Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mots et maux de la politique Éditorialiste et responsable des débats d'idées, Antoine Robitaille scrute les mots et expressions qui sortent de la bouche des acteurs de la classe politique.
    Il a aussi la responsabilité du Devoir de philo, une série de textes inspirés des idées des grands philosophes.

    Archives de janvier 2009 Flux RSS du blogue Mots et maux de la politique

    La politique, les grands enjeux de société, la culture, les voyages, et même le sport, voilà autant de sujets qui intéressent les blogueurs du Devoir. Chacun dans leur genre, ils jettent un regard différent sur l’actualité. Les blogues du Devoir sont coordonnés par l’équipe du Devoir.com.



    • Charest : l'hideuse «première priorité» de retour

      L'expression était à peu près disparue de son langage depuis qu'il ne voulait plus trop parler de santé. Ah, la santé! Cette «première priorité» de 2003. C'était l'époque où on avait presque envie d'être malade tellement on se disait que les hôpitaux allaient devenir formidables. À la veille des élections de 2003, Jean Charest était clair comme jamais : «Je dis aux Québécois: faites-moi confiance, je vais remettre sur pied le système de santé. Jugez-moi sur ces résultats. Et si je n'y arrive...
      L'expression était à peu près disparue de son langage depuis qu'il ne voulait plus trop parler de...
      0 réactions | 0 votes
    • 1759: notre Hiroshima? notre «débâcle»?

      Il n'y a pas à dire, la mémoire de la bataille des Plaines d'Abraham suscite les passions et les comparaisons hardies. Après Réjean Parent, de la CSQ, qui dit que c'est l'équivalent de l'invasion de la France par les nazis, un auteur écrit «c'est notre Hiroshima». Quel mot utiliser pour qualifier cet événement historique?
      Il n'y a pas à dire, la mémoire de la bataille des Plaines d'Abraham suscite les passions et les...
      0 réactions | 0 votes
    • Qui est «dogmatique»? Qui est «doctrinaire»?

      À propos du privé en santé, le député péquiste Bernard Drainville (à droite... sur la photo) a lancé hier : «On se demande si ce n'est pas par dogmatisme que le gouvernement agit ainsi, parce qu'il pense que le privé, c'est la panacée puis le privé peut régler tous les problèmes.» À propos de la volonté de garder le système de santé public et d'en exclure le privé, l'adéquiste Éric Caire affirmait quelques minutes plus tard : «On hésite à mettre en place [cette solution-là qui marche un peu...
      À propos du privé en santé, le député péquiste Bernard Drainville (à droite... sur la photo) a...
      0 réactions | 0 votes
    • Les sophismes du journalisme dit «citoyen»

      J'aime les carnets et les blogues. Mais on y trouve souvent un discours sur une prétendue supériorité des blogues «citoyens» sur les «médias traditionnels» qui m'exaspère par sa stupidité. Je vous donne un exemple presque caricatural : ce matin, un blogueur, fier de sa découverte, m'écrit par courriel pour m'inciter à venir sur sa page voir une photo d'un homme célèbre «poursuivi actuellement par son ex». Il soutenait avoir le «plaisir de libérer les journalistes du malaise de ne pouvoir...
      J'aime les carnets et les blogues. Mais on y trouve souvent un discours sur une prétendue...
      0 réactions | 0 votes
    • Obama, version kitsch ou la dérive des produits dérivés

      Il y a eu le kitsch (au sens de Kundera, étalage de bons sentiments) du soir de l'élection. «J'ai pleuré», nous a par exemple certifié l'humoriste Louis Morissette. Là, c'est le kitsch au sens de «mauvais goût» dans la fabrication des produits dérivés que le journal en ligne Slate expose dans un article intitulé «Thongs We Believe in». Un string soulignant la journée de l'évaluation? «Yes we can!» Un t-shirt pour enfant sur lequel on voit un bébé avec la couche pleine au-dessus d'une slogan...
      Il y a eu le kitsch (au sens de Kundera, étalage de bons sentiments) du soir de l'élection. «J'ai...
      0 réactions | 0 votes
    • L'«intrus» ou pourquoi un si faible taux de participation en 2008?

      Intéressante analyse de l'éditorialiste Jean-Claude Ravet, de la revue Relations : «Au lendemain des élections, Jean Charest justifiait ainsi le faible taux de participation – le plus bas depuis 1927. Les élections, "c’est une intrusion dans la vie des citoyens!" [...].» M. Ravet s'indigne: «Cette phrase n’a pas été lancée en l’air». Selon l'éditorialiste, «elle reflète à coup sûr l’idée qu’il se fait de la politique et de la citoyenneté : les citoyens sont simplement des consommateurs qui,...
      Intéressante analyse de l'éditorialiste Jean-Claude Ravet, de la revue Relations : «Au lendemain...
      0 réactions | 0 votes
    • Le «vent éolien»

      Cette perle est de Sammy Forcillo, du comité exécutif de la Ville de Montréal, qui est en train de commenter (sans manteau!), à RDI, le énième bris d'aqueduc à Montréal. Il rejette la responsabilité en partie sur les températures polaires et lance qu'avec le «vent éolien», il fait effectivement encore plus froid. Éole doit se retourner dans sa tombe... ou plutôt se bidonner sur son nuage. (Photo : M. Forcillo buvant un peu d'eau montréalaise.)
      Cette perle est de Sammy Forcillo, du comité exécutif de la Ville de Montréal, qui est en train de...
      0 réactions | 0 votes
    • La quintessence de la langue Charest

      Je n'invente rien au sujet des tics de langage. Jean Charest vient d'affirmer en chambre (DERNIÈRE HEURE!, EXCLUSIF!) : «Je crois, moi, que ce Parlement —qui, à mes yeux à moi, doit être un Parlement de collaboration— [...] ...c'est une occasion pour nous [...] de s'exprimer sur des enjeux qui touchent les intérêts supérieurs du Québec.»
      Je n'invente rien au sujet des tics de langage. Jean Charest vient d'affirmer en chambre (DERNIÈRE...
      0 réactions | 0 votes
    • Le «justement» de Monique Jérôme-Forget

      Dans la série tics de langage: si Jean Charest a tendance à dire «à moi», si Mario Dumont se saoule de «là-dessus», si Pauline Marois adore les «à cet égard» et si Christine St-Pierre multiplie les «important», la ministre des Finances-sans-déficit-oups-oui-il-y-en-aura-peut-être-un affectionne follement l'adverbe «justement». À la période de question aujourd'hui, avant qu'elle n'ouvre la bouche pour répondre à une question de Mario Dumont, son critique péquiste François Legault, (qui parle...
      Dans la série tics de langage: si Jean Charest a tendance à dire «à moi», si Mario Dumont se saoule...
      0 réactions | 0 votes
    • Françoise, l'«extra-parlementaire»

      Avant d'être défaite dans Gouin, on désignait Françoise David comme une «co-porte-parole». Depuis le 8 décembre, voilà le titre qu'on lui donne dans les communiqués du parti : «leader extra-parlementaire de Québec solidaire.» J'imagine Sol prononcer ce vocable: «essssstra-parlementaire». On comprend peut-être pourquoi Mme David redoutait le scénario d'une élection de M. Khadir. En effet, dans une lettre à ses militants à l'automne 2007, elle avait qualifié ce scénario de «plus difficile»...
      Avant d'être défaite dans Gouin, on désignait Françoise David comme une «co-porte-parole». Depuis...
      0 réactions | 0 votes
    • Le «bas de laine» de François Bonnardel

      Lorsqu'elles sont trop utilisées, les métaphores deviennent des clichés insupportables. C'est à mes yeux le cas de «bas de laine» pour parler de la Caisse de dépôt et placement. Surtout dans la bouche d'un autre nouvel ami de ce carnet, l'adéquiste François Bonnardel, critique en matière de Finances et qui a — on en conviendra — une manière particulière de concevoir la langue française. Lors d'un point de presse, hier, il déclara: «Je pense que la compétence en premier doit faire priorité...
      Lorsqu'elles sont trop utilisées, les métaphores deviennent des clichés insupportables. C'est à mes...
      0 réactions | 0 votes
    • Quand Mme Roquette fait un reportage sur le conflit israélo-palestinien

      Ça ne s'invente pas. Au radiojournal de 8h00 ce matin, à Radio-Canada, c'est Tiphanie Roquette qui a effectué le reportage sur des manifestations pro-israël en Alberta. Ça a quelque chose de tragique, bien sûr, mais c'est ce qu'on appelle un aptonyme. (Par ailleurs, je m'ennuie de l'ancien thème musical du radiojournal, qui vient d'être remisé après des décennies de loyaux services. Pourquoi? C'était un classique qui rythmait nos matins de «nouvellophages» ; néologisme que je propose pour...
      Ça ne s'invente pas. Au radiojournal de 8h00 ce matin, à Radio-Canada, c'est Tiphanie Roquette qui...
      0 réactions | 0 votes
    • Devoirs de philo : le «guichet unique» !

      Permettez-moi un accroc au thème général de ce carnet (les mots et la politique) pour vous signaler la réunion, en un même lieu sur notre site, des «Devoirs de philo», ce défi lancé il y a maintenant trois ans à des passionnés des idées de décrypter un thème de l'actualité à partir des thèses d'un grands penseurs. En tant que concepteur et responsable de cette page, je suis à même de constater, à chaque deux semaines, que vous êtes toujours nombreux à commenter, discuter, critiquer ces...
      Permettez-moi un accroc au thème général de ce carnet (les mots et la politique) pour vous signaler...
      0 réactions | 0 votes
    • La peur du soulier d'Amir

      Les ministres n'étaient pas loquaces ce matin à l'entrée du premier conseil du nouveau cabinet Charest. Toujours prêt à frapper des balles (métaphore de base-ball pour dire qu'il est toujours disponible pour parler aux journalistes), le ministre des Ressources naturelles Claude Béchard se trouvait bombardé de questions (sur la Caisse de dépôt ; sur l'idée de baisse d'impôt évoquée par M. Flaherty, etc.) qui auraient dû être destinées à la ministre des Finances Monique Jérôme-Forget, encore...
      Les ministres n'étaient pas loquaces ce matin à l'entrée du premier conseil du nouveau cabinet...
      0 réactions | 0 votes
    • Combien la SRC l'a payée? «C'tivident» qu'on veut savoir

      Julie Couillard a toujours nié avoir reçu quelque argent pour son interview exclusive à TVA en mai dernier. Mais quel montant d'argent public la société d'État Radio-Canada a-t-elle remis à la célèbre ex-compagne de Maxime Bernier pour participer au Bye Bye 2008? Ce n'était pas une interview pour une émission d'affaires publiques, mais un rôle dans une émission de variétés. (Mme Couillard a déjà été membre de l'Union des artistes et a fait quelques apparitions, notamment à Surprise sur...
      Julie Couillard a toujours nié avoir reçu quelque argent pour son interview exclusive à TVA en mai...
      0 réactions | 0 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.