Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Catégorie Contresens Flux RSS des billets du blogue Mots et maux de la politique catégorisés dans «Contresens»

    • Bolduc se surpasse : il se vante de «rebâtir la démolition»

      Invraisemblable chapelet de bolducries ce matin, qui se termine en une apothéose. Je vous laisse goûter cette grande prose : «Je pense que tous ont pu constater le désespoir du député de Marie-Victorin, et puis la chef de l'opposition le faisait mention également, puis je tiens à lui rappeler, en 2003, ce que l'on faisait à ce moment-là, c'est qu'on rebâtissait toute la démolition qu'ils avaient faite du réseau de la santé.» Vous avez bien lu : «rebâtissait toute la démolition.» Vous l'avez...
      Invraisemblable chapelet de bolducries ce matin, qui se termine en une apothéose. Je vous laisse...
      0 réactions | 2 votes
    • Perles du passé: Whissell exige qu'une «aberration continue»

      On est en juin 2000. Le député David Whissell, alors dans l'opposition, est en colère. Six mois plus tôt, le ministre de l'Environnement avait promis d'interdire l'importation de pneus usés sur le territoire du Québec. Mais aux yeux du libéral d'Argenteuil, la promesse tardait à être respectée. Whissell fit alors un beau contresens : «Est-ce que le ministre peut nous dire aujourd'hui quand il va vraiment agir pour que cette aberration continue...» Sans contresens maintenant, certains...
      On est en juin 2000. Le député David Whissell, alors dans l'opposition, est en colère. Six mois...
      0 réactions | 1 votes
    • Marois «manque d'incohérence», accuse Charest

      Une des plus belles perles de la semaine? Elle a été produite par nul autre que Jean Charest: «Son chef est dénoncé aujourd'hui par Jacques Brassard pour manque d'incohérence parce qu'elle demandait qu'on limite les dépenses puis qu'on les augmente en même temps de 1,5 milliard.» «Son» chef, c'était Pauline Marois. Ce que Brassard a écrit? «À l’Assemblée Nationale, dès l’ouverture de la session, Mme Marois a pressé (avec raison) le gouvernement de se montrer rigoureux dans la gestion des...
      Une des plus belles perles de la semaine? Elle a été produite par nul autre que Jean Charest: «Son...
      0 réactions | 0 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.