Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Catégorie Gibelotte Flux RSS des billets du blogue Mots et maux de la politique catégorisés dans «Gibelotte»

      André Drolet, député de Jean-Lesage, dans la région de Québec.

      ​Gibelotte de souris qui dansent

      On sait que la langue de plusieurs de nos élus est difficile à décoder. Pensons au ministre de l'Éducation Yves Bolduc par exemple. Il y a tellement de «niveaux» dans ses déclarations qu'on a l'impression de jouer au jeu de serpents et échelles. Lundi, lendemain d'élections scolaires, il nous a offert une phrase à quatre niveaux: «Ce que l'on veut, c'est décentraliser, ramener plus de pouvoirs et de décisions au niveau de la classe, et aussi entre l'enseignant et l'élève, et également...
      On sait que la langue de plusieurs de nos élus est difficile à décoder. Pensons au ministre de...
      8 réactions | 38 votes

      Tout cela est «poche»

      On a attiré l'attention de Mots et maux de la politique™ sur une performance de Francine Charbonneau, la nouvelle ministre de la Famille, qui semble pleine de potentiel pour notre blogue. Elle réagissait à cette intoxication au monoxyde de carbone dans la garderie «Les petits explorateurs» de Saint-Eustache. D'abord —cela nous émeut—, Mme Charbonneau manie le «au niveau» de belle manière: «Une aide a...
      On a attiré l'attention de Mots et maux de la politique™ sur une performance de...
      19 réactions | 75 votes

      ​Une coderrerie exécutive

      Grâce à ma collègue Jeanne Corriveau, j'ai découvert que les réunions du comité exécutif étaient retransmises en ligne.   C'est ainsi que l'on bâtit une ville «intelligente», à ce qu'il paraît…  Le problème: certaines des phrases du maire Denis Coderre ne sont pas intelligibles. Prenez celle-ci, qu'il prononce à 11:44 de la vidéo: Note:...
      Grâce à ma collègue Jeanne Corriveau, j'ai découvert que les...
      14 réactions | 35 votes
      Laurent Lessard en pleine gibelotte. <br />

      Lessarderies en série

      13 décembre 2012 17h03 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Le député libéral de Frontenac Laurent Lessard était déchaîné cette semaine, lorsqu'il a commenté les cas des ministres Jean-François Lisée, de son salaire différé, et de Maka Kotto, qui a convoqué 22 conseillers culturels. En 15 minutes bien intenses, M.Lessard a prouvé qu'il méritait sa catégorie personnelle de Mots et Maux.
      Le député libéral de Frontenac Laurent Lessard était déchaîné cette semaine, lorsqu'il a commenté les cas des ministres Jean-François Lisée, de son salaire différé, et de Maka Kotto, qui a convoqué 22 conseillers culturels. En 15 minutes bien intenses, M.Lessard a prouvé qu'il méritait sa catégorie personnelle de Mots et Maux.
      10 réactions | 16 votes
      Le ministre délégué aux Ressources naturelles Serge Simard

      Une simarderie amianteuse !

      Le ministre délégué aux Ressources naturelles Serge Simard a expliqué très… clairement hier la position du gouvernement sur l'industrie de l'amiante. Tellement qu'on se demande s'il n'aurait pas prisé un peu de chrysotile avant de s'exprimer: «Il n'y a pas de coloration entre les morts qui ont été dénoncés et l'utilisation sécuritaire du chrysotile. Toute la santé...
      Le ministre délégué aux Ressources naturelles Serge Simard a expliqué très… clairement hier la position du gouvernement sur l'industrie de l'amiante. Tellement qu'on se demande s'il n'aurait pas prisé un peu de chrysotile avant de s'exprimer: «Il n'y a pas de coloration entre les morts qui ont été dénoncés et l'utilisation sécuritaire du chrysotile. Toute la santé publique l'ont indiqué et véritablement lorsque des cas qui sont dénoncés, c'est des cas qui datent de 40 ans, de plusieurs plusieurs années et voilà que les règles sont établies. Il y a beaucoup beaucoup de matériaux qui sont sont très dangereux et puis qu'on utilise encore aujourd'hui, mais de façon sécuritaire.»
      11 réactions | 11 votes
      Clément Gignac<br />

      Gignac jusqu'au bout

      La semaine dernière, le ministre des Ressources naturelles et de la Faune et responsable du Plan Nord, Clément Gignac, dénonçait l'obstruction du Parti québécois au sujet du projet de loi 14 sur les mines: «Nous autres ce qu'on veut c'est que le projet de loi soit adopté. Ça fait 250 heures que mon collègue Serge Simard passe sur le projet de loi sur les mines. Notre patience tire à bout...»
      La semaine dernière, le ministre des Ressources naturelles et de la Faune et responsable du Plan Nord, Clément Gignac, dénonçait l'obstruction du Parti québécois au sujet du projet de loi 14 sur les mines: «Nous autres ce qu'on veut c'est que le projet de loi soit adopté. Ça fait 250 heures que mon collègue Serge Simard passe sur le projet de loi sur les mines. Notre patience tire à bout...»
      3 réactions | 2 votes
      Deux moments du malaise du député, après qu'il a parlé des «Innoussses» du Nord du Québec. Pris d'un fou rire, il n'a pu terminer son intervention. La présidente, Stéphanie Vallée, a offert de suspendre les travaux.

      Michel Matte, expert en «Innoussses». Et nouvel ami de ce carnet

      Je le savais qu'il avait du potentiel, ce Michel Matte! Député libéral de Portneuf —autrement dit un simple député—, il a été envoyé au front par son parti lors des études des crédits pour... meubler le temps. Autrement dit, pour se répandre en propos complaisants et inutiles afin de combler ces blocs de minutes accordés aux élus gouvernementaux. Bref, faire perdre du temps à tout le...
      Je le savais qu'il avait du potentiel, ce Michel Matte! Député libéral de Portneuf —autrement dit un simple député—, il a été envoyé au front par son parti lors des études des crédits pour... meubler le temps. Autrement dit, pour se répandre en propos complaisants et inutiles afin de combler ces blocs de minutes accordés aux élus gouvernementaux. Bref, faire perdre du temps à tout le monde en disant des niaiseries à l'un des moments les plus importants de la vie parlementaire, l'étude des crédits. Définition trouvée sur le site de l'Assemblée nationale: «Étape de la procédure budgétaire qui consiste à examiner chacun des éléments du budget». 
      19 réactions | 6 votes

      Déclaration de la semaine : Hamad remporte la palme !

      Un bloc de béton se détache d'une bretelle menant au Pont Champlain, fracasse le pare-brise d'un automobiliste. Le lendemain, le ministre des Transports, Sam Hamad, commente : «On est chanceux dans notre malchance [...] que le citoyen il n'ait pas été blessé malgré que le choc qu'il a obtenu. J'ai essayé de le rejoindre ce matin pour apporter les excuses du gouvernement pour l'accident... évidemment,...
      Un bloc de béton se détache d'une bretelle menant au Pont Champlain, fracasse le pare-brise d'un automobiliste. Le lendemain, le ministre des Transports, Sam Hamad, commente : «On est chanceux dans notre malchance [...] que le citoyen il n'ait pas été blessé malgré que le choc qu'il a obtenu. J'ai essayé de le rejoindre ce matin pour apporter les excuses du gouvernement pour l'accident... évidemment, c'est pas volontaire de notre part.»

      Doit-on conclure que parfois, c'est volontaire de leur part?

      (Merci à Martin Ouellet et Patrice Bergeron de la Presse canadienne pour la suggestion)
      22 réactions | 5 votes
    • Laurent Lessard se surpasse

      Échange entre deux Lessard; un clair, l'autre producteur de gibelotte. Denis Lessard, journaliste, pose une question des plus limpides au ministre des Affaires municipales, Laurent Lessard, au sujet de l'éthique dans les municipalités: «Si votre projet de loi (109) avait été adopté, est-ce que M. le maire Jean D'Amour, est-ce qu'il aurait pu aller travailler pour, bien, BPR?» Attention, préparez-vous à lire la tentative de «réponse» du ministre : «Là, sur le travail, on dit qu'ils peuvent...
      Échange entre deux Lessard; un clair, l'autre producteur de gibelotte. Denis Lessard, journaliste,...
      0 réactions | 0 votes
    • Tomassi prônait un usage plus intense de la carte de crédit

      Ça ne s'invente pas. En 2006 (le 27 avril), au moment où il accumulait des Pétro-points grâce à sa carte appartenant à BCIA, Tony Tomassi a réclamé, en commission parlementaire, que la Société d'assurance automobile rende plus facile les paiements par carte de crédit ! Tomassi, alors simple député, prétend émettre une «critique constructive» à l'endroit de la SAAQ. Il faut lire le passage en entier : «Une des critiques que j'avais? [...] Quand on va sur le site Internet de la SAAQ pour faire...
      Ça ne s'invente pas. En 2006 (le 27 avril), au moment où il accumulait des Pétro-points grâce à sa...
      0 réactions | 0 votes
    • Christine St-Pierre et ses propos voilés

      L'affaire du niqab au cégep Saint-Laurent m'a rappelé une question que Sylvain Simard avait posée à Monique Gagnon-Tremblay, le 13 mai 2009: «Est-ce que la présidente du Conseil du trésor, qui est responsable de l'Administration publique [...] a l'intention de préciser à tous les fonctionnaires quels sont exactement les signes qui sont acceptables? Est-ce que, par exemple, elle accepte que des gens portent des signes qui empêchent leur propre identification?» C'était Christine St-Pierre qui...
      L'affaire du niqab au cégep Saint-Laurent m'a rappelé une question que Sylvain Simard avait posée à...
      0 réactions | 0 votes
    • Gibelotte de bonnardelleries sur les finances publiques

      Conférence de presse du chef de l'ADQ et du critique adéquiste François Bonnardel, aujourd'hui. Le reporter de TVA, Robert Plouffe, pose cette question trois fois : «Vous voulez alléger le fardeau fiscal de la classe moyenne et des familles. [...] De combien? Et, si oui, vous [priveriez] le gouvernement de rentrées d'argent. Or, on est déjà en déficit.» Il n'obtient pas de réponse. Martin Ouellet revient à la charge. Et à ce moment, il y a eu illumination: François Bonnardel a tout expliqué...
      Conférence de presse du chef de l'ADQ et du critique adéquiste François Bonnardel, aujourd'hui. Le...
      0 réactions | 0 votes
    • Gibelotte de Gignac

      Clément Gignac nous semblait assez éloquent, jadis, lorsqu'il commentait les budgets à la télé comme économiste. Mais celui que Michel Hébert surnommait à l'époque le «Steve Martin de la Banque nationale» semble avoir perdu l'usage de la langue française depuis qu'il est ministre. Ses interventions sont déstructurées, il ne termine pas ses phrases. On ne dirait pas qu'il s'agit d'un ancien du Petit Séminaire de Québec... À preuve, sa première réponse, hier, à une question de Jean-Martin...
      Clément Gignac nous semblait assez éloquent, jadis, lorsqu'il commentait les budgets à la télé...
      0 réactions | 0 votes
    • Le risque des «bolducries», «au niveau» du virus

      Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, mardi : «M. le Président, toutes les femmes au Québec ont le droit au retrait préventif lorsqu'IL représente un risque.» Une phrase à donner des maux de tête, et peut-être même provoquer une violente fièvre, tellement la confusion est grande : sont-ce les femmes qui représentent un risque? ou le retrait préventif? ou...? Au fond, n'est-ce pas le langage du ministre de la Santé — surnommé Docteur Confusion par l'opposition — qui représente un grave...
      Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, mardi : «M. le Président, toutes les femmes au Québec ont le...
      0 réactions | 0 votes
    • Traducteur de langue de Bolduc recherché

      Le ministre de la Santé a une langue malade. Ou peut-être que le français n'est pas sa langue maternelle? Non seulement utilise-t-il «au niveau» à tous les niveaux, mais très souvent, ses phrases sont incompréhensibles. Jeudi dernier, sur la pénurie d'isotopes, il dit : «L'échéancier est en fonction du temps qu'on va réussir pour avoir nos isotopes le plus rapidement possible avec un approvisionnement normal.» Sur les tests pathologiques du cancer du sein, le 29 mai, il a débité quelques...
      Le ministre de la Santé a une langue malade. Ou peut-être que le français n'est pas sa langue...
      0 réactions | 1 votes
    • Une robitaillerie...

      Relire la transcription de ses propos à l'Assemblée nationale, ça peut déprimer. C'est le cas de ma question d'hier. Si vous y comprenez quelque chose, à travers mes tics de langage (je dis un justement et un «à un moment donné»), faites-moi signe : «M. Dupuis, vous avez évoqué la notion de jurisprudence, est-ce que justement on va être anglais, ici, avec le «tort law» ou est-ce qu'on va être français avec le Code civil? Est-ce qu'on ne pourrait pas être un peu des deux, comme notre culture...
      Relire la transcription de ses propos à l'Assemblée nationale, ça peut déprimer. C'est le cas de ma...
      0 réactions | 0 votes
    • Tony Tomassi, nouvel ami de ce carnet

      19 décembre 2008 17h39 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Le nouveau ministre de la Famille, Tony Tomassi, fera, grâce à sa manière de s'exprimer, souvent la manchette de ce carnet, je le sens. Le jour de son assermentation cette semaine, un journalliste lui a demandé pourquoi il allait «faire un bon ministre de la Famille». Sa réponse : «Écoutez, je vais faire mon possible sur la charge que M. Charest m'a accordée aujourd'hui. J'espère pouvoir lui rendre le retour de cette confiance qu'il m'accorde.» Comment on «rend un retour»?
      Le nouveau ministre de la Famille, Tony Tomassi, fera, grâce à sa manière de s'exprimer, souvent la...
      0 réactions | 0 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.