Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Archives de juin 2011 Flux RSS du blogue Mots et maux de la politique

    La politique, les grands enjeux de société, la culture, les voyages, et même le sport, voilà autant de sujets qui intéressent les blogueurs du Devoir. Chacun dans leur genre, ils jettent un regard différent sur l’actualité. Les blogues du Devoir sont coordonnés par l’équipe du Devoir.com.



      Yves Michaud participant à l'émission <em>Tirez au clair</em> de Radio-Canada du 8 janvier 1969.

      Renaissance d'une «opposition circonstancielle»?

      Avec la floppée d'indépendants qu'il y aura en chambre cet automne, huit au total depuis aujourd'hui — neuf en comptant Amir Khadir, dont le parti n'est pas reconnu officiellement à l'Assemblée nationale — il faut se demander s'il n'y aura pas renaissance, à l'occasion, d'une «opposition circonstancielle». Le terme avait été forgé par Yves Michaud (photo).
      Avec la floppée d'indépendants qu'il y aura en chambre cet automne, huit au total depuis aujourd'hui — neuf en comptant Amir Khadir, dont le parti n'est pas reconnu officiellement à l'Assemblée nationale — il faut se demander s'il n'y aura pas renaissance, à l'occasion, d'une «opposition circonstancielle». Le terme avait été forgé par Yves Michaud (photo).
      11 réactions | 4 votes
      À gauche, Jean Charest vendredi, en pleine attaque. À droite, le premier ministre glisse une suggestion à son ministre de la Justice.

      A-t-il dit «vous allez en avoir des "élections"»?

      Au moment d'écouter la dernière période de questions du printemps, vendredi, j'étais certain d'avoir entendu Jean Charest, se penchant vers Jean-Marc Fournier, faire une suggestion d'attaque destinée «en toute amitié» au Parti québécois: «Continuez comme ça, vous allez en avoir des... [élections].» Les mots se sont faufilés dans le micro de M. Fournier à l'insu du...
      Au moment d'écouter la dernière période de questions du printemps, vendredi, j'étais certain d'avoir entendu Jean Charest, se penchant vers Jean-Marc Fournier, faire une suggestion d'attaque destinée «en toute amitié» au Parti québécois: «Continuez comme ça, vous allez en avoir des... [élections].» Les mots se sont faufilés dans le micro de M. Fournier à l'insu du premier minitre. Mais je ne suis plus sûr que c'est bien «élections» qui roule dans la bouche du chef libéral. Il l'a nié fermement en tout cas. (Comme il avait nié la tenue d'élections en 2008 quelques semaines avant d'en déclencher...) «Érections» vous dites? Non, non, je ne crois pas que Jean Charest ait attrapé le virus viagraien de Stephen Harper.

      Allez écouter Jean Charest ici à partir de 17:47 et dites-moi ce que vous entendez SVP. 
      0 réactions | 9 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.