Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Catégorie Le mot juste Flux RSS des billets du blogue Mots et maux de la politique catégorisés dans «Le mot juste»

      Jean-Marc Fournier<br />

      Jean-Marc Fournier ou la séparation des pouvoirs sélective

      L'automne dernier, il fallait entendre le chef de l'opposition Jean-Marc Fournier qualifier la visite «de courtoisie» de l'ex-ministre de l'Environnement, Daniel Breton, aux commissaires du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement. Alors qu'il n'est pas clair que le BAPE soit un organisme quasi-judiciaire (le libéral Pierre Paradis a soutenu l'autre jour qu'il faudrait demander à un expert de trancher cette question),...
      L'automne dernier, il fallait entendre le chef de l'opposition Jean-Marc Fournier qualifier...
      14 réactions | 7 votes
      Montesquieu et Robert Dutil...<br />

      Quand Dutil cite Montesquieu

      En chambre tout à l'heure, le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil, répondant à Sylvie Roy de la Coalition avenir Québec, affirmait que le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) «est totalement indépendant du pouvoir législatif et exécutif».
      En chambre tout à l'heure, le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil, répondant à Sylvie Roy de la Coalition avenir Québec, affirmait que le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) «est totalement indépendant du pouvoir législatif et exécutif».
      16 réactions | 17 votes
      Sylvie Roy

      Sylvie Roy comme Cyrano de Bergerac

      27 septembre 2011 15h07 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      On le sait, le libéral Norm MacMillan offrira ses excuses aujourd'hui en chambre à l'adéquiste Sylvie Roy, qu'il avait élégamment qualifiée de «grosse crisse» en plein Salon bleu la semaine dernière. En entrevue EXCLUSIVE, Mme Roy, hier soir, a confié à Mots et Maux de la politique™ la réponse qu'elle aurait faite à M. MacMillan si ce dernier avait refusé de s'excuser en...
      On le sait, le libéral Norm MacMillan offrira ses excuses aujourd'hui en chambre à l'adéquiste Sylvie Roy, qu'il avait élégamment qualifiée de «grosse crisse» en plein Salon bleu la semaine dernière. En entrevue EXCLUSIVE, Mme Roy, hier soir, a confié à Mots et Maux de la politique™ la réponse qu'elle aurait faite à M. MacMillan si ce dernier avait refusé de s'excuser en chambre. «Ah, je lui aurais recommandé de lire Cyrano de Bergerac! En terme d'insultes, c'est pas mal plus raffiné. La tirade des nez!
      11 réactions | 14 votes
      Pendant la dernière campagne électorale fédérale, le président du Conseil de la souveraineté, Gérald Larose, disait que les hommes politiques fédéralistes s'apparentaient à des «crosseurs professionnels».

      Voici venu le temps des ONAnistes?

      21 septembre 2011 10h29 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Comment appellerons-nous les membres du nouveau parti de Jean-Martin Aussant, Option nationale? (S'il finit par obtenir ce nom.) Après les unionistes, les péquistes, les adéquistes et plus récemment les «caquistes» (la Coalition pour l'avenir du Québec) à partir de quel acronyme forgerons-nous un mot désignant les militants de ce parti naissant? Les propositions ont fusé hier sur Twitter. «Pour Marois c'est un...
      Comment appellerons-nous les membres du nouveau parti de Jean-Martin Aussant, Option nationale? (S'il finit par obtenir ce nom.) Après les unionistes, les péquistes, les adéquistes et plus récemment les «caquistes» (la Coalition pour l'avenir du Québec) à partir de quel acronyme forgerons-nous un mot désignant les militants de ce parti naissant? Les propositions ont fusé hier sur Twitter. «Pour Marois c'est un OPPELAIL, pour Charest c'est un OPTINGOUT et pour Legault c'est un OPTIMUM?», a écrit Gilles Turcotte. Un autre suggère : «un opteux». Que diriez-vous des «optionnailleurs?». Et pourquoi pas les «optimistes»? (JF Gratton) «L'abbréviation est ON et nous savons qu'ON exclu la personne qui parle», écrit l'énigmatique Christian Dubois, de Québec solidaire (d'ailleurs, QS, ça donne... un «qiste», un kyste? Non, prononcez «cul-iste»).
      8 réactions | 2 votes

      Robert Dutil, sécurisant mais confondant

      Le terme habilitation sécuritaire a fait irruption dans le langage des parlementaires cette semaine après les articles du Devoir sur Yvan Delorme. C'est le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil qui a lancé ce beau vocable issu de la langue de bois policière désignant les vérifications d'antécédents avant la nomination d'une personne à un poste important.
      Le terme habilitation sécuritaire a fait irruption dans le langage des parlementaires cette semaine après les articles du Devoir sur Yvan Delorme. C'est le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil qui a lancé ce beau vocable issu de la langue de bois policière désignant les vérifications d'antécédents avant la nomination d'une personne à un poste important.
      1 réaction | 3 votes
    • Au niveau du «très colossal»

      Moment délicieux pour Mots et maux™, en fin de journée, hier, à la commission Bastarache. Marc Bellemare a contredit la procureur du gouvernement, Suzanne Côté: 
      Moment délicieux pour Mots et maux™, en fin de journée, hier, à la commission Bastarache. Marc Bellemare a contredit la procureur du gouvernement, Suzanne Côté: 
      1 réaction | 0 votes
    • Ne pas confondre «circonférence» et «diamètre»

      La ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau, disserte souvent avec transports des grandeurs d'Hydro-Québec. Hier après-midi en chambre, alors qu'elle présentait le projet de loi 84, elle a affirmé que le Québec a «le plus grand réseau de transport en Amérique du Nord, plus de 33 000 kilomètres de réseau, M. le Président. C'est trois fois la circonférence de la Terre!». Plus tard, la ministre a utilisé un droit de réplique pour se corriger : «Pas trois fois la circonférence,...
      La ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau, disserte souvent avec transports des...
      0 réactions | 0 votes
    • «Empuantir»

      Le mot juste du jour, c'est Michel David qui l'emploie ce matin: «...alors qu'il laisse les odeurs de corruption empuantir l'atmosphère depuis des mois.» Empuantir, selon le Trésor de la langue française informatisé: «Infecter d'une odeur fétide.» «Alors commencèrent d'apparaître les chancres et les ulcères. Et voici que le campement commença d'empuantir l'air. Mon père craignait la peste», Antoine de Saint-Exupéry, Citadelle, 1944, p. 551.Suite de la définition: Emploi pronom. à sens...
      Le mot juste du jour, c'est Michel David qui l'emploie ce matin: «...alors qu'il laisse les odeurs...
      0 réactions | 0 votes
    • Après la majorité silencieuse, la majorité «râleuse»

      Une phrase citée par Alain Finkielkraut ici (avancez à 9:05) devrait éveiller un sentiment de culpabilité chez les commentateurs les plus véhéments de Mots et maux™ : «Peut-être est-il temps de renoncer à insulter les hommes politiques. Il y a belle lurette que cette pratique de l'insulte a rompu les liens avec ses lieux d'origine —le discours oppositionnel— et qu'elle est devenue un lieu commun de la majorité râleuse. Depuis lors, elle circule et sert de passe-temps dans tous les médias.»...
      Une phrase citée par Alain Finkielkraut ici (avancez à 9:05) devrait éveiller un sentiment de...
      0 réactions | 0 votes
    • «Péter/sauter une coche» ou «péter un câble»?

      Benoît Melançon nous propose une série sur les «divergences transatlantiques». Se mettre en colère au point de perdre le contrôle, au Québec, se dira «péter une coche». En France, ce sera «péter un câble» ou un «plomb». Pour désigner une sainte colère de... Gérard Deltell (photo), mettons, vous préférez l'un ou l'autre? Et vous, vos colères sont-elles plus québécoises ou françaises?
      Benoît Melançon nous propose une série sur les «divergences transatlantiques». Se mettre en colère...
      0 réactions | 0 votes
    • Gautrin paraphrase Cicéron pour attaquer Bellemare

      Formidable sortie latine d'Henri-François Gautrin, hier après-midi : «Mme la Présidente, pour ceux qui ont un certain âge comme moi, qui ont traversé les collèges classiques, j'aimerais aujourd'hui paraphraser Cicéron et dire: "Quousque tandem, Bellemare, abutere patientiam nostram?" Jusques à quand, Bellemare, vas-tu abuser de notre patience?» Comme le dit le collègue Simon Boivin, du Soleil (à qui je dois cette trouvaille), c'est encore plus savoureux de l'écouter et de le voir livrer, de...
      Formidable sortie latine d'Henri-François Gautrin, hier après-midi : «Mme la Présidente, pour ceux...
      0 réactions | 0 votes
    • Problèmes de perception : par chèque ou comptant?

      Les problèmes concernant le financement des partis politiques? Le ministre Robert Dutil a pris position tout à l'heure à la période de questions : c'est «beaucoup plus un problème de perception qu'autrement» (Il voulait sans doute dire «qu'autre chose»). Éclat de rire explosif dans l'opposition. Le ministre, après avoir été interrompu, insista : «La perception est un point important.» Puis, le critique en matière de sécurité publique, Bertrand —il-faut-une-enquête-publique— St-Arnaud, a eu...
      Les problèmes concernant le financement des partis politiques? Le ministre Robert Dutil a pris...
      0 réactions | 0 votes
    • La «croissance» comme une «excroissance»

      René Lévesque, rappelait Jean-François Nadeau dans nos pages hier, disait que Pierre Vadeboncoeur avait «jalonné son œuvre de ces trouvailles où la pensée se trouve soudain concentrée et éclatante comme le diamant». La justesse de cette assertion se vérifie dans la dernière livraison de l'excellente revue L'Inconvénient, à laquelle Vadeboncoeur a donné plusieurs textes dans les dernières années. L'Inconvénient (num. 39) se demandait quel pouvait être le sens du combat, aujourd'hui....
      René Lévesque, rappelait Jean-François Nadeau dans nos pages hier, disait que Pierre Vadeboncoeur...
      0 réactions | 0 votes
    • Les ministres québécois ne sont pas «honorables»

      Peut-être que le ministre fédéral Jean-Pierre Blackburn souhaite redorer son blason auprès de ses homologues de Québec. En tout cas, il a donné du «honorable» à deux de ces derniers, ce matin, à l'ouverture d'une conférence de l'OCDE sur le «développement rural», à Québec. Nathalie Normandeau et Laurent Lessard sont devenus soudainement des «honorables». La ministre des Ressources naturelles à la flagornerie du faux amis : elle a grimacé en se tournant vers son collègue Lessard, à qui elle a...
      Peut-être que le ministre fédéral Jean-Pierre Blackburn souhaite redorer son blason auprès de ses...
      0 réactions | 0 votes
    • Pourquoi «Radio-poubelle»

      14 septembre 2009 12h08 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Une connaissance qui travaille à l'émission du matin pour une radio de Québec souvent qualifiée de Radio-poubelle m'avait envoyé un courriel rageur, un jour où Le Devoir avait usé du terme pour désigner cette antenne. Or, ce matin, au micro de cette même radio, qu'est-ce que j'entends? Qu'au moment où un autre soldat québécois mourrait en Afghanistan, il était «scandaleux» que Luck Mervil ait mis une certaine emphase à lire le Manifeste du FLQ, sur les Plaines, dans le cadre du Moulin à...
      Une connaissance qui travaille à l'émission du matin pour une radio de Québec souvent qualifiée de...
      0 réactions | 0 votes
    • «Dépression»

      Les dix derniers jours le prouvent: les dépressions engendrent la dépression. Le système installé au-dessus de nos têtes depuis 10 jours est une dépression au sens météorologique : «Région de l'atmosphère où la baisse de la pression provoque des vents rotatifs tournant en sens inverse des aiguilles d'une montre, ce qui entraîne le déplacement d'un système nuageux porteur de pluie, neige, etc.». Le système qui est en train de s'installer dans nos têtes? Une dépression aussi, mais au sens de :...
      Les dix derniers jours le prouvent: les dépressions engendrent la dépression. Le système installé...
      0 réactions | 0 votes
    • La clémence dans la bouche de Cannon

      Selon ce qu'un habitué de ce carnet, l'avocat Stéphane Rochette, me fait remarquer, le ministre fédéral Lawrence Cannon a récemment expliqué ce qu’il entend par «clémence» (propos rapportés ici par Manon Cornellier). Voilà l'histoire : en mars dernier, un juge de la Cour fédérale déclarait illégal le refus du gouvernement Harper de demander la clémence pour Ronald Smith, Canadien condamné à mort pour deux meurtres commis au Montana. Au début de juin, un comité des Nations unies demandait au...
      Selon ce qu'un habitué de ce carnet, l'avocat Stéphane Rochette, me fait remarquer, le ministre...
      0 réactions | 0 votes
    • L'adjectif «grand» au Québec

      EN DIRECT DU SALON ROUGE : Voilà le geste que Mario Lemieux a fait lorsque le premier ministre lui a dit qu'il était «l'un des plus grands joueurs de hockey de l'histoire», avant de le faire chevalier de l'Ordre national du Québec. C'est vrai qu'il est grand, quand même ! Cependant, je ne sais pas pourquoi, mais l'adjectif grand semble faire problème au Québec, où on raffole par ailleurs du mot «petit», comme dans «petit café», «petite madame», «Ti-poil», etc. Grandeur, chez nous, c'est plus...
      EN DIRECT DU SALON ROUGE : Voilà le geste que Mario Lemieux a fait lorsque le premier ministre lui...
      0 réactions | 0 votes
    • Nouveau carnet d'un gars peu «ordinaire»

      Nous attendions ce moment depuis trop longtemps... «Nous», c'est-à-dire les admirateurs de Benoît Melançon (et c'est là un nous inclusif); le professeur du département des littératures de langue française de l'UdM a ouvert un carnet intitulé L'oreille tendue. En exergue, ou plutôt au fronton de ce carnet, cette géniale phrase d'André Belleau : «Nous n’avons pas besoin de parler français, nous avons besoin du français pour parler.» Du reste, L'oreille tendue me fait penser à une formule de...
      Nous attendions ce moment depuis trop longtemps... «Nous», c'est-à-dire les admirateurs de Benoît...
      0 réactions | 0 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.