Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Archives de juin 2010 Flux RSS du blogue Mots et maux de la politique

    La politique, les grands enjeux de société, la culture, les voyages, et même le sport, voilà autant de sujets qui intéressent les blogueurs du Devoir. Chacun dans leur genre, ils jettent un regard différent sur l’actualité. Les blogues du Devoir sont coordonnés par l’équipe du Devoir.com.



    • Une «épine de Moclès»?

      Un des coups durs pour Mots et maux™ cette année fut l'expulsion de Tony Tomassi du conseil des ministres et du caucus libéral. L'homme est toujours député et a toujours sa catégorie, mais sa production de lapsus, de tomasseries, est au point mort. Heureusement, les banquettes de l'Assemblée nationale, elles, sont intarissables. Et en cette veille de Fête nationale, il nous fait plaisir d'ajouter aux réjouissances en sacrant Stéphane Billette, ci-devant député de Huntingdon, grand ami de...
      Un des coups durs pour Mots et maux™ cette année fut l'expulsion de Tony Tomassi du conseil des...
      0 réactions | 4 votes
    • Charest fait un goupilisme

      Commentant l'ébauche de programme du PQ déposé en fin de semaine, Jean Charest a déploré le flou quant au référendum en disant que c'était une «épée de DÉmoclès» qui planait au-dessus de nos têtes. Certes, c'est moins grave que l'ancienne ministre péquiste de la Justice, Linda Goupil, qui a déjà soutenu que le gouvernement avait «une épine de DÉmocrate au-dessus de la tête». D'autres sources certifient que Mme Goupil avait déjà parlé d'une «épine de DAmocrate».
      Commentant l'ébauche de programme du PQ déposé en fin de semaine, Jean Charest a déploré le flou...
      0 réactions | 0 votes
    • Quand Claude Béchard bêche

      Ni la saloperie de maladie dont il est atteint, ni les forts traitements de chimio pour la combattre ont empêché Claude Béchard de revenir à l'Assemblée nationale, en fin de session. Depuis son retour, on a compris que la politique, dans les circonstances, n'est pas vraiment un travail, mais un complément au traitement. Et hier, il s'en est donné à coeur joie, cherchant peut-être inconsciemment à faire un retour aussi dans ce carnet. Il a commenté la demande du chef adéquiste de suspendre...
      Ni la saloperie de maladie dont il est atteint, ni les forts traitements de chimio pour la...
      0 réactions | 0 votes
    • Marois veut-elle l'«impeachment» de Charest?

      On sait que le slogan de Mme Marois concernant la langue de Shakespeare est: «I speak english by mottons but I can débrouille.» Belle démonstration vendredi où on a cru, l'espace d'un instant, qu'elle parlait d'une procédure de destitution du premier ministre: «You know, I said to Mr. Charest: If you renounce to your salary from the Liberal Party and if you accept to impeach... euh empêcher?Une voix: ...Mme Marois: ...impeach? - yes, impeach a minister to have a company which will do...
      On sait que le slogan de Mme Marois concernant la langue de Shakespeare est: «I speak english by...
      0 réactions | 0 votes
    • Laurent Lessard se surpasse

      Échange entre deux Lessard; un clair, l'autre producteur de gibelotte. Denis Lessard, journaliste, pose une question des plus limpides au ministre des Affaires municipales, Laurent Lessard, au sujet de l'éthique dans les municipalités: «Si votre projet de loi (109) avait été adopté, est-ce que M. le maire Jean D'Amour, est-ce qu'il aurait pu aller travailler pour, bien, BPR?» Attention, préparez-vous à lire la tentative de «réponse» du ministre : «Là, sur le travail, on dit qu'ils peuvent...
      Échange entre deux Lessard; un clair, l'autre producteur de gibelotte. Denis Lessard, journaliste,...
      0 réactions | 0 votes
    • «Strip-tease» en commission parlementaire

      Faut-il se déshabiller pour participer à la commission des institutions qui étudie actuellement le projet de loi 48 sur le code d'éthique des députés? Le sujet est sérieux, mais les fous rires y sont courants. Écoutez ce faux départ des travaux de la commission du 2 juin. À 2:15:03, Jacques Dupuis s'exclame: «Le leader de l'opposition officielle nous offre d'enlever un morceau de vêtement!» À force de prôner la transparence, les élus ont-il développé l'envie de faire un grand strip-tease?
      Faut-il se déshabiller pour participer à la commission des institutions qui étudie actuellement le...
      0 réactions | 0 votes
    • Si ça sent le «ticket», c'est un «ticket», non?

      Extrait du discours sur le budget de Raymond Bachand : «Nous envisageons également l’introduction d’une franchise santé, calculée en fonction du nombre de visites médicales effectuées pendant l’année. La mise en place d’une telle franchise a notamment été proposée par le rapport Castonguay portant sur le financement de la santé. La franchise pourrait être modulée afin d’inciter les gens à utiliser les services de première ligne.» Pourtant, aujourd'hui en chambre, le ministre de la Santé...
      Extrait du discours sur le budget de Raymond Bachand : «Nous envisageons également l’introduction...
      0 réactions | 0 votes
    • Supplique pour qu'Yves Bolduc reste «au niveau» du conseil des ministres

      Déjà que Tony Tomassi nous a quittés... Des rumeurs veulent que nous perdions aussi, bientôt, Yves Bolduc! S'il vous plaît, M. le premier ministre, gardez-le au niveau de votre gouvernement. Encore la semaine dernière, lors d'un point de presse sur la négociation avec les syndicats du système de santé, voyez avec quelle vigueur il contribuait au niveau de Mots et Maux™: «Avec des syndicats majeurs, dont la FSSS, il y a vraiment une diminution au niveau de l'écart. Puis je pense que là-dessus...
      Déjà que Tony Tomassi nous a quittés... Des rumeurs veulent que nous perdions aussi, bientôt, Yves...
      0 réactions | 0 votes
    • «Avenue JEAN-CHAREST»?

      En 2006, Le Parisien consacre un reportage à l'ancien premier ministre français Alain Juppé, exilé pour un an au Québec et plus précisément à l'École nationale d'administration publique, le temps de purger sa peine d'inéligibilité. Le journaliste Frédéric Gerschel (le jeudi 23 mars 2006, p. 9) décrit la vie du politicien ostracisé : «Il fait le trajet tous les mardis (trois heures en voiture ou en train) entre Montréal et la deuxième ville de la Belle Province, située à l'embouchure du...
      En 2006, Le Parisien consacre un reportage à l'ancien premier ministre français Alain Juppé, exilé...
      1 réaction | 0 votes
    • Les «Investigateurs»

      Le député péquiste de Saint-Jean Dave Turcotte, ce matin, en chambre, a parlé des «Investigateurs». Est-ce un nouveau film policier? Un nouveau dessin animé du type Les Incroyables? Non, voici le contexte : «Je dépose l'extrait d'une pétition adressée à l'Assemblée nationale, signée par 2 105 pétitionnaires. Et je profite de l'occasion pour saluer les investigateurs de cette pétition, qui sont dans les tribunes aujourd'hui de l'Assemblée nationale.» Allez hop, cascade.
      Le député péquiste de Saint-Jean Dave Turcotte, ce matin, en chambre, a parlé des «Investigateurs»....
      0 réactions | 0 votes
    • «Passerelle», métaphore désormais interdite

      Conférence sur la signature de nouveaux Arrangements de reconnaissance mutuelle, ce matin, entre le Québec et la France. Sur le document remis, ce slogan: «Une nouvelle passerelle.» Mais le premier ministre Jean Charest ne prononcera le mot-métaphore à aucun moment, la remplaçant systématiquement par celle du «pont». Pourquoi donc ? (Merci à mon collègue Robert Dutrisac pour le tuyau.)
      Conférence sur la signature de nouveaux Arrangements de reconnaissance mutuelle, ce matin, entre le...
      0 réactions | 0 votes
    • Un pauvre peut cacher un riche

      Michelle Courchesne, tout à l'heure, a soutenu que contrairement à la situation qui avait cours avant 2002, on ne pourra plus, au Québec, s'acheter un droit à l'école anglaise. «Avant, si tu étais riche, là, oui, je vous le concède, tu avais la chance de l'obtenir. Aujourd'hui, [avec le projet de loi 103] ça n'a plus rien à voir avec ton statut socioéconomique.» Un journaliste lui l'a interrogé ensuite: «Bref, un pauvre ne pourra y aller de toute façon, c'est ça?». Réponse de Mme Courchesne:...
      Michelle Courchesne, tout à l'heure, a soutenu que contrairement à la situation qui avait cours...
      0 réactions | 0 votes
    • Charest, un «parcours authentique»?

      EN DIRECT DU PARLEMENT Charest a été conservateur et est devenu libéral. Est-ce un «parcours authentique»? Et Lucien Bouchard, qu'il cite, qui a été PLC, PQ, Progressiste conservateur, bloquiste, péquiste et maintenant lucide? Au fait, qu'est-ce qu'un «parcours authentique» en politique? AJOUT, 13H45 : Mots et maux™ prévoit au concept juridique «parcours authentique» une fortune comparable à celle qu'«accommodement raisonnable» a connue.
      EN DIRECT DU PARLEMENT Charest a été conservateur et est devenu libéral. Est-ce un «parcours...
      0 réactions | 0 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.