Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Blogues Flux RSS des blogues du Devoir

    La politique, les grands enjeux de société, la culture, les voyages, et même le sport, voilà autant de sujets qui intéressent les blogueurs du Devoir. Chacun dans leur genre, ils jettent un regard différent sur l’actualité. Les blogues du Devoir sont coordonnés par l’équipe du Devoir.com.



      • photo

      Tous libraires

      22 novembre 2016 00h11 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Ça arrive trop rarement, mais j'adore quand se retrouvent dans la p'tite biblio des conseils particuliers de lecture, quand les usagers se font tous libraires. Comment les appeler, par ailleurs, ces lecteurs-passants ? « Usagers » et « utilisateurs » semblent des termes affreusement technocratiques. « Passants » reste vagues « Abonnés » n'est pas juste, puisque vient qui veut, sans preuve d'adresse ni carte d'abonnement. « Lecteurs », peut-être, simplement ? Est-ce assez précis ?
      Ça arrive trop rarement, mais j'adore quand se retrouvent dans la p'tite biblio des conseils...
      1 réaction | 4 votes
      Le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon

      M. Chagnon... trop d’information

      À la surprise générale, au début de la session parlementaire, le 27 septembre, Jacques Chagnon, président de l'Assemblée nationale, ne se trouvait pas à son poste. Il n'est revenu trôner qu'hier, le mardi 18 octobre. Et enfin, il nous a motivé son absence : « C'est un grand plaisir de vous retrouver, de nous retrouver, en fait, parce que je n'étais pas là, moi non plus. Ma vésicule biliaire et moi, nous nous sommes quittés, alors c'est sûr que ça a pris un peu de temps pour réparer le tout....
      À la surprise générale, au début de la session parlementaire, le 27 septembre, Jacques Chagnon,...
      2 réactions | 20 votes
      «Le “bon libraire”, dit-on, compte autant de clients fidèles qui voient en lui le plus aimable des hommes que de clients qui l'exècrent pour sa morgue et le méprisent pour son corps débile.»

      Aveuglé par la littérature

      13 octobre 2016 20h10 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      «Parmi les maux qui affectent les libraires, le mal de dos est celui contre lequel on les met en garde dès l'apprentissage. Ils souffrent aussi d'autres pathologies plus ou moins exotiques dont les plus fréquentes sont la claudication, la goutte, les hémorroïdes, et bien entendu les mésanges. On les sait également ombrageux, dédaigneux et acariâtres. Ombrage et dédain sont pour beaucoup un principe fondateur de la profession; l'acrimonie vient avec l'âge, au même titre que les troubles de la...
      «Parmi les maux qui affectent les libraires, le mal de dos est celui contre lequel on les met en...
      1 réaction | 11 votes

      Paranoïa d’une gâtée pourrie

      11 octobre 2016 08h39 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Quiconque écrit, dès qu'il publie, cherche un lecteur. Un lecteur ou mille : un seul coeur touché pile revaut pour certains poètes des heures à plancher sur une feuille quand d'autres écrivains souhaitent légion d'admirateurs.

      Quiconque écrit, dès qu’il publie, cherche un lecteur. Un lecteur ou mille : un seul cœur touché pile revaut pour certains poètes des heures à plancher sur une feuille quand d’autres écrivains souhaitent légion d’admirateurs.

      0 réactions | 8 votes
      C’est encore l’imagination, pour l’instant, qui répond aux questions de proche avenir sur la livraison de livres par drone.

      En attendant mon drone

      19 septembre 2016 21h27 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Saura-t-il sonner à ma porte, ce petit robot volant? Si oui, parlera-t-il français et sera-t-il bien poli lorsque j'ouvrirai, décoiffée, mal engueulée?
      Saura-t-il sonner à ma porte, ce petit robot volant? Si oui, parlera-t-il français et sera-t-il bien poli lorsque j’ouvrirai, décoiffée, mal engueulée?
      1 réaction | 8 votes
      • photo
      Les robots miniatures — si petits qu’ils tiennent dans la paume d’une main — ont déjà produit des dizaines de portraits. Autant de dessins constitués de centaines, voire de milliers, de points de peinture noire de différentes tailles.

      La révolution artistique des drones

      Les drones, ces petits robots téléguidés, pourront bientôt faire beaucoup de choses dans nos villes. Dans un avenir pas si éloigné, ils effectueront des livraisons, surveilleront les routes, suivront le déroulement de tempêtes tropicales.  Déjà, ils permettent aux photographes -- professionnels et amateurs -- d'explorer de nouvelles prises de vues... Mais si les drones pouvaient aussi aider les artistes à embellir certains espaces urbains difficiles d'accès ? Depuis près de deux ans, c'est...
      Les drones, ces petits robots téléguidés, pourront bientôt faire beaucoup de choses dans nos villes....
      0 réactions | 2 votes

      Aux pieds d'argile

      11 août 2016 19h55 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      À la suite d'un accrochage nocturne avec des soûlons du mercredi soir, la p'tite biblio sera hors d'usage durant quelques jours, le temps de se remettre -- littéralement -- sur ses pieds. Les dons de livres doivent désormais être déposés, préférablement en boîte ou en sac, sur le balcon, histoire que la boîte à bouquins ait de quoi se mettre sous la dent lors de son retour de convalescence. Merci de votre patience.
      À la suite d'un accrochage nocturne avec des soûlons du mercredi soir, la p'tite biblio sera hors...
      0 réactions | 5 votes
      Il ne faut pas sous-estimer la vertu somnifère de certains livres. 

      De la vertu des livres somnifères

      6 août 2016 14h51 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Nous discutions, le collègue Christian Desmeules et moi-même, de petits riens, de tout le reste et de littérature, sur sa terrasse rendue marine par l'incessante stridulation de juvéniles goélands urbains, nous avouant presque timidement certains des titres que nous aurions dû avoir lus et qui continuent de manquer à notre culture. Une liste ? Une montagne de livres, plutôt. Une cordillère d'incontournables, et toujours grossissante puisque trop souvent un texte renvoie à un autre, et un...
      Nous discutions, le collègue Christian Desmeules et moi-même, de petits riens, de tout le reste et...
      0 réactions | 11 votes

      Perdue dans la traduction

      28 juillet 2016 14h54 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Je tiens à rajouter Dieux de la pluie de James Lee Burke à la longue liste des récriminations à déposer au Bureau de la littérature outre-langue maternelle.
      Je tiens à rajouter Dieux de la pluie de James Lee Burke à la longue liste des récriminations à déposer au Bureau de la littérature outre-langue maternelle.
      2 réactions | 13 votes

      Livres de passage

      17 juillet 2016 20h05 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Il y a, semblables aux livres des p'tites biblios, ceux laissés dans les auberges de jeunesse et les hôtels, tous langages unis. Et les bouquins qu'on emprunte de manière plus ou moins licite dans des maisons louées ou prêtées, et qu'on repose bien à plat, sans jamais corner de page, cherchant à préserver l'épine, tentant de ne laisser nulle trace de notre passage entre les couvertures. Des livres qu'on ne choisit pas tout à fait, des histoires de passage qui restent ensuite dans le...
      Il y a, semblables aux livres des p'tites biblios, ceux laissés dans les auberges de jeunesse et les...
      1 réaction | 6 votes

      Correspondre

      7 juillet 2016 13h39 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Il fallait cocher sur un petit pamphlet bleuté un pays, une préférence entre garçon ou fille, un groupe d'âge et les langues écrites. Quelques éternelles semaines plus tard, on recevait parfois une carte postale ou une lettre déjà exotique parce qu'écrite sur « papier avion » et bariolée d'une guirlande de timbres et d'oblitérations postales étrangers.
      Il fallait cocher sur un petit pamphlet bleuté un pays, une préférence entre garçon ou fille, un groupe d’âge et les langues écrites. Quelques éternelles semaines plus tard, on recevait parfois une carte postale ou une lettre déjà exotique parce qu’écrite sur « papier avion » et bariolée d’une guirlande de timbres et d’oblitérations postales étrangers.
      0 réactions | 10 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.