Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Blogues Flux RSS des blogues du Devoir

    La politique, les grands enjeux de société, la culture, les voyages, et même le sport, voilà autant de sujets qui intéressent les blogueurs du Devoir. Chacun dans leur genre, ils jettent un regard différent sur l’actualité. Les blogues du Devoir sont coordonnés par l’équipe du Devoir.com.



      • photo
      Un poisson à la fois pour ce pêcheur du lac Inle, dont la technique touche autant à l’acrobatie qu’à l’art de pêcher.

      Koley et les pêcheurs acrobates

      «Moi je te montre les pêcheurs d'Inle, et toi, si tu veux, tu me montreras comment glisser sur la neige quand j'irai au Canada.» Je veux bien.   Il s'appelle Koley et n'a plus que deux dents à cause des noix de bétel qu'il chique. Il est guide de bateau sur le lac Inle -- centre de la Birmanie, centre de son activité touristique aussi.   Il s'appelle Koley et il rit tout le temps: quand le moteur du bateau se noie, quand on est pris dans le trafic -- littéralement -- d'embarcations qui...
      «Moi je te montre les pêcheurs d'Inle, et toi, si tu veux, tu me montreras comment glisser sur la...
      0 réactions | 1 votes
      • photo
      Emilie et Jessica, les deux instigatrices de «Le Fridge» dans Rosemont–La Petite-Patrie

      «​Le Fridge»: le frigo de la faim du monde dans Rosemont

      22 avril 2015 18h09 | Isabelle Paré | Le blogue urbain
      Dans quelques jours, un drôle de frigo fera irruption dans un parc du quartier Rosemont, né d'un élan citoyen pour combattre le gaspillage alimentaire et aider à contrer la faim chez les résidents de ce quartier central de la métropole. Le Fridge, une idée portée par deux résidentes du quartier, sera le tout premier frigo communautaire en libre-service à Montréal, voué à détourner de la poubelle légumes, fruits et bouffe de tout acabit en surplus ou sur le point d'être jetés aux ordures, le...
      Dans quelques jours, un drôle de frigo fera irruption dans un parc du quartier Rosemont, né d'un...
      3 réactions | 32 votes
      Partir un feu, faire bouillir de l’eau, attendre: le temps d’un thé en Birmanie est une affaire de patience.

      Le temps d’un thé en Birmanie

      Il y a le thé du matin au bureau: tu branches la bouilloire en plastique, tu attends trois minutes, tu verses l'eau chaude sur le sachet et tu retournes travailler. C'est le thé de la routine. Mais il y a aussi le thé de la Birmanie. Celui qui prend une heure à préparer et qui se savoure pendant des semaines. Le thé d'une légère éternité. Randonnée avec Obama, jour 3. Vers 9h, on entre dans un village d'une quinzaine de maisons. C'est un peu l'émoi, de par la présence d'un faux basketteur...
      Il y a le thé du matin au bureau: tu branches la bouilloire en plastique, tu attends trois minutes,...
      3 réactions | 16 votes
      La dame de la montagne, en photo trafiquée en esquisse. <br />

      Quatre jours avec Obama

      Après Rangoon, la mer et un coup d'oeil aux temples bouddhiques plantés dans la pleine de Bagan, j'ai pensé aux montagnes birmanes.   Envie d'air frais.   Alors, je suis monté à Kalaw et j'ai cherché un guide. On m'a présenté Obama, un Birman de 45 ans au visage doux. L'air gêné.   «C'est vraiment ton nom ?   -- On m'appelle comme ça, répond-il. Et toi ?   -- Guillaume. En anglais, William.   -- Ah... William. Comme Bill. Clinton, je veux dire.»   Obama et Clinton sont donc partis...
      Après Rangoon, la mer et un coup d'oeil aux temples bouddhiques plantés dans la pleine de Bagan,...
      1 réaction | 19 votes
      • photo

      ​Une application pour rouler en santé

      15 avril 2015 18h00 | Isabelle Paré | Le blogue urbain
      Si rouler à vélo est une bonne façon de limiter le taux de pollution en ville, les cyclistes qui bravent le trafic ont la plupart du temps le nez plongé dans les gaz des pots d'échappement des véhicules avec qui ils partagent la route.
      Si rouler à vélo est une bonne façon de limiter le taux de pollution en ville, les cyclistes qui bravent le trafic ont la plupart du temps le nez plongé dans les gaz des pots d’échappement des véhicules avec qui ils partagent la route.
      0 réactions | 8 votes
      Il y a du flou dans la photo parce c’est la nuit et que le bus brasse. Mais c’est ça.

      Rouler la nuit

      C'est une nuit comme plusieurs nuits d'autobus n'importe où en Asie ou en Amérique latine: tu te fais bardasser par la route, tu dors mal -- si jamais tu dors --, tu sors courbaturé-fatigué, mais tu te sens vivant. En mouvement. En transit. En voyage.
      C’est une nuit comme plusieurs nuits d’autobus n’importe où en Asie ou en Amérique latine: tu te fais bardasser par la route, tu dors mal — si jamais tu dors —, tu sors courbaturé-fatigué, mais tu te sens vivant. En mouvement. En transit. En voyage.
      0 réactions | 22 votes
      • photo
      Un lent coucher de soleil, comme un bout d’éternité chaque soir.

      L’autre feu de Bengale

      Portrait des fins de journée à Ngwe Saung, petite ville à l'est de la grande métropole birmane de Rangoon. Une chaise en bois, une boisson fraîche, quelques Pringles aux tomates et un coucher de soleil dans l'océan. 
      Portrait des fins de journée à Ngwe Saung, petite ville à l'est de la grande métropole birmane de Rangoon. Une chaise en bois, une boisson fraîche, quelques Pringles aux tomates et un coucher de soleil dans l’océan. 
      0 réactions | 17 votes
      • photo
      Dessin faisant partie d’une exposition extérieure, parc de l’Indépendance à Rangoon. On demandait à des dessinateurs et photographes d’illustrer leur vision de la capitale birmane.

      Un dimanche à Rangoon, avec une soupe

      Le chauffeur de taxi me juge d'un coup d'oeil dans le rétroviseur, hésite, puis se décide: «Il faut dire Birmanie. Myanmar, c'est le nom des militaires.»
      Le chauffeur de taxi me juge d’un coup d’oeil dans le rétroviseur, hésite, puis se décide: «Il faut dire Birmanie. Myanmar, c’est le nom des militaires.»
      1 réaction | 16 votes
      • photo
      Cet hôtel pourrait se vanter d’avoir des chambres avec vraiment beaucoup de vue… ce qui n’est pas le cas partout, disons. 

      Des hôtels inspirés

      Dans un voyage qui se construit au fil des jours, au gré des envies et à l'humeur du temps, il y a un moment où il faut bien chercher son prochain hôtel. 
      Dans un voyage qui se construit au fil des jours, au gré des envies et à l’humeur du temps, il y a un moment où il faut bien chercher son prochain hôtel. 
      0 réactions | 6 votes