Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Archives de mai 2011 Flux RSS du blogue Mots et maux de la politique

    La politique, les grands enjeux de société, la culture, les voyages, et même le sport, voilà autant de sujets qui intéressent les blogueurs du Devoir. Chacun dans leur genre, ils jettent un regard différent sur l’actualité. Les blogues du Devoir sont coordonnés par l’équipe du Devoir.com.



    • Le plaisir des aptonymes livresques

      «Connaissez-vous Jean-Paul Grappe? C’est un réputé chef et auteur de livres de cuisine. L’un d'eux s'intitule Petits fruits»: telle est la première phrase d'une riche entrée blogue de Stéphane Picher, libraire chez Pantoute et passionné d'aptonymes livresques. Il a eu la gentillesse de me la signaler. Elle vaut le détour. Vous y découvrirez des auteurs comme Hélène Frappat, qui a signé un livre sur la violence. Et l'auteur de Vaincre sa peur de la maladie? Il se nomme Michel Lejoyeux. Mon...
      «Connaissez-vous Jean-Paul Grappe? C’est un réputé chef et auteur de livres de cuisine. L’un d'eux s'intitule Petits fruits»: telle est la première phrase d'une riche entrée blogue de Stéphane Picher, libraire chez Pantoute et passionné d'aptonymes livresques. Il a eu la gentillesse de me la signaler. Elle vaut le détour. Vous y découvrirez des auteurs comme Hélène Frappat, qui a signé un livre sur la violence. Et l'auteur de Vaincre sa peur de la maladie? Il se nomme Michel Lejoyeux. Mon préféré? François-Xavier Colle qui a écrit Les drogues en vente libre.
      4 réactions | 2 votes

      Deux perles estudiantines

      Il n'y a pas que les journalistes politiques qui collectionnent les perles. Les professeurs sont très actifs «à ce niveau-là». Et pour célébrer cette habitude, créons ici une nouvelle catégorie: perles estudiantines. En voici deux, recueillies récemment par un professeur au collégial et refilées à Mots & Maux : 1) «Pour la prochaine session, je devrais améliorer ma discipline car...
      Il n'y a pas que les journalistes politiques qui collectionnent les perles. Les professeurs sont très actifs «à ce niveau-là». Et pour célébrer cette habitude, créons ici une nouvelle catégorie: perles estudiantines.
      En voici deux, recueillies récemment par un professeur au collégial et refilées à Mots & Maux : 1) «Pour la prochaine session, je devrais améliorer ma discipline car moi-même et mes travaux sommes trops souvent retardé.» [sic] 2) «La concentration est une chose un peu difficile lorsqu'on a un trouble de concentration.  Donc ce n'est pas ma tasse de thé.»
      2 réactions | 0 votes

      La «labeaumisation» de Pauline Marois

      Invitée mardi à prononcer un discours par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec devant un parterre de militants péquistes, de fonctionnaires, et, sans doute, d'un ou deux «gens d'affaires» de la capitale, Pauline Marois a cru nécessaire de labeaumiser son langage: «Une fois qu’on a pris une décision, il faut avoir le courage de foncer. Il faut arrêter de niaiser. Nous voulons un...
      Invitée mardi à prononcer un discours par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec devant un parterre de militants péquistes, de fonctionnaires, et, sans doute, d'un ou deux «gens d'affaires» de la capitale, Pauline Marois a cru nécessaire de labeaumiser son langage: «Une fois qu’on a pris une décision, il faut avoir le courage de foncer. Il faut arrêter de niaiser. Nous voulons un amphithéâtre, nous voulons des événements internationaux et culturels à Québec, nous voulons une équipe de la LNH : agissons!»
      27 réactions | 8 votes

      Laurent Lessard ne réfléchit pas, tenez vous le pour dit !

      Le ministre des Affaires municipales Laurent Lessard était questionné ce matin sur ce qui attend les sinistrés de la Montérégie après les inondations. Il débita quelques phrases légèrement gibelottiennes, du type : «Alors il faut être capable de répondre à la population. On est dans la reconstruction, rénovation, réparation. On est à adresser la question pour qu'il y ait un...
      Le ministre des Affaires municipales Laurent Lessard était questionné ce matin sur ce qui attend les sinistrés de la Montérégie après les inondations. Il débita quelques phrases légèrement gibelottiennes, du type : «Alors il faut être capable de répondre à la population. On est dans la reconstruction, rénovation, réparation. On est à adresser la question pour qu'il y ait un seul répondant qui réponde à toutes ces questions là.»
      Une journaliste interloquée, Martine Biron, tenta une traduction simultanée : «Si je résume en disant que vous réfléchissez, est-ce corr...?» Le ministre lui coupa la parole. Presque insulté, il rétorqua : «Non! ON RÉFLÉCHIT PAS! On est en action pour répondre à ce monde là. Parce que, il faut qu'ils aient la réponse. Si elle était si simple, ça ferait longtemps que le papier serait sorti.»
      3 réactions | 13 votes

      Laurent Lessard sait-il ce qu'il est?

      Lors d'un point de presse cette semaine, les questions fusaient autour de Laurent Lessard. Le sujet? La différence d'interprétation entre les avocats de la ville et ceux du ministère sur la légalité de l'entente de gestion du nouveau Colisée entre la ville de Québec et l'empire Québécor.
      Lors d'un point de presse cette semaine, les questions fusaient autour de Laurent Lessard. Le sujet? La différence d'interprétation entre les avocats de la ville et ceux du ministère sur la légalité de l'entente de gestion du nouveau Colisée entre la ville de Québec et l'empire Québécor.
      4 réactions | 6 votes

      Duceppe et Ben Laden, même destin?

      «Qui aurait pu croire qu'on se débarrasserait de Ben Laden et de Gilles Duceppe la même semaine?», a écrit avec transports (en anglais - c'est là notre traduction) David Golberg, dans son éditorial du bimensuel local anglophone NDG FreePress daté du 10 mai. M. Goldberg confie aussi à ses lecteurs ce qui suit: «Voir le Bloc Québécois pratiquement éradiqué de la carte politique fut...
      «Qui aurait pu croire qu'on se débarrasserait de Ben Laden et de Gilles Duceppe la même semaine?», a écrit avec transports (en anglais - c'est là notre traduction) David Golberg, dans son éditorial du bimensuel local anglophone NDG FreePress daté du 10 mai. M. Goldberg confie aussi à ses lecteurs ce qui suit: «Voir le Bloc Québécois pratiquement éradiqué de la carte politique fut presque aussi agréable que d'écouter le président Barack Obama décrire l'exécution d'Oussama Ben Laden aux mains des US Navy SEALs
      29 réactions | 13 votes
      Le simple député se rend compte de son erreur et ensuite tente d'étouffer un fou rire.

      Une autre belle performance de Michel Matte

      Michel -Innoussses- Matte s'est non seulement illustré lors de l'étude des crédits des Affaires autochtones (voir notre entrée), mais selon ce que nous avons découvert, le député de Portneuf a aussi brillé lors d'une autre étude de crédits, celle de la Capitale nationale, qui s'est tenue le 14 avril. M. Matte y a pris la parole pour parler du Domaine Cataraqui avec le ministre Sam Hamad.
      Michel -Innoussses- Matte s'est non seulement illustré lors de l'étude des crédits des Affaires autochtones (voir notre entrée), mais selon ce que nous avons découvert, le député de Portneuf a aussi brillé lors d'une autre étude de crédits, celle de la Capitale nationale, qui s'est tenue le 14 avril. M. Matte y a pris la parole pour parler du Domaine Cataraqui avec le ministre Sam Hamad.
      1 réaction | 3 votes
      <div>
	À Washington, une passante regarde les premières pages de journaux annonçant la mort d’Oussama ben Laden.</div>

      Obama ou le syndrome «Only Nixon could go to China»

      Exécution extra-judiciaire qui viole maints principes chers aux États-Unis, — règle de droit, souveraineté nationale, etc.— le meurtre d'Oussama ben Laden au Pakistan par l'administration Obama me rappelle une célèbre phrase en études politiques américaines: «Only Nixon could go to China.» C'est un président républicain, se proclamant intraitable avec le communisme, qui a finalement reconnu...
      Exécution extra-judiciaire qui viole maints principes chers aux États-Unis, — règle de droit, souveraineté nationale, etc.— le meurtre d'Oussama ben Laden au Pakistan par l'administration Obama me rappelle une célèbre phrase en études politiques américaines: «Only Nixon could go to China.» C'est un président républicain, se proclamant intraitable avec le communisme, qui a finalement reconnu la Chine rouge; pour plusieurs raisons qu'il serait trop long d'expliquer ici. Soulignons une des causes : un chef politique, en démocratie, est souvent conduit à agir «contre» le «personnage» qu'on a fait de lui. Il veut surprendre. Il veut qu'on le retrouve là où on ne l'attend pas. Il est souvent porté à en mettre plus que le client en demande.
      14 réactions | 7 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.