québec où il a sa boîte, RTCOMM. Il est même «accrédité par la Disaster Recovery Institute».
      Richard Thibault a été nommé cette semaine vice-président du comité exécutif de la Coalition avenir Québec. À l'ADQ, il était «président de la commission des communications». Dans la vie, c'est un expert en «gestion de crises» à Québec où il a sa boîte, RTCOMM. Il est même «accrédité par la Disaster Recovery Institute».
      7 réactions | 3 votes
    • Eco-niaiserie

      Les gens de marketing nous prennent souvent pour des imbéciles. J'en ai trouvé une autre preuve sur une petite bouteille d'eau de plastique Poland Spring, hier. La compagnie a réduit légèrement la taille de ses bouchons de plastique. Elle s'en vante sur l'étiquette dans un délire de ce que des anglophones ont qualifié de «greenwashing» (le Grand dictionnaire terminologique traduit par «mascarade écologique», ce qui ne me semble pas heureux. Wikipedia propose écoblanchiment, ce qui est déjà...
      Les gens de marketing nous prennent souvent pour des imbéciles. J'en ai trouvé une autre preuve sur...
      0 réactions | 0 votes
    • «Les mains sur le volant»: on met les freins, d'accord?

      Je sais, je sais, c'est Jean Charest qui, le premier, l'a utilisée, cette image maudite pour illustrer la conduite de l'État. Il mérite qu'on la reprenne, et même qu'on l'extrapole: «Deux mains sur le volant ne suffisent plus quand l'auto est en panne», osait Jean-Marc Léger à la publication du dernier sondage Le Devoir-Léger Marketing. En plus, on raffole à notre époque des métaphores automobiles. Mais à un moment donné, ça suffit. En tout cas, moi, j'en ai marre. À moins que vous me...
      Je sais, je sais, c'est Jean Charest qui, le premier, l'a utilisée, cette image maudite pour...
      0 réactions | 0 votes
    • Christine St-Pierre et ses propos voilés

      L'affaire du niqab au cégep Saint-Laurent m'a rappelé une question que Sylvain Simard avait posée à Monique Gagnon-Tremblay, le 13 mai 2009: «Est-ce que la présidente du Conseil du trésor, qui est responsable de l'Administration publique [...] a l'intention de préciser à tous les fonctionnaires quels sont exactement les signes qui sont acceptables? Est-ce que, par exemple, elle accepte que des gens portent des signes qui empêchent leur propre identification?» C'était Christine St-Pierre qui...
      L'affaire du niqab au cégep Saint-Laurent m'a rappelé une question que Sylvain Simard avait posée à...
      0 réactions | 0 votes
    • «Suivre un dossier de près»

      EN DIRECT D'ORFORD : C'est le caucus du Parti québécois à Orford en Estrie. Premiers points de presse ce matin. Je remarque que nos politiciens ont pris l'habitude de dire, à tout propos, qu'ils suivent «le dossier de près». C'est devenu la phrase passe-partout par excellence. L'éthique, les finances publiques, la reconstruction d'Haïti ou la violence au hockey, etc.: ce sont tous là des «dossiers que l'on suit de près», voire de «très près». Un peu plus et on nous dirait qu'il s'agit de...
      EN DIRECT D'ORFORD : C'est le caucus du Parti québécois à Orford en Estrie. Premiers points de...
      0 réactions | 1 votes
    • Courchesne salue «l'enseignant COUP DE CŒUR»

      La convocation est tombée sur l'heure du midi: «La ministre de l'Education, du Loisir et du Sport, Mme Michelle Courchesne, invite les représentantes et les représentants des médias à la présentation des modalités de l'initiative L'enseignant Coup de cœur Virginie.» Ah, les «coups de cœur»! Depuis que Renaud-Bray a popularisé l'expression, elle n'en finit plus de se répandre, quelles que soient les «modalités de l'initiative» (?). Jean Paré, dans Le code des tics (Boréal, p.46), critique le...
      La convocation est tombée sur l'heure du midi: «La ministre de l'Education, du Loisir et du Sport,...
      0 réactions | 0 votes
    • Clichés pour désigner les gens 1.0 : Mme Tartempion a déménagé

      La vision qu'ont les journalistes et les politiciens québécois du «vrai monde» ou encore du «monde ordinaire»? Bref, en termes plus politiquement corrects, de la «société civile»? Un groupe compact constitué du «citoyen ordinaire», de «monsieur-madame-tout-le-monde», de «l’homme de la rue», de «Jos Bleau», de leurs cousins anglophones «Joe Public», «Joe Six-Pack» ainsi que leur épouse, la «hockey mom». Sans oublier, bien sûr, «Mme Tartempion de la rue Panet». J'en oublie? (Vos suggestions...
      La vision qu'ont les journalistes et les politiciens québécois du «vrai monde» ou encore du «monde...
      1 réaction | 0 votes
    • Clichés de temps, 1.0

      Dans les clichés que vous m'avez suggéré de pourfendre, chers lecteurs, plusieurs concernaient le temps. Deux ressortent du lot : «À la fin de la journée» et «L'avenir nous le dira». Cette dernière expression est sans doute la pire d'entre les pires. C'est plus qu'un cliché, mais une lapalissade, une expression vide, sans compter que l'avenir ne dit rien puisqu'il n'advient jamais, il est toujours à l'horizon. Mario Dumont en était friand. Un exemple : «Dans quel ordre ils vont trahir leurs...
      Dans les clichés que vous m'avez suggéré de pourfendre, chers lecteurs, plusieurs concernaient le...
      0 réactions | 0 votes
    • Nostalgie : la langue de bois d'Harel, selon RBO

      Avant de vous proposer notre liste 1.0 de nos clichés «à nous», je vous propose de revoir cette parodie délirante de langue de bois, signée RBO, cuvée 1994. C'est Bruno qui interprète une Louise Harel incompréhensiblement (permettez le néologisme) empêtrée dans ses expressions toutes faites : «Mesdames messieurs, dans ce contexte où, qui de droit laisse libre court, nous devons, autant que faire se peut, mais d'une façon qui, nul doute, sera partagée, faire preuve, néanmoins, mais dans les...
      Avant de vous proposer notre liste 1.0 de nos clichés «à nous», je vous propose de revoir cette...
      0 réactions | 0 votes
    • Sachez chasser le cliché

      «La cerise sur le gâteau», «dans la cour des grands» et «le vent en poupe» sont trois des pires clichés de la presse française, selon ce que rapporte le correspondant du Times à Paris, Charles Bremner, dans un excellent texte qui s'intitule French clichés to avoid like la peste. Il révèle qu'à l'inspiration de l'ancien site américain Killthecliche.com (manifestement disparu aujourd'hui), un robot chasseur de cliché passe Google Actualités au crible pour pointer les utilisateurs des fameuses...
      «La cerise sur le gâteau», «dans la cour des grands» et «le vent en poupe» sont trois des pires...
      0 réactions | 0 votes
    • Deux manières de faire disparaître les «problèmes»

      22 décembre 2009 15h00 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Ma collègue et amie, Jocelyne Richer, me fait remarquer que de plus en plus, le mot «problème» est remplacé par «défi» par les politiciens. «Chaque fois qu'on soulève un "problème" à un ministre, et c'est particulièrement vrai avec Nathalie Normandeau, tu remarqueras qu'il (ou elle) utilisera l'euphémisme de "défi", souvent à mauvais escient. Avec le gouvernement, les problèmes, quelle que soit leur importance ou complexité réelle, n'existent plus, envolés, disparus comme par enchantement....
      Ma collègue et amie, Jocelyne Richer, me fait remarquer que de plus en plus, le mot «problème» est...
      0 réactions | 0 votes
    • Les «bilans positifs», toujours «positifs»

      16 décembre 2009 19h02 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Deux communiqués du gouvernement tombés dans mon pigeonnier en moins d'une heure reprennent la même formule usée: «La ministre Christine St-Pierre dresse un bilan positif de sa mission en Europe», «Pierre Arcand dresse un bilan positif de la 25e conférence ministérielle de la Francophonie». Et quand on google dans le site communiques.gouv.qc.ca, on trouve 228 communiqués qui commencent par ce titre souriant. Un exemple : «Mission Europe 2009 - Raymond Bachand dresse un bilan positif.» Pour...
      Deux communiqués du gouvernement tombés dans mon pigeonnier en moins d'une heure reprennent la même...
      0 réactions | 0 votes
    • Tempête de clichés des fêtes sur le canal de l'Assemblée

      15 décembre 2009 14h41 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Les voeux de fin d'année des parlementaires: c'est toujours une sorte de guimauve verte, rouge et blanche agrémentée d'«atoka» et nappée de quelque chose comme du Cheez Whiz émotionnel genre «ayons une pensée spéciale pour les plus démunis de notre société: les personnes seules et celles qui éprouvent des difficultés». En cette «belle année» 2009, la diffusion des débats a décidé d'en rajouter et de gratiner le tout d'un enrobage visuel des plus quétaines. Les concepteurs se sont surpassés:...
      Les voeux de fin d'année des parlementaires: c'est toujours une sorte de guimauve verte, rouge et...
      0 réactions | 1 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.