Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Refaire du Sol et Gobelet? Impossible !

    Marc Favreau se souvient d’un temps où l’imagination était véritablement au pouvoir dans les émissions pour enfants

    5 octobre 2005 |Paul Cauchon
    Marc Favreau a incarné Sol à la télévision pendant 14 ans avant que son personnage ne soit réservé qu’à la scène.
    Photo: Jacques Grenier Marc Favreau a incarné Sol à la télévision pendant 14 ans avant que son personnage ne soit réservé qu’à la scène.
    Marc Favreau n'est pas nostalgique. Mais il constate que dans Sol et Gobelet, «on pouvait faire des trucs qui ne passeraient pas aujourd'hui, comme enfermer un personnage dans un frigo ou le jeter par la fenêtre».

    «Nous n'avions aucune espèce de contrainte, continue-t-il. On ne passait pas à la censure, on nous foutait la paix. C'était une émission entièrement basée sur l'imaginaire. Aujourd'hui, on fait plein de brain-storming pour savoir quoi écrire, et ensuite un psychologue repasse sur tout ça pour faire des coupures...»

    Le public pourra décider lui-même si ce jugement est exact en regardant des épisodes marquants de Sol et Gobelet, qui sortent ces jours-ci dans un coffret de trois DVD.

    Sol et Gobelet, c'est évidemment la série mythique diffusée de 1968 à 1971 à Radio-Canada, une série qui demeure dans la mémoire collective comme le symbole de l'imagination la plus folle. Juste à lire le résumé de certains épisodes, on se demande comment réagiraient aujourd'hui les administrateurs des réseaux de télévision. Prenez par exemple l'épisode du 9 mai 1970, intitulé La Reculite aiguë. Le résumé tient en deux phrases: «Gobelet s'interroge sur son passé. ll croit qu'en faisant tout à reculons, il obtiendra des réponses à ses questions». Pas mal comme exercice surréaliste...

    Marc Favreau soutient que les enfants d'aujourd'hui comprennent très bien l'esprit déjanté de Sol et Gobelet. «Le jeune de 9 ou 10 ans a déjà l'esprit tordu, contestataire», lance-t-il.

    Sans donner d'exemples précis, Marc Favreau constate également que les émissions pour enfants qui ont suivi Sol et Gobelet ont «trop parlé du vécu. Revenir de l'école et se faire parler du vécu de la cour d'école, ce n'est pas très imaginatif...»

    Et pour commenter le «danger» que pouvaient représenter au plan pédagogique les délires de Sol et Gobelet, il ajoute avec ironie que «quand un personnage a été projeté par la fenêtre dans une émission, on sait tous que ça a provoqué une épidémie de suicides chez les enfants à la fin des années 60...»

    Marc Favreau a interprété le personnage de Sol pendant 14 ans à la télévision. D'abord dans de petits sketches dans le cadre de La Boîte à surprises, en duo avec Bim, puis avec Bouton, et enfin dans cette série avec son comparse Luc Durand dans le rôle de Gobelet. «Nous avions carte blanche... mais nous n'avions pas de budget. Radio-Canada nous a annoncé que nous n'avions pas de décorateur attitré, et pas d'argent pour les décors. Ç'a été le bonheur!» Car cette contrainte a permis d'inventer un univers sans décor où tout était possible, où les objets pouvaient avoir leur vie propre, où l'imagination était véritablement au pouvoir.

    Les épisodes étaient écrits alternativement par Favreau et par Durand, tous deux d'ailleurs inspirés par Charlie Chaplin, «notre idole», dit-il. «Nous avons essayé d'écrire une fois ensemble, mais ça ne fonctionnait pas. Alors on s'entendait sur les thèmes et chacun écrivait son texte».

    Il reste une cinquantaine d'épisodes de Sol et Gobelet encore utilisables, les autres ayant disparu (encore chanceux qu'il en reste, d'ailleurs, puisque la majorité des émissions des années 60 de Radio-Canada et de Télé-Métropole se sont envolées en fumée). Le premier coffret DVD, qui en regroupe 18, sera disponible dans les magasins à partir du 1er novembre mais on peut se le procurer à compter d'aujourd'hui sur le site Internet de la compagnie Imavision, qui le commercialise.

    Que pense le père de Sol de la décision de Radio-Canada de ne plus présenter d'émissions pour enfants l'après-midi? Marc Favreau ne se mouille pas trop mais il constate toutefois que le fait de présenter des variétés à 18h au lieu des informations, «ça ne durera pas». Il conclut par une pirouette verbale qui résume tout: «La télé, c'est le plus grand des dominateurs communs...»

    Après les 14 années du Sol télévisuel pour enfants, c'est le Sol sur scène qui a pris le relais en 1973, et qui ne s'est jamais arrêté depuis 30 ans. Marc Favreau propose d'ailleurs des supplémentaires de son spectacle Prête-moi une oreille à tentative, au Gesù à Montréal du 18 au 22 octobre, et il continue en tournée cet automne. «Je ne me lasse jamais de la scène, dit-il, car je n'y suis jamais seul. On s'entend très bien, le public et moi...»












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.