Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Catégorie Expressions célèbres Flux RSS des billets du blogue Mots et maux de la politique catégorisés dans «Expressions célèbres»

      Christian Dubé, de la CAQ.

      La lumière caquiste

      Il y a des parallèles entre les débuts du gouvernement Couillard en 2014 et ceux du gouvernement Marois en 2012. Lesquels? Les applaudissements d'un tiers parti. En 2012, Québec solidaire était vraiment ravi des premières décisions du gouvernement Marois : fermeture de Gentilly, abrogation de la loi 78, moratoire sur les gaz de schiste, annulation du prêt à la mine Jeffrey sur l'amiante, etc. C'est presque comme si QS...
      Il y a des parallèles entre les débuts du gouvernement Couillard en 2014 et ceux du...
      5 réactions | 8 votes
      Maka Kotto

      Comment dire «ça s'en vient» en langue Kotto?

      11 décembre 2013 18h45 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Une expression de 2013 d'un ministre du gouvernement Marois est en passe de devenir proverbiale. Deux fois cette année, lorsque talonné par les oppositions au sujet d'une décision imminente, le ministre de la Culture, Maka Kotto, a utilisé l'expression pléonastique «incessamment, sous peu». Des attachées de presse reprennent l'expression dans des courriels, en l'accompagnant d'un sourire.
      Une expression de 2013 d'un ministre du gouvernement Marois est en passe de devenir proverbiale. Deux fois cette année, lorsque talonné par les oppositions au sujet d'une décision imminente, le ministre de la Culture, Maka Kotto, a utilisé l'expression pléonastique «incessamment, sous peu». Des attachées de presse reprennent l'expression dans des courriels, en l'accompagnant d'un sourire.
      5 réactions | 8 votes
      «En colère contre cette tentative de corruption, nous admettons que le t-shirt nous va comme un gant.»

      Tentative de corruption sur un blogueur du Devoir !

      Les ingénieurs de la ville de Montréal se font offrir du vin, des billets de hockey et même des «escortes». Votre humble serviteur, lui, tient à le dénoncer haut et fort: on lui a offert un t-shirt ! Et pas n'importe lequel: un t-shirt à l'effigie du député de Louis-Hébert Sam Hamad et comportant une affirmation célèbre de celui-ci; phrase prononcée récemment et signalée comme il...
      Les ingénieurs de la ville de Montréal se font offrir du vin, des billets de hockey et même des «escortes». Votre humble serviteur, lui, tient à le dénoncer haut et fort: on lui a offert un t-shirt ! Et pas n'importe lequel: un t-shirt à l'effigie du député de Louis-Hébert Sam Hamad et comportant une affirmation célèbre de celui-ci; phrase prononcée récemment et signalée comme il se doit sur Mots et Maux de la politique.
      9 réactions | 12 votes
      Un texte de Gilles Lesage, dans Le Devoir du 15 octobre 1983.<br />

      Les «slates» contre les «valeurs libérales»

      C'est un affreux emprunt à l'anglais, mais — avouons-le — bien pratique et tellement ancré dans le langage politique québécois : les «SLATES». Pour l'éviter, le Grand dictionnaire terminologique (GCT) propose d'user de «présélection» défini ainsi: «Liste de candidats en faveur desquels on recommande de voter en bloc au cours d'une élection.» Dans sa...
      C'est un affreux emprunt à l'anglais, mais — avouons-le — bien pratique et tellement ancré dans le langage politique québécois : les «SLATES». Pour l'éviter, le Grand dictionnaire terminologique (GCT) propose d'user de «présélection» défini ainsi: «Liste de candidats en faveur desquels on recommande de voter en bloc au cours d'une élection.» Dans sa sagacité, l'auteur de la note du GDT — nul autre que le grand spécialiste des relations de travail Gérard Dion — ajoute l'explication suivante: «Il arrive fréquemment dans les élections syndicales que de telles listes soient dressées soit par l'ancien conseil de direction, soit par divers groupes de tendances opposées.»
      6 réactions | 12 votes
      Pauline Marois et Nabile Sahel

      Parfois, il faut savoir «niaiser»

      Le terme «niaiser» est vraiment risqué pour Pauline Marois. Dans deux des pires crises qu’elle a dû traverser, ce vocable très québécois est apparu dans le décor à un moment ou à un autre.   La première fois, c’était lorsque Mme Marois et Mme Maltais avaient décidé de déposer le projet de loi privé 204. Cette loi contribuait à «bétonner»...
      Le terme «niaiser» est vraiment risqué pour Pauline Marois. Dans deux des pires...
      4 réactions | 3 votes
      Pauline Marois cet après-midi alors qu'elle annonçait son intention, si elle prend le pouvoir, d'abolir la «contribution santé».

      «Nous sommes prêts»? «On verra»!

      En politique il y a des mots et des expressions figées qui deviennent tabous. Prenez le «Nous sommes prêts» de Jean Charest. Quand un adversaire l'utilise, des sourires apparaissent. Parfois un malaise s'installe. C'est ce qui est arrivé aujourd'hui à Pauline Marois en conférence de presse:  «Nous voulons indiquer que nous sommes prêts... nous... nous sommes préparés à aller en campagne...
      En politique il y a des mots et des expressions figées qui deviennent tabous. Prenez le «Nous sommes prêts» de Jean Charest. Quand un adversaire l'utilise, des sourires apparaissent. Parfois un malaise s'installe. C'est ce qui est arrivé aujourd'hui à Pauline Marois en conférence de presse:  «Nous voulons indiquer que nous sommes prêts... nous... nous sommes préparés à aller en campagne électorale.»
      7 réactions | 6 votes

      L'odeur de la CAQ

      16 décembre 2011 15h47 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Heureusement que le nouveau parti de François Legault et Gérard Deltell ne s'appelle pas la Coalition pour l'avenir du Québec Uni et Éduqué (mettons). Car l'acronyme serait CAQUE.
      Heureusement que le nouveau parti de François Legault et Gérard Deltell ne s'appelle pas la Coalition pour l'avenir du Québec Uni et Éduqué (mettons). Car l'acronyme serait CAQUE.
      60 réactions | 18 votes
      Sylvie Roy

      Sylvie Roy comme Cyrano de Bergerac

      27 septembre 2011 15h07 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      On le sait, le libéral Norm MacMillan offrira ses excuses aujourd'hui en chambre à l'adéquiste Sylvie Roy, qu'il avait élégamment qualifiée de «grosse crisse» en plein Salon bleu la semaine dernière. En entrevue EXCLUSIVE, Mme Roy, hier soir, a confié à Mots et Maux de la politique™ la réponse qu'elle aurait faite à M. MacMillan si ce dernier avait refusé de s'excuser en...
      On le sait, le libéral Norm MacMillan offrira ses excuses aujourd'hui en chambre à l'adéquiste Sylvie Roy, qu'il avait élégamment qualifiée de «grosse crisse» en plein Salon bleu la semaine dernière. En entrevue EXCLUSIVE, Mme Roy, hier soir, a confié à Mots et Maux de la politique™ la réponse qu'elle aurait faite à M. MacMillan si ce dernier avait refusé de s'excuser en chambre. «Ah, je lui aurais recommandé de lire Cyrano de Bergerac! En terme d'insultes, c'est pas mal plus raffiné. La tirade des nez!
      11 réactions | 14 votes

      Godin et l'amphithéâtre

      13 septembre 2011 16h31 | Antoine Robitaille | Mots et maux de la politique
      Dans l'excellent documentaire Godin, de Simon Beaulieu sur celui qu'on a appelé «Le Député poète», on le voit et l'entend faire une touchante sortie contre les «solutions de béton». Certains feront plusieurs parallèles: d'une part avec ce que le PQ vit présentement, deuxièmement avec nos belles structures de béton effritées de 2011; et enfin avec le dossier phare de Labeaumegrad,...
      Dans l'excellent documentaire Godin, de Simon Beaulieu sur celui qu'on a appelé «Le Député poète», on le voit et l'entend faire une touchante sortie contre les «solutions de béton». Certains feront plusieurs parallèles: d'une part avec ce que le PQ vit présentement, deuxièmement avec nos belles structures de béton effritées de 2011; et enfin avec le dossier phare de Labeaumegrad, l'amphithéâtre.
      7 réactions | 10 votes
      Yves Michaud participant à l'émission <em>Tirez au clair</em> de Radio-Canada du 8 janvier 1969.

      Renaissance d'une «opposition circonstancielle»?

      Avec la floppée d'indépendants qu'il y aura en chambre cet automne, huit au total depuis aujourd'hui — neuf en comptant Amir Khadir, dont le parti n'est pas reconnu officiellement à l'Assemblée nationale — il faut se demander s'il n'y aura pas renaissance, à l'occasion, d'une «opposition circonstancielle». Le terme avait été forgé par Yves Michaud (photo).
      Avec la floppée d'indépendants qu'il y aura en chambre cet automne, huit au total depuis aujourd'hui — neuf en comptant Amir Khadir, dont le parti n'est pas reconnu officiellement à l'Assemblée nationale — il faut se demander s'il n'y aura pas renaissance, à l'occasion, d'une «opposition circonstancielle». Le terme avait été forgé par Yves Michaud (photo).
      11 réactions | 4 votes
      À gauche, Jean Charest vendredi, en pleine attaque. À droite, le premier ministre glisse une suggestion à son ministre de la Justice.

      A-t-il dit «vous allez en avoir des "élections"»?

      Au moment d'écouter la dernière période de questions du printemps, vendredi, j'étais certain d'avoir entendu Jean Charest, se penchant vers Jean-Marc Fournier, faire une suggestion d'attaque destinée «en toute amitié» au Parti québécois: «Continuez comme ça, vous allez en avoir des... [élections].» Les mots se sont faufilés dans le micro de M. Fournier à l'insu du...
      Au moment d'écouter la dernière période de questions du printemps, vendredi, j'étais certain d'avoir entendu Jean Charest, se penchant vers Jean-Marc Fournier, faire une suggestion d'attaque destinée «en toute amitié» au Parti québécois: «Continuez comme ça, vous allez en avoir des... [élections].» Les mots se sont faufilés dans le micro de M. Fournier à l'insu du premier minitre. Mais je ne suis plus sûr que c'est bien «élections» qui roule dans la bouche du chef libéral. Il l'a nié fermement en tout cas. (Comme il avait nié la tenue d'élections en 2008 quelques semaines avant d'en déclencher...) «Érections» vous dites? Non, non, je ne crois pas que Jean Charest ait attrapé le virus viagraien de Stephen Harper.

      Allez écouter Jean Charest ici à partir de 17:47 et dites-moi ce que vous entendez SVP. 
      0 réactions | 9 votes

      La «labeaumisation» de Pauline Marois

      Invitée mardi à prononcer un discours par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec devant un parterre de militants péquistes, de fonctionnaires, et, sans doute, d'un ou deux «gens d'affaires» de la capitale, Pauline Marois a cru nécessaire de labeaumiser son langage: «Une fois qu’on a pris une décision, il faut avoir le courage de foncer. Il faut arrêter de niaiser. Nous voulons un...
      Invitée mardi à prononcer un discours par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec devant un parterre de militants péquistes, de fonctionnaires, et, sans doute, d'un ou deux «gens d'affaires» de la capitale, Pauline Marois a cru nécessaire de labeaumiser son langage: «Une fois qu’on a pris une décision, il faut avoir le courage de foncer. Il faut arrêter de niaiser. Nous voulons un amphithéâtre, nous voulons des événements internationaux et culturels à Québec, nous voulons une équipe de la LNH : agissons!»
      27 réactions | 8 votes
      <div>
	À Washington, une passante regarde les premières pages de journaux annonçant la mort d’Oussama ben Laden.</div>

      Obama ou le syndrome «Only Nixon could go to China»

      Exécution extra-judiciaire qui viole maints principes chers aux États-Unis, — règle de droit, souveraineté nationale, etc.— le meurtre d'Oussama ben Laden au Pakistan par l'administration Obama me rappelle une célèbre phrase en études politiques américaines: «Only Nixon could go to China.» C'est un président républicain, se proclamant intraitable avec le communisme, qui a finalement reconnu...
      Exécution extra-judiciaire qui viole maints principes chers aux États-Unis, — règle de droit, souveraineté nationale, etc.— le meurtre d'Oussama ben Laden au Pakistan par l'administration Obama me rappelle une célèbre phrase en études politiques américaines: «Only Nixon could go to China.» C'est un président républicain, se proclamant intraitable avec le communisme, qui a finalement reconnu la Chine rouge; pour plusieurs raisons qu'il serait trop long d'expliquer ici. Soulignons une des causes : un chef politique, en démocratie, est souvent conduit à agir «contre» le «personnage» qu'on a fait de lui. Il veut surprendre. Il veut qu'on le retrouve là où on ne l'attend pas. Il est souvent porté à en mettre plus que le client en demande.
      14 réactions | 7 votes

      Gauche «efficace» et capitalisme «sauvage»

      Ils se battent pour obtenir la paternité de l'expression. Laquelle? «Gauche efficace.» Qui «ils»? L'ex-conseiller péquiste Jean-François Lisée et l'ex-ministre péquiste François Legault. Ce dernier, au téléphone récemment, se désolait qu'on l'associe au centre-droit; et encore pire, à la «droite» du type Réseau-Liberté-Québec. «Moi,...
      Ils se battent pour obtenir la paternité de l'expression. Laquelle? «Gauche efficace.» Qui «ils»? L'ex-conseiller péquiste Jean-François Lisée et l'ex-ministre péquiste François Legault. Ce dernier, au téléphone récemment, se désolait qu'on l'associe au centre-droit; et encore pire, à la «droite» du type Réseau-Liberté-Québec. «Moi, c'est la "gauche efficace". C'est moi qui a inventé l'expression; elle m'a été piquée par Jean-François Lisée.» L'ex-conseiller et blogueur efficace a en effet repris le terme pour baptiser un de ses opus
      3 réactions | 11 votes
    • Charest, un «parcours authentique»?

      EN DIRECT DU PARLEMENT Charest a été conservateur et est devenu libéral. Est-ce un «parcours authentique»? Et Lucien Bouchard, qu'il cite, qui a été PLC, PQ, Progressiste conservateur, bloquiste, péquiste et maintenant lucide? Au fait, qu'est-ce qu'un «parcours authentique» en politique? AJOUT, 13H45 : Mots et maux™ prévoit au concept juridique «parcours authentique» une fortune comparable à celle qu'«accommodement raisonnable» a connue.
      EN DIRECT DU PARLEMENT Charest a été conservateur et est devenu libéral. Est-ce un «parcours...
      0 réactions | 0 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.