Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Archives de janvier 2010 Flux RSS du blogue Mots et maux de la politique

    La politique, les grands enjeux de société, la culture, les voyages, et même le sport, voilà autant de sujets qui intéressent les blogueurs du Devoir. Chacun dans leur genre, ils jettent un regard différent sur l’actualité. Les blogues du Devoir sont coordonnés par l’équipe du Devoir.com.



    • «Le gouvernement du Québec solidaire...», dixit Normandeau

      Ce titre d'un communiqué de la ministre Nathalie Normandeau a suscité tout à l'heure une réaction ironique du bureau de l'unique député de Québec solidaire; réaction obtenue en exclusivité par Mots et Maux™: «Nous tenons à rectifier les faits immédiatement. M. Amir Khadir est bien prêt à travailler fort et est honoré de la confiance exprimée par la ministre et son ministère. Il tient cependant à préciser que former à lui seul le gouvernement dépasse ses capacités.» On cite ensuite M. Khadir,...
      Ce titre d'un communiqué de la ministre Nathalie Normandeau a suscité tout à l'heure une réaction...
      0 réactions | 0 votes
    • Comment peut-on être «bunkerolique»?

      Le photographe Jonathan Houle aime l'édifice «H». Sis sur la Grande-Allée, ce bâtiment massif est souvent considéré comme un triste héritage de l'ère Bourassa. Du début des années 70 aux années 2000, il a renfermé les bureaux du premier ministre (au grand dam de René Lévesque, qui le détestait). Cela, doublé de son caractère imposant (sorte de calorifère de béton), lui a valu l'épithète de «bunker». Sur le très riche (en informations) site QuebecUrbain, M. Houle confesse être «devenu accro...
      Le photographe Jonathan Houle aime l'édifice «H». Sis sur la Grande-Allée, ce bâtiment massif est...
      0 réactions | 0 votes
    • Le modèle Toyota du ministre Bolduc

      BLAGUE DU JOUR: L'animateur Paul Arcand, ce matin, lance à Jean Lapierre : «Penses-tu que le ministre Bolduc va encore citer le modèle Toyota?» Réponse de Jean Lapierre : «Non! Le ministre Bolduc lui-même a des problèmes avec sa pédale de gaz. [...] Disons qu'il n'a pas la pédale collée au fond pour le CHUM et le CUSUM.» On sait que ça ne va pas bien chez Toyota.  
      BLAGUE DU JOUR: L'animateur Paul Arcand, ce matin, lance à Jean Lapierre : «Penses-tu que le...
      0 réactions | 1 votes
    • À l'étranger, Charest devrait promouvoir... la souveraineté!

      EN DIRECT D'ORFORD : Jean Charest voyage beaucoup depuis 2007. Encore ces jours-ci, il est à Davos et par la suite, il se rendra en Inde. (Je me suis déjà penché sur ce goût de l'international chez Jean Charest.) Ce matin, quand on l'a interrogé sur les nombreux déplacements du premier ministre, le député Denis Trottier nous a tenu des propos étonnant. Après avoir dit que M. Charest voyageait plus «pour lui que pour le Québec» et qu'il était en train de «planifier son futur emploi», le...
      EN DIRECT D'ORFORD : Jean Charest voyage beaucoup depuis 2007. Encore ces jours-ci, il est à Davos...
      0 réactions | 0 votes
    • Quand Mme Hivon fait des goupilismes

      EN DIRECT D'ORFORD: Véronique Hivon, la critique péquiste en matière de Justice, ce matin, s'indignait de la réaction molle et dénuée d'autocritique de la ministre Kathleen Weil au capotage du procès Norbourg. «C'est pas des farces ! Même le juge Wagner a dit que les autorités devaient faire un sérieux examen de conscience. Et la ministre de la Justice, elle, nous dit: tout va bien dans le meilleur des mondes, Madame la marquise.» Il y avait une touche de goupilisme dans ce télescopage...
      EN DIRECT D'ORFORD: Véronique Hivon, la critique péquiste en matière de Justice, ce matin,...
      0 réactions | 0 votes
    • Pourquoi pas plus de signatures?

      EN DIRECT D'ORFORD: Nous avons demandé aux députés péquistes réunis en caucus pourquoi il n'y avait pas 30 000 personnes qui avaient signé la pétition en ligne, déposée par le député Bertrand St-Arnaud sur le site de l'Assemblée nationale le 4 décembre, pour réclamer une enquête publique sur l'industrie de la construction. Les citoyens favorables à une enquête ont jusqu'au 4 février pour ajouter leur nom ici. Bernard Drainville a bricolé une réponse : «On a commencé au mois de décembre....
      EN DIRECT D'ORFORD: Nous avons demandé aux députés péquistes réunis en caucus pourquoi il n'y avait...
      0 réactions | 0 votes
    • «Suivre un dossier de près»

      EN DIRECT D'ORFORD : C'est le caucus du Parti québécois à Orford en Estrie. Premiers points de presse ce matin. Je remarque que nos politiciens ont pris l'habitude de dire, à tout propos, qu'ils suivent «le dossier de près». C'est devenu la phrase passe-partout par excellence. L'éthique, les finances publiques, la reconstruction d'Haïti ou la violence au hockey, etc.: ce sont tous là des «dossiers que l'on suit de près», voire de «très près». Un peu plus et on nous dirait qu'il s'agit de...
      EN DIRECT D'ORFORD : C'est le caucus du Parti québécois à Orford en Estrie. Premiers points de...
      0 réactions | 1 votes
    • Le «gros bon sens» de Michael Sabia

      Que découvre-t-on, le jour même où Michael Sabia affirme, dans une lettre ouverte publiée entre autres au Devoir, que depuis son arrivée, il a remodelé la Caisse de dépôt et placement selon des principes qui relèvent «du "gros bon sens" et qui se résument en quelques mots: simplicité, rigueur, performance et souci du client»? Que le party de Noël 2009 de la CDP a coûté 56 099,31$, soit 10 000 de plus qu'en 2008. Gros bon sens? Si on en croit Richard Martineau, la fête a eu lieu à la Gare...
      Que découvre-t-on, le jour même où Michael Sabia affirme, dans une lettre ouverte publiée entre...
      0 réactions | 0 votes
    • La langue de bois, c'est toujours celle des autres

      La seule langue de bois qu'on dénonce, «c'est toujours celle des autres». Et la nôtre, s'interroge Christian Delporte? «Les hommes politiques nous mentent quotidiennement en pratiquant la langue de bois; mais nous, dans la vie courante, nous sommes toujours sincères, nous disons toujours ce que nous pensons... Vous sentez bien une pointe d'ironie dans ce propos, car vous savez combien les formules stéréotypées, les paroles convenues, les demi-vérités peuplent la vie de tous les jours.» Et...
      La seule langue de bois qu'on dénonce, «c'est toujours celle des autres». Et la nôtre, s'interroge...
      0 réactions | 0 votes
    • Sommet de la vacuité

      EN DIRECT DE LÉVIS—La Rencontre économique en est au «moment le plus unique» (dixit l'animateur Marc Laliberté, qui a présenté l'autre animatrice, Madeleine Poulin) de la journée où il y a un peu de discussion entre les quelques 200 «décideurs» et le président de séance, le premier ministre Charest. Précédemment, il y avait eu trois «rapports d'ateliers», ateliers qui se sont tenus en matinée. Un des rapporteurs, Jean-Luc Trahan, président de la Commission des partenaires du marché du travail...
      EN DIRECT DE LÉVIS—La Rencontre économique en est au «moment le plus unique» (dixit l'animateur...
      0 réactions | 0 votes
    • Gagnon-Tremblay répond à Bachand

      Ce matin, à l'entrée du conseil des ministres, il fallait entendre Monique Gagnon-Tremblay, présidente du Conseil du trésor, contredire son collègue Raymond Bachand, ministre des Finances, qui nous a dit plus tôt cette semaine que «la finalité, ce n'est pas d'équilibrer le budget. La finalité, c'est d'être heureux comme peuple». (Une vidéo est disponible ici) Réponses de MGT, parfois surnommée «Mon trésor»:«L'équilibre budgétaire, c'est important» ; «On ne peut pas recevoir [des services]...
      Ce matin, à l'entrée du conseil des ministres, il fallait entendre Monique Gagnon-Tremblay,...
      0 réactions | 0 votes
    • Quand M. Toile (Webb) réalise Spiderman

      Ça ne s'invente pas : «Marc Webb va réaliser le prochain "Spiderman" après le retrait de Sam Raimi.», nous apprenait l'Associated Press tout à l'heure. «Plutôt que de prendre la suite de Sam Raimi, Marc Webb explique dans un communiqué qu'il veut saisir cette "opportunité d'apporter des idées et des histoires qui offriront une nouvelle dimension à Spiderman".»
      Ça ne s'invente pas : «Marc Webb va réaliser le prochain "Spiderman" après le retrait de Sam...
      0 réactions | 0 votes
    • Le lieutenant-gouverneur se «tire un rang», dénonce Maltais

      Agnès Maltais, leader parlementaire adjointe de l'opposition officielle, ce matin : «Dans cette loi, l'aide de camp du lieutenant-gouverneur deviendrait l'équivalent du secrétaire général du gouvernement. Aïe! en québécois, on appelle ça se tirer un rang.»M. Robitaille (Antoine): «Se... quoi?»Mme Maltais: «"Se tirer un rang", vous ne connaissez pas l'expression?»M. Robitaille (Antoine): Non.Mme Maltais: ««"Se tirer un rang", ça veut dire s'en mettre un peu plus que ce qu'on vaut.»On en...
      Agnès Maltais, leader parlementaire adjointe de l'opposition officielle, ce matin : «Dans cette...
      0 réactions | 0 votes
    • Oubliez «l'équilibre budgétaire». L'objectif, c'est «d'être heureux»!

      Le discours politique évolue vite, c'est le moins qu'on puisse dire:• Premier acte, début août : congrès de la Commission jeunesse du Parti libéral. Extrait d'un reportage : «Les jeunes libéraux ont voté pour la hausse des tarifs des services publics afin d'assurer un retour à l'équilibre budgétaire. Des propositions que se garde d'appuyer ouvertement le premier ministre Jean Charest, qui ne leur ferme pas pour autant la porte.» Jean Charest a assuré que «le retour à l'équilibre budgétaire...
      Le discours politique évolue vite, c'est le moins qu'on puisse dire:• Premier acte, début août :...
      0 réactions | 0 votes
    • Haïti et l'existence de Dieu

      «La calamité qui a dévasté Haïti réfute-t-elle l’existence de Dieu?», telle est la question pertinente posée par Jean Laberge, un habitué de notre page «Le Devoir de philo», (laquelle reviendra une fois par mois jusqu'à l'été, question de faire un peu de place à notre centenaire). Plusieurs ne seront pas convaincu par la réponse que Jean Laberge donne, qui s'appuie sur Thomas d'Aquin, mais elle vaut la peine d'être explorée. Après le tsunami de 2004, l'archevêque de Canterbury, chef de...
      «La calamité qui a dévasté Haïti réfute-t-elle l’existence de Dieu?», telle est la question...
      0 réactions | 0 votes
    • Courchesne salue «l'enseignant COUP DE CŒUR»

      La convocation est tombée sur l'heure du midi: «La ministre de l'Education, du Loisir et du Sport, Mme Michelle Courchesne, invite les représentantes et les représentants des médias à la présentation des modalités de l'initiative L'enseignant Coup de cœur Virginie.» Ah, les «coups de cœur»! Depuis que Renaud-Bray a popularisé l'expression, elle n'en finit plus de se répandre, quelles que soient les «modalités de l'initiative» (?). Jean Paré, dans Le code des tics (Boréal, p.46), critique le...
      La convocation est tombée sur l'heure du midi: «La ministre de l'Education, du Loisir et du Sport,...
      0 réactions | 0 votes
    • Quelques mots du 100e : «LOCK OUT»

      1955: Les typographes réclament des augmentations de salaires. «Au cours des négociations, [Gérard] Filion décrète le lock-out contre les typographes et engage en sourdine d'autres ouvriers qui remplacent les anciens employés du Devoir. À 18 heures, le 20 avril 1955, la police est sur les lieux pour empêcher les manœuvres réguliers de pénétrer au 434 de la rue Notre-Dame est.» Pierre-Philippe Gingras, «Le Devoir», livre publié à l'occasion du 75e anniversaire (Libre Expression, p. 162)
      1955: Les typographes réclament des augmentations de salaires. «Au cours des négociations, [Gérard]...
      0 réactions | 0 votes
    • Haïti : le fantôme des «peanuts» de 2004

      EN DIRECT DU PARLEMENT : À 16h30, le premier ministre Jean Charest précisera l'aide que Québec entend apporter à Haïti après le terrible séisme d'hier. Ce matin, puisque le conseil des ministres n'avait pas eu lieu, le ministre des Relations internationales Pierre Arcand n'avait pas grand chose à annoncer, à part la création d'une «cellule de crise de façon à faire en sorte qu'il y ait une action rapide et efficace de la part du gouvernement». Il a aussi rappelé le fait qu'«haïti a toujours...
      EN DIRECT DU PARLEMENT : À 16h30, le premier ministre Jean Charest précisera l'aide que Québec...
      0 réactions | 0 votes
    • Quelques mots du 100e : «INDÉPENDANCE», 1.0

      Henri Bourassa, le 21 septembre 1910, de la fenêtre de son bureau de la rue Saint-Jacques, lance à une foule venue l'acclamer : «Je le dis ce soir : Le Devoir sera indépendant du gouvernement conservateur de demain comme il l'était du gouvernement libéral... Indépendants nous fûmes, indépendants nous sommes, indépendants nous resterons.» Dans un discours en 1950, le directeur du Devoir de l'époque, Gérard Filion, déclare : «Quand nous faisons la vie dure à M. Duplessis, les rouges disent :...
      Henri Bourassa, le 21 septembre 1910, de la fenêtre de son bureau de la rue Saint-Jacques, lance à...
      0 réactions | 0 votes
    • Quelques mots du 100e : «PROSTITUTION»

      «En 1914, Le Devoir emménage au 43 de la rue Saint-Vincent, une ancienne maison de prostitution, dans le calme du Vieux-Montréal. Bourassa s'empresse de faire bénir les lieux pour "éloigner du travail quotidien toutes les tentations du passé de cet endroit".» Ce qui nous rappelle une des déclarations célèbres d'Henri Bourassa, qui s'était attiré les foudres de l'Église. Condamnant la passion de certains ecclésiastiques pour les affaires, il avait lâché: «Je préfère voir les membres du clergé...
      «En 1914, Le Devoir emménage au 43 de la rue Saint-Vincent, une ancienne maison de prostitution,...
      0 réactions | 0 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.